Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2011

BULLETIN CELINIEN

Bulletin célinien n° 336

 

336.jpg

Dernier numéro de l’année 2011, ce 336e bulletin propose un article de Claude DUNETON intitulé : « Un engagement lyrico-stylistique ».

Skovly.jpg

SKOVLY (photo La Sirène 2002)

Préfacier de la belle édition « Images d’exil », sortie des presses du Lérot et dans laquelle Eric Mazet et Pierre Pécastaing ont rassemblé tout ce qu’il y a lieu de savoir sur le séjour forcé de l’écrivain au Danemark ; auteur de « Bal à Korsör » ; et de nouveau préfacier de « Céline au Danemark » de David Alliot et François Marchetti, Claude Duneton s’attache ici à la langue de Céline et à ce qu’elle doit aux fréquentations et aux lectures de l’écrivain. Comme le disait Céline lui-même, l’argot n’est pas né d’hier ! C’est pourquoi cette langue populaire, qui a mûri avec le temps, atteint son apogée ainsi que le fait remarquer Claude Duneton, dans les dernières décennies du XIXe siècle. C’est aussi l’époque où le peuple fournit aux usines les plus forts contingents ouvriers et où les cabarets produisent « une activité chansonnière inouïe ». Claude Duneton cite Jehan Rictus et Gaston Couté, portant « témoignage de l’incendie du langage au cœur des foules ». Et comment ne pas évoquer Aristide Bruant, qui se qualifiait lui-même de « Chansonnier populaire » et l’était par excellence ? On sait l’admiration que Céline portait aux chansons de Bruant à propos desquelles, comme le rappellent les auteurs d’Images d’exil, il dira à Paraz : « Je me sers du langage parlé, je le recompose pour mon besoin — mais je le force en un rythme de chanson (…) Ce que faisait Bruant en couplets je le fais en simili prose et sur 700 pages. » On remarquera d’ailleurs combien  l’influence de Bruant transparaît dans les chansons de Céline « Règlement » et « A nœud coulant ».

 

Claude Duneton observe qu’à la même époque « la langue littéraire de haute tenue, post-hugolienne, se frottait à une langue de bourgeoisie plus familière, courtelinesque si l’on peut dire, celle des bureaux et des boutiques. » Et il note que « c’est l’imbrication progressive de ces registres, autrefois nettement séparés par les usages, qui a fourni le corps du français contemporain… ». C’est dans ce creuset qu’à puisé Céline, le poète, puisqu’ ainsi l’appelle Claude Duneton (et il n’est pas le premier à le faire), et c’est avec ce fil mêlé qu’il a tissé, sa tapisserie de Bayeux, sa longue épopée, aux sons de flûtes qui n’ont pas encore fini de faire danser les générations ! du moins celles qui lisent encore… Et l’auteur de la note, à juste titre, de s’interroger : « Mais quelle sera la moisson langagière des enfançons nés aujourd’hui ? » Oui, quelle sera-t-elle cette moisson, tant sont formatés leurs géniteurs par la novlangue, brassée de politiquement correct ? S’exprimeront-ils par onomatopées ? en messages codés ? Que surgira-t-il de cette nuit où nous nous enfonçons ?

L’éditorialiste revient sur l’idée que se font encore certains esprits enfumés du « génocideur » Céline, et répète que l’outrance des pamphlets n’a rien à voir avec un ordre de mission. Contrairement à beaucoup d’autres, Céline n’a jamais léché les bottes des Teutons nom de Dieu ! tout au plus a-t-il entretenu avec certains d’entre eux des relations épistolaires voire amicales dans le milieu artistique et littéraire qui était le sien. Cela a suffisamment été dit et démontré pour qu’on n’ait pas besoin d’en rajouter. Qu’il y ait, pour des raisons idéologiques et partisanes des gens qui n’aiment pas Céline et continuent à chercher des poux sur son crâne, c’est une chose ; mais qu’ils s’acharnent à voir en lui un « génocideur » directement responsable de la shoah en est une autre, et trop grosse pour être avalée par un esprit resté libre (il s’en trouve encore quelques uns en dépit du matraquage médiatisé de la désinformation).

