Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2011

BULLETIN CELINIEN

Bulletin célinien n° 333

BC333.jpg

 

Cette livraison de septembre s’ouvre sur l’hommage rendu à Céline au cimetière de Meudon à l’initiative de François GIBAULT, président de la Société des Etudes céliniennes. Marc LAUDELOUT en donne un résumé dans son éditorial. A l’occasion de cette cérémonie, François Gibault improvisa une allocution reproduite dans ce bulletin, en rappelant que 50 000 exemplaires de Voyage au bout de la nuit sont vendus en France chaque année sans parler des traductions.

Michel UYEN signale la parution d’un nouveau livre sur l’exil danois. Cet ouvrage, intitulé « Le dernier voyage. Les années d’exil de Céline au Danemark, 1945-1951 » à été écrit par Nico Keuning, déjà auteur en 1993 d’un « Céline, de Rennes à Saint-Malo ». Voici donc un nouveau livre sur un sujet déjà traité et notamment par Helga Pedersen, Claude Duneton, Eric Mazet et Pierre Pécastaing, David Alliot et François Marchetti…

Marc Laudelout signe la réception critique du Céline de Henri Godard au sujet duquel la presse en général ne tarit pas d’éloges. Ce sont les « céliniens » qui, note l’éditorialiste, expriment le plus de réserves et notamment Philippe ALMERAS, dont le présent bulletin publie la critique du Céline de Godard dans un article intitulé « Céline à la sauce velours ».

Alméras commence par rappeler quelques vérités bien sonnantes et notamment celles que lui a inspiré le colloque de Beaubourg où se sont exprimés « des exorcistes tous formés aux méthodes, aux formules conjuratoires et aux tabous du professeur émérite. Le colloque Céline de Beaubourg en février a été une démonstration presque caricaturale de la chose, les clercs chargés de commenter Céline se relayant pour le conjurer et répudier toute collusion avec lui. » Et de poursuivre – au sujet du même colloque- qu’une pleine salle de célinien aient pu « écouter sans broncher une succession de post-céliniens dire l’horreur que leur inspirent « les pamphlets » alors que personne ne leur en demandait tant. (…) Voir l’année du cinquantenaire, le sujet d’une « célébration » refusée agrémenté d’une succession de qualificatifs négatifs par de supposés admirateurs marque le résultat du réarmement moral depuis la guerre. » C.Q.F.D. Faut-il s’en étonner ? Assurément non. En un temps où les larbins des officines de la  political-correctness et autre soft-ideologie  font l’opinion, rien d’étonnant à ce que des chercheurs sans aucun doute talentueux, surfent sur la même vague en évitant prudemment les lames de fond. A l’inverse, après avoir lu Alméras, on rejette Céline ou on le prend en bloc, tel quel, comme il est, comme un chien avec ses crocs ou un chat avec ses griffes. Comme un rosier avec ses épines. Le mérite de Philippe Alméras est d’apporter quelque clarté dans une approche que d’aucuns jugeront sans complaisance et que je trouve ni plus ni moins qu’honnête. Elle n’entame rien de l’intérêt que je peux porter pour ma part à l’œuvre écrite d’un personnage hors du commun et sans aucun doute « humain » par là, trop humain pour méconnaître sa « viande » et conséquemment celle des autres. Lui, au moins avait cette faculté de ne pas s’illusionner sur les mérites de ceux qui comme on dit tiennent le « haut du pavé » et servent les gagnants. Si Céline était un saint, cela se saurait. C’était un homme, un homme tout court avec ses défauts, ses emportements, ses faiblesses et ses élans du cœur et, dirons- nous, de l’âme, avec le talent en plus, qui fait défaut au plus grand nombre, de là sa force.

