Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2018

OÙ VA L’ARGENT DE LA TRANSITION ENERGETIQUE ?

La transition énergétique serait-elle l’alibi qu’aurait tiré de son chapeau la superclasse mondiale pour saigner à blanc les classes populaires ?
A considérer le matraquage médiatique permanent et les discours culpabilisants du Président, de ses ministres et de la caste parlementaire à l’endroit des sceptiques, on est en droit de se le demander !

Dès lors qu’on s’intéresse d’un peu près à la question, on voit que cette loi, votée en 2015 en vue de « sauver la planète » dans la foulée du GIEC et autres COP 21 et suivantes, n’est qu’un leurre destiné à soutirer un maximum d’argent au contribuable resté taillable et corvéable à merci et au pouvoir à se maintenir en place.

Car enfin, au prétexte de cette nouvelle parodie de religion qu’est la « Vertitude », qui n’est rien d’autre que la nouvelle servitude qu’ont trouvée de soit disant « écologistes » dans le seul but de conserver leurs privilèges et leur poids attaché à leur lobby politique, nous voici contraints, non seulement à nous soumettre à cette loi inique mais également à la servir avec zèle faute de quoi nous nous verrions bien vite exposés au ban de la société.

La transition énergétique, comme toute religion révélée, est édifiée sur un dogme : celui du réchauffement climatique, ou plus exactement, des « causes » dudit réchauffement. Car si l’on ne peut nier le réchauffement climatique, on est conduit, pour peu qu’on s’y intéresse de près, à devoir douter de ses causes. Tout géologue, astrophysicien et climatologue sérieux sait mieux que personne, comme le démontrent clairement les paramètres de Milankovic que, des phénomènes solaires et de la dynamique terrestre, dépendent les variations climatiques à la surface de la terre. Que les activités humaines affectent quelque peu les couches de la basse atmosphère, sans doute, personne ne le niera mais de là à prétendre que ce sont elles les responsables du réchauffement climatique et elles seules est une autre affaire !

Le dernier interglaciaire, celui de l’Holocène dans lequel nous nous trouvons, ayant suivi la glaciation de Würm, correspond également à la dernière phase de l’ère quaternaire. Les interglaciaires, de plus courte période que les glaciations ont une durée variable calée entre 10 000 et 20 000 ans. Or le nôtre, à cause des phénomènes exceptionnels se produisant à la surface du soleil, devrait avoir une durée au moins deux fois plus longue le séparant d’une nouvelle glaciation. Contrairement à ce qui est officiellement avancé, il est probable que les phénomènes solaires ont une incidence bien supérieure à celle de la concentration des gaz à effet de serre dans la basse atmosphère sur le réchauffement climatique et en soient la cause principale, sinon unique.

Cela étant, refuser d’exploiter cette manne tombée du ciel eût été pour la ploutocratie régnante une occasion manquée de s’enrichir toujours davantage, le climat ayant bon dos.

Voilà pourquoi, au nom de la sacro-sainte Vertitude, taxes et surtaxes n’ont cessées et ne cessent de pousser comme la mauvaise herbe. Ce qui, si on les ajoute les unes aux autres, représente des sommes considérables.

transition énergétique, argent, taxes, cspe, ticpe, superclasse, loi, président, giec, cop 21, religion, vertitude, écologie, privilèges, réchauffement, climat, lobby, société, dogme, géologue, soleil, atmosphère, interglaciaire, holocène, glaciation, gaz, ploutocratie, éolien, polluants, agriculture, gaspillage, oecoumène, planète, peuples, changement,


A titre d’exemple, la seule CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) a soutiré à elle seule 8 milliards d’euros aux consommateurs d’électricité en 2017 ; pour cette même année, la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques, montant 30,5 milliards) a rapporté 17,2 milliards d’euros au budget de l’état.