Intéressante restitution de l’article de François PIGNON dans le Soir illustré du 13 juillet 1961, rédigé 12 jours après sa mort : « Louis-Ferdinand Céline est mort dans la solitude et la pauvreté, mais tout le monde qui le repoussait réalise soudain que la parole venimeuse et le verbe dur de l’écrivain ont été le cri le plus formidable jamais poussé au nom d’une humanité misérable. » François Pignon brosse ici —non sans quelques approximations biographiques— comme le note Marc Laudelout un panorama en raccourci de la vie du médecin écrivain en concluant : « Une page survivra de l’écrivain maudit : des pages bouleversantes, délirantes, dans leur forme et leur expression, un immense coup de poing de réalisme sur la table de la société, une dénonciation révoltée et brutale de toute la misère de l’humanité. »

10000 euros, c’est le prix auquel est parti l’un des 400 exemplaires sur alfa de l’édition originale (Denoël 1937, in-8e), de Bagatelles pour un massacre enrichi d’un bel envoi à Henri Poulain. C’est l’une des adjudications passées à Drouot dans la vente du 17 juin dernier. La page 11 du présent bulletin reprend la recension qu’a fait le Magazine du Bibliophile de cette vente. Retenons au passage que la collection complète (N° 0 de 1981 au N° 330 de mai 2011) du Bulletin célinien de Marc Laudelout a été adjugée à 7000 euros…

Francis BERGERON, l’érudit président de l’Association des Amis d’Henri Béraud, rend compte du tout récent film de Patrick BUISSON « Paris Céline », itinéraire filmé de Lorànt Deutsch sur les traces de l’écrivain, agrémenté de rétrospectives de son temps. Il nous dit que ce film « est véritablement un grand moment » et que son interprète « grand acteur qui ne paye pas de mine, cultivé et amoureux de Paris, donne en final une bonne heure de plaisir à l’état pur. » Nous voulons bien le croire, en attendant de voir ce film.

A la faveur d’un extrait du Voyage au bout de la nuit, au travers duquel Céline, en parlant de la mort de Bébert évoque Montaigne : « … Ah ! qu’il lui disait le Montaigne, à peu près comme ça à son épouse. T’en fais pas va, ma chère femme ! Il faut bien te consoler !... Ça s’arrangera !... Tout s’arrange dans la vie… » Paul J. SMITH se livre à une étude qui montre tout se qui peut distancier Montaigne de Céline ou au contraire les rapprocher et qui se retrouve dans Plutarque dont ils prirent l’un et l’autre la mesure.

Enfin Robert LE BLANC nous annonce le retour de Céline dans les lettres de Bretagne, tel que le propose le numéro hors série (9) de l’automne 2011. Céline y apparaît en première de couverture ; non toutefois en première place, laquelle est dévolue à Chateaubriand, mais en marge, au-dessus de Xavier Grall et de le Clézio.

22/11/2011

BULLETIN CELINIEN

Bulletin célinien N°335

 

bul photo.jpg

On trouvera, en page 7 de ce numéro du BC, un intéressant compte-rendu du Voyage au bout de la nuit, présenté par Benoît LEROUX et dû à la plume de Jeanne Alexandre (1890-1980), militante socialiste, pacifiste et féministe. Ce texte, publié dans Libres Propos en janvier 1933, est enthousiaste et élogieux. Pour elle, la lecture du Voyage s’apparente à un parcours initiatique semé d’épreuves ; à ses propres dires : « On en sort rompu. » Parmi les extraits qu’elle a choisi, il y a celui-ci qui résume assez bien l’univers célinien : « La lumière du ciel, à Rancy, c’est la même qu’à Détroit, du jus de fumée qui trempe la plaine depuis Levallois. Un rebut de bâtisses tenues par des gadoues noires au sol. Les cheminées, des petites et des hautes, ça fait pareil de loin qu’au bord de la mer les gros piquets dans la vase. Là-dedans c’est nous. Faut avoir le courage des crabes aussi… »

