Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2017

RETOUR CHEZ BICHETTE

C’était il y a longtemps, trente ans ? Peut-être plus, quarante à tout le moins…

CB 1 - copie.jpg

Derrière les pompes à essence j’avais poussé la porte qui s’ouvrait sur la salle du bistrot, sombre, pas très grande, éclairée par l’unique fenêtre regardant la place de l’église masquée en partie par les pompes à essence. Le patron essuyait des verres qu’il tirait d’une bassine placée derrière le comptoir à l’extrémité duquel un vieux sirotait son verre de blanc. De lourdes mouches, volant dans la pénombre, venaient régulièrement se cogner aux vitres de la fenêtre ou à celles de la porte…

A l’époque, je sillonnais la Creuse à la faveur du temps libre que m’accordaient les permanences assumées à Felletin comme maître d’internat au collège. J’appris ainsi à aimer ces terres oubliées de l’extrême centre de la France où je découvris des paysages et des personnages hors du commun. Sur les traces des tailleurs de pierre, je m’arrêtai un jour à Sardent où des réfugiés italiens étaient venus exercer leur art de tailler le granite. Dans les bois avoisinant le bourg, je trouvai des témoins de leur labeur, de gros blocs équarris, des linteaux taillés et des pierres d’angle disséminés ça et là, sous l’humus et les feuilles mortes. Travail de titans, travail de bagnards !

bistro,sardent,bichette,essence,comptoir,creuse,pierre,granite,ciseau,pluton,choeur,monument,chabrol,bernadette,zinc,normes,frigo,eau,électricité,patron,chauffage,poste,chevaux,générations,consommateurs,guillotine,troquet

Du granite, à Sardent, il y en a partout, du coriace, de celui qui résiste au ciseau à pas vouloir se laisser dompter facile ! Pas né d’hier dans l’antre de Pluton, pour des enfants de chœur ! En témoignent l’amoncellement de blocs du monument qu’éleva Evariste Jonchère en mémoire du docteur Vincent, bienfaiteur local, ainsi que le nom de la commune écrit en parpaings de granite en façon de balustrade sur la place.

bistro,sardent,bichette,essence,comptoir,creuse,pierre,granite,ciseau,pluton,choeur,monument,chabrol,bernadette,zinc,normes,frigo,eau,électricité,patron,chauffage,poste,chevaux,générations,consommateurs,guillotine,troquet

Des souvenirs, à Sardent, il y en a partout aussi, et pas seulement de ceux laissés par les maçons. C’est ici que l’enfant du pays, le cinéaste Claude Chabrol tourna « Le Beau Serge » avec Bernadette Lafont et Jean-Claude Brialy dans l’hiver 57-58, il y a 60 ans.

bistro,sardent,bichette,essence,comptoir,creuse,pierre,granite,ciseau,pluton,choeur,monument,chabrol,bernadette,zinc,normes,frigo,eau,électricité,patron,chauffage,poste,chevaux,générations,consommateurs,guillotine,troquet

Depuis, rien n’a changé ou si peu, la campagne et le bourg sont restés les mêmes, et il semble qu’ici, à Sardent comme en beaucoup d’endroits de Creuse le temps se soit arrêté, du moins chez Bichette.

J’y suis revenu il n’y a guère plus de quinze jours ; j’ai, pour la seconde fois poussé la porte, la deuxième, vitrée, perpendiculaire à celle de la rue. On la referme à cause des courants d’air attendu que la fenêtre, elle, reste ouverte quasi en permanence l’été durant.

CB 2 - copie.jpg

Monsieur Peyrot, le patron à son comptoir

A l’intérieur, miracle, tout ou presque est demeuré en l’état, jusqu’aux photos et coupures de presse punaisées sur le mur en vis à vis de la grande cheminée. Un seul client accoudé au zinc devise avec le patron. La salle est sombre, il y faut de la lumière et ce qu’elle éclaire, cette lumière, ce sont les derniers vestiges d’une civilisation en voie de disparition, celle qui n’imposait rien ou si peu, en matière de « respects de normes » toutes plus tyranniques les unes que les autres.

CB 3 - copie.jpg

La vieille horloge marque toujours l'heure...

Le patron, Monsieur Peyrot, qui a pris la suite de son frère nous l’explique. Que de chicanes ne lui a-t-on fait ! Que de poux dans la tête ne lui a-t-on cherchés ? L’électricité n’est pas aux normes, et alors, cela empêche-t-il la lumière de briller ? Il n’y a ni l’eau courante ni de frigo derrière le comptoir, et alors ? L’eau coule dans l’arrière cuisine à côté du frigo et il suffit de quelques pas pour l’aller quérir. Le patron lave ses verres dans la cuve du zinc comme il lui plaît, les essuie méticuleusement et je peux en témoigner : ils sont propres !