Ce que reproche Alméras à Godard en somme, c’est d’avoir « mis à couvert l’objet de ses recherches » de s’être livré, en quelque sorte, à une épuration du sujet. Cela étant, tout amateur de Céline sait bien qu’il a aujourd’hui à sa disposition -tant l’arsenal est approvisionné- de quoi se renseigner au mieux sur la part d’ombre et les motivations de l’auteur de Bagatelles et à quoi s’en tenir. A lui de se faire une opinion. J’ai fait la mienne. J’apprécie autant le travail de Godard que celui d’Alméras mais pour deux raisons différentes. Pour le premier, parce que sa biographie ne ressemble à aucune autre et que j’ai eu plaisir à la lire ; pour le second, parce qu’il n’hésite pas à s’avancer en terrain miné quand c’est nécessaire. Il le fait sans complaisance et sans haine. Du moins c’est ce qu’il me semble. Ce qu’il me semble aussi, à première vue, c’est que ces deux-là (Godard, Alméras) ne doivent pas s’aimer beaucoup ! Très « universitaire » tout ça, rien que de banal… Qu’en aurait-il pensé, Ferdinand, hein ?

Villa Maïtou.jpg

En 1957, Pierre DUVERGER prenait ce cliché de la maison du Bas Meudon reproduit en page 14 de ce numéro. On y voit l’écrivain sur le balcon en compagnie de son épouse. Cette photo, est reprise parmi bien d’autres dans l’ouvrage de 92 pages que fait paraître Imec Editeur-écriture. Comme le rappelle Marc Laudelout, Pierre Duverger, qui fit la connaissance de Céline en 1943 à Saint-Malo, est l’auteur de l’unique série de photos en couleurs de Céline. C’est aussi lui qui photographia l’écrivain sur son lit de mort le 1er juillet 1961.

On lira enfin la deuxième partie de l’étude de Pierre de Bonneville intitulé « Villon et Céline ». Il y démontre que Villon, comme Céline, « n’écrit que sur le mode de la satire et de la charge : le Lais -ce qu’on appelle le Petit testament- et le Testament sont des règlements de comptes. Voyage au bout de la nuit, le premier ouvrage de Céline est déjà un pamphlet ». Et plus loin après avoir mis l’accent sur leur nature prédestinée de « moutons noirs, de mauvais enfants, d’êtres maudits, de persécutés », l’auteur rapporte ces mots de Céline à Francine Bloch :  « Je suis une saloperie qu’on aurait dû pendre… on me le dit, on me l’écrit, eh bien dame, c’est curieux, comment qu’il a réchappé à ça, ce con-là ? Il aurait dû être pendu depuis longtemps, ou bien empalé ou n’importe quoi… » Voilà comme on l’aime, Céline, en verve !

Ce 333ème numéro du bulletin s’achève sur la présentation de l’Année Céline 2010, parue aux éditions du Lérot. Elle renferme entre autres des lettres de Céline (à Herminée Howyan, Georges Michau, J.G. Daragnès, Georges Geoffroy, Paul Marteau, Jules Almansor, Maurice Lemaître, Claude Gallimard, etc…), une étude de Gaël Richard « Sur les routes d’Eure et Loir, hiver 1918, une étude de Guillaume Grondin : « La science grotesque. La représentation de la figure du savant dans les romans de Céline », ainsi qu’une bibliographie critique et un index des œuvres, des noms et des lieux cités par Céline.

Et puisque ce numéro est dédié à Claude LEVEILLEE, artiste aussi prolifique que talentueux disparu le 9 juin dernier, je vous invite en guise d’hommage, à écouter encore une fois, et pour certains, peut-être pour la première fois, sa merveilleuse chanson « Frédéric » qu’il composa et interpréta en 1962.



24/07/2011

BULLETIN CELINIEN

Bulletin célinien n° 332

 

bul.jpg

Comme les numéros qui l’ont précédé, ce bulletin fait large part aux événements du cinquantenaire de la mort de l’écrivain. Dans son Bloc-notes, l’éditorialiste esquisse un bilan du premier semestre en mettant en avant les publications incontournables que sont le « Céline » d’Henri GODARD, le recueil de témoignages rassemblés par David ALLIOT :  « D’un Céline l’autre », et cette somme que constitue la « Bibliographie des articles & des études en langue française consacrés à L. F. Céline, 1914-1961 », de Jean-Pierre DAUPHIN. A ces ouvrages de référence il convient d’ajouter les deux hors-série très bien illustrés du Figaro et de Télérama, ainsi que le dossier du Magazine Littéraire et celui de la Revue des deux mondes en se souvenant que Céline, en son temps, et notamment au cours de son exil au Danemark, fut un fidèle lecteur de cette dernière. Marc LAUDELOUT évoque également les émissions radiophoniques et télévisuelles, notamment celles de France-Culture du 19 février et de France 5 du 3mars, sans oublier les deux colloques qui se sont déroulés au cours de cette première moitié d’année.