Devant cette « Somme de la Misanthropie », Jeanne Alexandre note : « Cette œuvre informe et puissante vibre secrètement d’une sorte d’enthousiasme — enthousiasme de la pitié et de la colère ; il s’y cache, comme malgré l’auteur, une entreprise à la Pascal, une furieuse apologie de la religion de l’Humanité. » Ce qui la portera à conclure en toute lucidité célinienne :  « Regarder le mal en face et à fond, c’est s’armer contre lui. La fureur apocalyptique est optimiste : tout va changer et le jugement approche ! Le seul vrai pessimiste est l’homme qui ne veut rien voir, et qui sourit. »

Rémi ASTRUC signe un article bien à propos sur « Céline et la question du patrimoine » d’où il ressort que si Céline appartient  au patrimoine des Lettres françaises, il n’appartient pas à celui de la Nation. On s’en doutait ! L’intérêt de la note de Rémi Astruc est de montrer en quoi l’affaire du cinquantenaire raté et le refus de patrimonialisation de Céline (au même titre que celui d’Alexis Carrel), traduisent assez bien les états d’âme de la clique politico culturelle au pouvoir. Ah ! « la grande peur des Bien Pensants », pour parodier Bernanos. Car ne l’oublions pas, dans « bien-pensant » et « puritaine », comme l’avait lumineusement vu Louis Cattiaux, se cachent « panse bénite » et « putainerie »… c’est dire ! Il n’y aura donc pas de rue Louis-Ferdinand Céline et encore moins d’avenue.

rue Céline N.jpg

Comme l’écrit très justement Rémi  Astruc : « (les) figures de la singularité absolue, (sont) irrécupérables collectivement, en raison principalement du fait que leur œuvre s’oppose frontalement au projet d’intégration communautaire républicain. »

Dans « Le Soir » du 20 janvier 1938, Jean Renoir signa un billet qui n’encense pas Céline ! Le fait que l’auteur de Bagatelles ait traité la « Grande Illusion » de propagande juive, n’est sans doute pas étranger au coup de gueule du cinéaste qui renvoie la balle au « baratineur » Céline : « M. Céline n’aime pas Racine. Voilà qui est vraiment dommage pour Racine. Moi, je n’aime pas les imbéciles, et je ne crois pas que ce soit dommage pour M. Céline, car une seule opinion doit importer à ce Gaudissart de l’antisémitisme, c’est la sienne propre. »

Marc LAUDELOUT qui reprend ce texte paru dans le numéro 63, printemps 2011, de la revue 1895, apporte quelques précisions utiles quant à l’opinion que se faisait Renoir de Céline. Elle se résume en deux mots : il l’admirait. On y apprend aussi combien le parcours de ce cinéaste de talent fut sinueux. Ceci, sans doute, explique cela.

Pierre de BONNEVILLE livre dans ce numéro de novembre la dernière partie de son étude « Villon et Céline » dans laquelle il met l’accent sur la porté tragi-comique des œuvres respectives et leur  « musique » particulière. « La musique seule est un message direct au système nerveux. Le reste est blabla. » dixit Céline. C’est sur elle qu’est construit tout entier l’édifice littéraire célinien, et c’est par elle qu’il se place au premier rang. Cioran, que cite Pierre de Bonneville, avait compris le rôle fondamental de la musique dans l’émotion : « J’aime en musique, comme en philosophie et en tout, ce qui fait mal par l’insistance, par la récurrence, par cet interminable retour qui touche aux dernières profondeurs de l’être et y provoque une délectation à peine soutenable. »

Ensor.jpg

Pierre de Bonneville montre comment le parallèle entre Céline et Villon est articulé autour de la farce.  Céline s’est mis à sa fenêtre pour regarder Carnaval qui passe : « Croyez-moi le monde est drôle, la mort est drôle ; et c’est pour ça que mes livres sont drôles, et qu’au fond je suis gai. » (entretien avec Robert Poulet).