CB 4 - copie.jpg

Accès à la cour et porte voutée de la cave derrière le comptoir.

Le chauffage est assuré par un gros poêle sous la cheminée, ce qui n’est plus admis à causes des risques d’asphyxie ! Diable, personne n’a eu pour le moment à s’en plaindre s’étant trouvé fort à son aise de bénéficier de sa chaleur en l’hiver venu.

Aux dernières nouvelles, des contrôleurs, dépêchés tout spécialement de Limoges ont fait observer qu’il serait bon de déposer le sol, pas moins ! D’arracher sans différer les lourdes dalles de granite qu’ont foulées des générations de moines et de voyageurs, car comme nous l’explique Monsieur Peyrot, la maison fut prieuré puis relais de poste aux chevaux avant d’être le bistrot que la famille Peyrot s’est transmis de père en fils.

CB 5 - copie.jpg

Devant la cheminée. Au mur, au centre des affiches, derrière le papier vert, petit placard de l'électricité...

Mais au fait, pourquoi déposer ces dalles ? Ah ! Bon Dieu mais à cause du radon bien sûr ! Lequel s’il faut en croire ces zélés inspecteurs, diffusera forcément un jour où l’autre par les jointures à seules fins d’éliminer les consommateurs…

De consommateurs, il faut l’avouer, nous ne fûmes, le temps de deviser, que deux ou trois. Assurément parce qu’il faut être un habitué des lieux pour savoir qu’il existe un bistrot derrière les pompes ! Rien ne l’indique plus aujourd'hui, Monsieur Peyrot se contente de ses pratiques habituelles et cela lui va.

De l’autre côté de la place, en contre bas de la balustrade, la terrasse du café bar regardant le midi fait le plein, en raison d’une course de motos tous terrains. En philosophe averti, le patron de Chez Bichette n’en prend pas ombrage, son petit picotin lui va et il s’en trouve bien.

Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce qu’obligation lui soit faite de fermer ses portes à défaut de vouloir respecter les normes imposées par la technocratie post-orwellienne qui, comme le couperet de la guillotine, vous coupent le bec une fois pour toutes.

Alors, si vous passez un jour à Sardent, ne manquez pas d’aller saluer le dernier résistant des troquets d’antan, Monsieur Peyrot, Bernadette vous le suggère, mais un conseil : faites vite !

 

CB 6 - copie.jpg

Bernadette Lafont lors du tournage du Beau Serge.

 

Commentaires

Bien triste, qu'on s'acharne à exterminer les quelques survivances de notre passé, au lieu d'en entretenir la mémoire et d'en nourrir le présent pour rebâtir...

Ne fumez pas ! Ne buvez pas ! Respectez les limitations de vitesse ! Mangez cinq fruits et légumes par jour ! Développement durable ! Ecologie ! Respect ! Votez ! Payez vos impôts ! Faites-vous vacciner ! Faites-vous dépister cinquante formes de cancers et de maladies de peau et des génitoires ! Nouvelles normes ! Etc., etc.

L'univers aseptisé des technocrates et des managers, avec sa moraline abjecte et sa haine du naturel, son jargon d'incapables experts en tout et connaisseurs de rien, ses grands prêches lénifiants orwelliens, son mépris du beau, du bon et du vrai, de l'empirisme, du pragmatisme, du Système D, des campagnes, du vrai travail, des bonnes grosses pognes de paysan et d'artisan, des mille et une choses pas calibrées, du patrimoine - le vrai, pas les éternels "petits sous" -, voilà le mot d'ordre. C'est l'avenir, savez-vous ? Celui-là et aucun autre. Il est "En Marche"... Pas d'alternative. La Science, péquenot !

Comme dans Le meilleur des mondes d'Huxley, si vous n'adhérez pas, vous voilà désigné comme "Sauvage", pas assez "pneumatique", pas "Alpha", sous-humain à améliorer ou à éliminer. Et impossible de faire comprendre à un de ces crânes d'oeuf que la seule réalité qui tienne, c'est l'école de la vie, pas les fumeuses théories ingurgitées à l'ENA ou en SupDeCo... Pas moyen que ces crétins à diplômes et certitudes en béton armé pigent qu'un jour, le réel écrasera leur sale gueule, avec tout le sable sis derrière.

Ce sera, pourtant, un aimable et très réjouissant spectacle.

Pour les fourmis qui, seules, resteront à contempler les ravages causés par les derniers hommes qui croient, comme disait l'autre, avoir "inventé le bonheur".

Écrit par : Olivier | 13/08/2017

Écrire un commentaire