Pierre LALANNE, de son côté, assimile l’année Céline à la « Fête des fous ». Il s’en explique dans la note qu’il consacre à cet anniversaire qui « démontre l’incroyable jeunesse de l’écrivain ». Et l’une des conséquences possible de cette déferlante de publications et d’avis controversés sera peut-être que « de nouveaux lecteurs, intrigués, oseront s’approcher du monstre et alors, le mal sera fait : ils seront majoritairement séduits, conquis par la verve célinienne. Il n’y a pas à en douter, Céline est dans le paysage encore pour longtemps et se chargera, périodiquement, de nous le rappeler. »

Revenant sur le pétard mouillé de la commémoration officielle, Pierre Lalanne pense qu’avoir radié Céline des listes officielles est, plus qu’une erreur, « surtout un aveu d’impuissance et une réaction d’asservissement à la manipulation de l’opinion, aux mensonges, toujours. » Il fait très justement observer la complexité de cet écrivain irrécupérable par quelque officine que ce soit ; de là sa force, tout entière contenue dans sa liberté d’esprit et sa libre parole dérangeante qui, l’histoire ne le prouve que trop, lui valut les déboires que l’on sait… Cette complexité, il convient de « la libérer de ce réel qui a toujours étouffé et emprisonné l’écrivain dans un carcan idéologique où les spécialistes s’acharnent à l’enfoncer. » Il faut donc « revisiter » Céline, ce pour quoi, l’auteur de la note conseille de suivre les pistes ouvertes par Nicole DEBRIE et Paul del PERUGIA, qui se sont employés, l’un et l’autre à chercher Céline « derrière le masque et à le découvrir dans sa soif d’absolu ». Nous sommes d’accord avec Pierre Lalanne et conseillons aux internautes qui ne le connaîtraient pas, de visiter son blog: http://celinelfombre.blogspot.com

 

perugia.jpg

François MARCHETTI, dans « In memoriam Thomas Federspiel », rend hommage à celui qui « restera toujours lié au destin de Céline ». C’est en effet Thomas Federspiel qui dirigea pendant trente ans la fondation Paule Mikkelsen destinée à « offrir à Klarskovgaard, l’ancienne propriété de Thorvald Mikkelsen, des séjours d’études et de vacances à des artistes, à des écrivains et à des personnalités scientifiques ». C’est toujours lui qui « à l’automne de 1984, avait ouvert le premier, et seul, colloque Céline qui se soit tenu en Scandinavie ». Et c’est à cette occasion qu’il reçut les participants aux « maisons rouges ».

Frédéric SAENEN présente l’ouvrage que Joseph VEBRET fait paraître aux éditions Jean Picollec : « Céline l’infréquentable ? ». C’est un recueil de causeries littéraires avec David Alliot, Emile Brami, Bruno de Cessole, François Gibault, Marc Laudelout, Philippe Solers et Frédéric Vitoux.

Jérôme DUPUIS rend compte de la vente du 17 juin dernier à Drouot où se retrouvèrent un certain nombre de céliniens connus ou d’amateurs plus ou moins fortunés, décidés d’ arracher ce jour-là à la concurrence telle ou telle pièce convoitée d’un ensemble dispersé aux quatre vents comme les membres épars d’Osiris. Quelque part dans les limbes, ou par-delà du mur du sommeil, gageons que l’ermite de Meudon, lui qui avait la « hantise du terme », dû bellement s’en payer une tranche en voyant s’envoler les prix ! Et c’est un beau titre, que d’avoir choisi pour cette relation : « La revanche posthume de Céline »