Pierre de Bonneville a raison de rapprocher l’œuvre célinienne de celle, picturale, de James Ensor, elles sont analogues sur plus d’un point.

aveugles N.jpg

Rappelons-nous de même l’intérêt de  Céline pour l’œuvre de Pierre Breughel et particulièrement pour la « Fête des fous » ou « Combat de Carnaval et de Carême » ; on y trouve tous les paramètres de la condition humaine que résume à lui seul le tableau de la « Parabole des Aveugles ». C’est toujours, en fin de compte, le même petit air de cornemuse qu’on finit par entendre…

 N macabre.jpg

 

 


26/10/2011

BULLETIN CELINIEN

Bulletin célinien n° 334

 

N°334.jpg

Que sait-on des « croyances » de Céline ? Peu de chose. S’il ne s’est pas beaucoup confié sur le chapitre, c’est sans doute par pudeur. Le certain, c’est qu’il croyait assurément à la beauté et aussi à la bonté, gratuite, qui ne se monnaye pas. En dépit de ce qu’il pensait des hommes « en général », soyons sûrs qu’il n’aurait pas laissé sans assistance le malheureux ou l’animal abandonné, sans autre intention que de soulager l’un et l’autre de leur commune misère. Se méfiant des institutions humaines et des associations de tous ordres, rien d’étonnant à ce qu’il n’ait vu, à travers la religion, que la manifestation d’une contamination supplémentaire. C’est ce que rappelle Marc LAUDELOUT dans son Bloc-notes en rapportant cet extrait des Beaux Draps : « La religion catholique fut à travers toute notre histoire, la grande proxénète, la grande métisseuse des races nobles, la grande procureuse aux pourris (avec tous les saints sacrements), l’enragée contaminatrice ».

Ce numéro d’octobre signale la mort de Paul YONNET, sociologue qui publia en 1993 « Voyage au centre du malaise français ». Très tôt fasciné par le Voyage au bout de la nuit qu’il découvrit dans son adolescence, il fit paraître en 2009 « Le Testament de Céline ». « Céline fut le premier, écrit-il, à rompre l’isolement, à me dire si fortement que je n’étais pas seul. Et qu’à défaut de changer l’homme, on pouvait tenter de faire quelque chose de sa vie. » Le  Testament de Céline est sorti aux Editions de Fallois en 2009.

Marc Laudelout présente Henri GUILLEMIN, qui fut admirateur de Céline et de son œuvre. Guillemin, connu pour son éclectisme, laisse derrière lui une œuvre abondante, souvent méconnue. (Je me souviens pour ma part d’un de ses livres : « Jeanne, dite Jeanne d’Arc », qui ne m’avait pas laissé indifférent. Sans doute parce que Guillemin y défend la thèse de la bâtardise, sans tomber pour autant dans la fable de la survivance. L’ouvrage, disponible en Folio, fut attaqué en son temps par Régine Pernoud tenante de l’orthodoxie en matière johannique.)

A propos de Céline, on retiendra ces paroles de Guillemin que rapporte Marc Laudelout : « Je l’aimais bien, Céline, je l’aimais beaucoup, et j’aurais bien voulu le rencontrer. ». Pourrait-on imaginer à l’heure actuelle, un prosélyte de la famille de pensée à laquelle appartint Henri Guillemin, parler de Céline et de son œuvre dans les termes où il le fit en son temps, sans être autrement offusqué par les pamphlets et leur contenu ? Lui qui, souligne Marc Laudelout, « était partisan résolu d’une réédition (non caviardée) de ses écrits de combat. »

On trouvera en page 8 du présent bulletin, la reprise de « Drôle de Céline ! », article d’Henri Guillemin paru dans « La Bourse Egyptienne » du 27 février 1938. Il y évoque Céline devant la « critique » et donne son sentiment sur l’homme et son style, sur  sa force qui tient de celle du « bonimenteur » ou « bateleur de foire ». Il ne faut pas trop le prendre au sérieux ! Il faut goûter ce forgeur de verbe pour le seul plaisir que procure l’outrance quand elle se fait charmeuse. A propos de Bagatelles, voici ce qu’il dit : « En fait de grosse caisse, d’aboiements, de fausses notes arrachantes, de vociférations, de  jongleries inconcevables, de frénésies, de contorsions et de bondissements, Bagatelles comblera tous les amateurs de parades de foires et sans doute jusqu’aux plus blasés. »

On se souvient de la parution de « La Brinquebale avec Céline », d’Henri MAHE, aux éditions de la Table Ronde en 1969 dans la collection « Les vies perpendiculaires ».

Mahé.jpg

En première page, Mahé rapportait ces vers de Baudelaire sur Daumier, qui s’appliquent bien à Céline :  «  C’est un ironique, un moqueur, / Mais l’énergie avec laquelle / Il peint le mal et sa séquelle / Prouve la beauté de son cœur. » Cette édition de cent lettres inédites vient d’être reprise, complétée de « La Genèse avec Céline », par les éditions Ecriture. Suivie d’un index, cette publication est forte de 434 pages. Robert LE BLANC évoque Céline et Mahé, dans une note précédemment parue dans « Présent » du 13 août 2011. Il y rappelle l’amitié et les connivences qui lièrent l’un et l’autre jusqu’à ce que l’exil danois les sépare. Mahé s’en fut voir Céline au Danemark. Puis ils se perdirent quelque peu de vue… En 1954, Céline, frileusement, tenta de renouer. Alors Mahé, en famille, lui fit une dernière visite… Pour Céline, le cœur n’y était plus, qui savait que la Mort l’attendait à sa porte : « Publie mes lettres si tu veux, mais après ma mort, qui ne saurait tarder. »

Troisième et avant-dernière partie de l’étude de Pierre de BONNEVILLE sur Villon et Céline. Cette fois, l’auteur s’attache à montrer la force qui anime l’œuvre de Villon comme celle de Céline et qui réside tout entière  dans « l’invention ». Aussi, y a-t-il « un avant et un après Villon comme il y a un avant et un après Céline. »

Rien ne résume aussi bien, semble-t-il, la démarche des auteurs respectifs de la Ballade des Pendus et de Mort à crédit, que cette confession de Céline à Louis Pauwels en 1959, et que rapporte ici Pierre de Bonneville :  « … parce que n’oubliez pas une chose, parce que la grande inspiratrice c’est la mort… si vous ne mettez pas votre peau sur la table, vous n’avez rien… il faut payer. Ce qui est fait gratuitement, sent le gratuit, il pue le gratuit. »

Comme l’écrit l’auteur de cette étude : « Le JE de Villon et le JE de Céline ne sont pas le simple JE du témoin mais sont le credo stylistique et poétique de l’émotion. » L’un et l’autre ont payé ; et tous deux, remarquons le, par la prison.

Dans « Céline sans contredit », Frédéric SAENEN, se penche sur des rééditions revues et corrigées et se livre à une critique de l’ouvrage (qui sent tout de même un peu le réchauffé), de Madame Bellosta. Nous retiendrons cette observation très juste de l’auteur de cette note : « Cet ouvrage est en définitive révélateur d’une tendance typique à l’appréhension universitaire d’un romancier tel que Céline : celle qui consiste à se bâtir un cursus académique valorisant à partir d’un auteur que l’on doit en permanence rappeler que l’on réprouve — quand on a même la mansuétude de lui accorder une once de talent. »

Dernière note de ce numéro 334, celle de François MARCHETTI. Elle à trait au décès du danois Johannes C. Johansen, frère de Bent Johansen. A lui fut confié le soins de transporter et d’enterrer « l’or » de Céline, en 1943, dans un jardin, à Stroby Egede. Comme le rapporte François Marchetti, et pour des raisons qu’il explique, il ne semble pas que Johansen ait conservé de Céline un souvenir très agréable…