lettrec.jpg

Nul doute qu’on découvrira avec plaisir l’ouvrage que prépare, Jean-Laurent POLI, sur le Montmartre de Céline. Marc Laudelout nous l’annonce dans sa note : « Céline toujours indésirable à Montmartre ». On connaît le courage des élus bien-pensants et leur « grande peur » -pour plagier Bernanos- en face du « cas » Céline ! Il n’est pas né, le maire qui se battra pour honorer son bled du nom de celui qui demeure et demeurera sans doute encore longtemps « persona non grata » devant que ne soient par quelque miracle, balayées les écuries d’Augias ! Square ou avenue Coluche, évidemment, c’est beaucoup moins risqué !

Philippe ALMERAS rend compte de l’étude de Denise AEBERSOLD : « Goétie de Céline ». La goétie, c’est le creuset où puisa l’ inspiration « féerique » de l’écrivain ; elle traverse son œuvre comme un fil d’Ariane et la rattache à ce vieux fond « païen » qui prouve à quel point Céline était sensible aux légendes et à la part d’ombre de l’inconscient collectif. Rappelons-nous le titre de l’ouvrage que lui consacra Erika Ostrovsky : « Céline, le voyeur voyant »

Enfin ce numéro 332 propose la première partie de l’étude de Pierre de BONNEVILLE intitulée « Villon et Céline ». C’est l’occasion, à travers ce parallèle de deux vies et deux talents hors du commun de redécouvrir François Villon, si lointain et pourtant si proche qui dénonçait les maux de son temps comme Céline le fit du sien. La conclusion du premier : « Que vault le monde ? —Hélas, il ne vaut rien » aurait pu être, mot pour mot celle du second qui en tira la matière première d’une œuvre jusqu’à ce jour inégalée.

29/06/2011

BULLETIN CELINIEN

Bulletin N° 331

 

BUL331.jpg

« Ce qui impressionnait d’abord, c’était son regard, intense, inquisiteur et subjuguant. » Ainsi s’exprime Colette Destouches en parlant de son père. Née à Rennes en 1920 d’Edith Follet, Colette TURPIN-DESTOUCHES s’est confiée à David Alliot qui rapporte dans son gros ouvrage « D’un Céline l’autre » paru dans la collection Bouquins chez Laffont en mai dernier, l’entretien qu’il eut avec elle en 2001. Dans le bloc-note de ce numéro 331, Marc LAUDELOUT livre quelques uns des propos qu’elle tint sur son père lors de la journée Céline du 30 mars 1996 où elle fut l’invitée d’honneur. Il y ajoute des extraits de souvenirs de Colette Destouches (souvenirs dont elle commença la rédaction dans les années 1990). Elle se souvient de la rédaction du voyage quand, toute petite, elle entendait son père déclamer au milieu de la nuit en riant, des morceaux de ce qu’il venait de coucher  du "Voyage", sur le papier…

colette1933.jpg

Colette à 13 ans

Elle explique comment la famille, et notamment l’oncle Louis, furent bouleversés à la lecture de « Mort à Crédit ». Elle se souvient de son père au retour de l’exil, quand elle le revit chez les époux Marteau à Neuilly : « … Je vis un vieillard méconnaissable, qui descendait au milieu des fresques, très doucement, tout en pleurant. Il est là, il se jette dans mes bras, et je le reconnais. Il est si léger, si vieux… Nous ne parlons pas. »

A la suite de ces confidences, on trouve une lettre de Céline à sa fille, datée de janvier ou février 1950. Il s’y plaint des conditions de vie dans sa « chaumière », de la pluie, du froid, de l’humidité glaciale… Six petits dessins exécutés de la main gauche accompagnent le texte.

L’académicien Frédéric VITOUX, l’un des biographes les plus connus de Céline, présente la récente étude d’Henri Godard parue chez Gallimard (594 pages, collection « biographies »). Disons le tout de suite, de lecture agréable et richement documenté, l’ouvrage est passionnant ; Frédéric Vitoux dit de cette somme qu’elle « dégage d’emblée une autorité que l’on pourrait qualifier de magistrale. Quel critique, quel historien, quel universitaire pourraient disputer aujourd’hui à Godard (à qui l’on doit entre autres les scrupuleuses éditions critiques de Céline en « Pléiade ») une telle maîtrise, nourrie par des dizaines d’années de réflexions, d’études, d’enseignement et d’analyses ? ». Cette biographie s’appuie tout entière sur la correspondance (très abondante) de l’écrivain ; c’est ce qui la rend si vivante et attractive.  On imagine le travail qu’il a fallu à son auteur pour sélectionner ces matériaux, les organiser, et construire sa biographie qui mérite de côtoyer les meilleures dans la bibliothèque des amateurs.

godard.jpg

 A la suite de cette présentation, le bulletin reprends des propos d’Henri Godard sur Céline, recueillis par Grégoire LEMENAGER, et parus dans le Nouvel Observateur du 19 mai 2011. Il y est question entre autres du « génie littéraire » et de l’attitude de Céline pendant et après la guerre.

On connaissait les confessions de Lucette Destouches à Véronique Robert, ouvrage critiqué en son temps pour son approche « approximative » de la vérité ; voici celles de la danseuse Maroushka : « Une enfance chez Louis-Ferdinand Céline », paru chez Michel de Maule. Il y est peu question de Céline, entre aperçu à la faveur des descentes et montées d’escaliers ! Marc Laudelout ne ménage pas ses critiques ! Il n’est pas le seul et comme il le fait remarquer à juste titre l’ouvrage aurait plutôt dû s’appeler «  Une enfance chez Lucette Destouches »… Mettons tout de même au crédit  de l’auteur le fait qu’elle restitue un peu pour son lecteur l’ambiance du 25 ter route des Gardes dans la description qu’elle fait de cette villa mystère nichée sur la pente d’un coteau dominant Paris au milieu d’un îlot de verdure peuplé d’animaux autour d’un vieil homme.

Autre spécialiste de Céline et non des moindres, Philippe Alméras vient de revoir et d’augmenter son volumineux « Céline, entre haines et passion » dont la première parution remonte à 1994. Il est interviewé ici par Marc Laudelout. A la question posée par ce dernier sur le peu d’empathie que son interlocuteur semble avoir  avec son sujet, Philippe Alméras répond : « C’est une impression que je regrette ; Si je n’avais pas « empathisé » avec l’homme et l’écrivain, je ne l’aurais pas fréquenté aussi longtemps et je n’aurais pas encaissé avec autant de constance les déboires que vous mentionnez… » Voici ce qu’il dit, plus loin, quand l’éditorialiste lui parle de Bagatelles pour un massacre comme l’un des chefs-d’œuvre de Céline sur le strict plan littéraire : « Je ne suis pas loin de partager cet avis dans le domaine de ce qu’il appelait « le style vengeance ». Mais je lis ce « pamphlet » dans la continuité des « romans » (…) ce qui me conduit à voir dans Bagatelles un « pamphlet-roman » : un roman non transposé, non crypté et un art poétique ».

Quant à savoir ce qu’il adviendra de la destinée de l’écrivain dans un siècle, voici comment il la voit :  « Si la neutralisation consensuelle des goûts et des idées se maintient et s’impose, Céline restera le réjouissant blasphémateur en valeurs humanitaires, le seul, l’unique ».

A lire également de Philippe Alméras :  « Voyager avec Céline » (210p. Editions Dualpha 2003) et : « Sur Céline » ( 250p. Editions de Paris 2008) et surtout le précieux "Dictionnaire Céline" ( 879p. Plon 2004).

dic.jpg

On trouvera en fin de bulletin un article de Robert GILLET paru dans « La dernière heure », Bruxelles 1950, et une note de Marc Laudelout au sujet de la correspondance à Alexandre Gentil ( directeur d’une clinique à Nogent-sur-Marne et ami très proche de l’écrivain). Ces 36 lettres, correspondant à 116 pages inédites, ont été acquises le 10 mai dernier par un collectionneur privé. Souhaitons qu’elles puissent, un prochain jour, faire l’objet d’une publication venant grossir la correspondance déjà volumineuse proposée par divers éditeurs.