transition énergétique,argent,taxes,cspe,ticpe,superclasse,loi,président,giec,cop 21,religion,vertitude,écologie,privilèges,réchauffement,climat,lobby,société,dogme,géologue,soleil,atmosphère,interglaciaire,holocène,glaciation,gaz,ploutocratie,éolien,polluants,agriculture,gaspillage,oecoumène,planète,peuples,changement

transition énergétique,argent,taxes,cspe,ticpe,superclasse,loi,président,giec,cop 21,religion,vertitude,écologie,privilèges,réchauffement,climat,lobby,société,dogme,géologue,soleil,atmosphère,interglaciaire,holocène,glaciation,gaz,ploutocratie,éolien,polluants,agriculture,gaspillage,oecoumène,planète,peuples,changement

(Rapport général de l'Assemblée Nationale sur le PLF 2019)

 

Inutile de dire, dans les perspectives actuelles, que ces taxes sont appelées à augmenter.
Dans le même temps que voit-on ?

-  Une multiplication des parcs éoliens en France, inutiles et polluants, coûts exorbitants ;

-  une surconsommation d’électricité entraînée par des produits toujours plus énergivores et toujours plus coûteux (dernière trouvaille : la voiture électrique !) ;

-  la multiplication de produits polluants issus du pétrole, partout présents (plastiques et dérivés : emballages, textiles, menuiseries, automobiles, aéronautique, éoliennes, décoration, etc, etc, etc...) ;

-  des déplacements terrestres aériens et nautiques toujours plus nombreux et polluants ;

-  une agriculture industrielle artificielle toujours plus polluante ;

-  un gaspillage monumental d’argent public tous azimuts (dont la liste des

destinations serait politiquement incorrecte à établir) ;

-  enfin, l’impossibilité qu’à l’Ecologie réelle, dévoyée par l’écologie politique aux mains d’idéologues bornés l’ayant transformée en écologie punitive, de contribuer à l’équilibre et à la préservation de notre oecoumène.

Faut-il s’étonner, dès lors, que les beaux discours de la ploutocratie régnante non seulement ne soient pas compris mais soient rejetés par un nombre toujours grandissant de citoyens de plus en plus exaspérés par les privilèges que celle là s’arroge quand ceux-ci, non seulement s’appauvrissent, mais voient leur exigence d’un « mieux relatif », incessamment bafouée au nom du « sauvetage de la planète » et du mythe de l’idéologie du progrès ?

Il ne faut pas s’en étonner et pas davantage quand le peuple se réveille, c’est alors, comme la mer démontée qu’il cesse d’obéir ("Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir" - Rivarol) et renverse les idoles qu’innocemment il s’était données.

"Car ce sont les temps du Grand Changement qui maintenant, viennent..." - Dominique de Roux

 

19/05/2017

NOUS Y SOMMES...

gobineau,pléiade,nation,dégénéré,fléaux,peuples,dangers,sang,héros

 

« Ainsi une nation périt sous les fléaux sociaux parce qu’elle est dégénérée, et elle est dégénérée parce qu’elle périt. Cet argument circulaire ne prouve que l’enfance de l’art en matière d’anatomie sociale. Je veux bien que les peuples périssent parce qu’ils sont dégénérés, et non pour autre cause ; c’est par ce malheur qu’ils sont rendus définitivement incapables de souffrir le choc des désastres ambiants, et qu’alors, ne pouvant plus supporter les coups de la fortune adverse, ni se relever après les avoir subis, ils donnent le spectacle de leurs illustres agonies ; s’ils meurent, c’est qu’ils n’ont plus pour traverser les dangers de la vie la même vigueur que possédaient leurs ancêtres, c’est, en un mot enfin, qu’ils sont dégénérés. L’expression, encore une fois, est fort bonne ; mais il faut l’expliquer un peu mieux et lui donner un sens. Comment et pourquoi la vigueur se perd-elle ? Voilà ce qu’il faut dire. Comment dégénère-t-on ? C’est là ce qu’il s’agit d’exposer. Jusqu’ici on s’est contenté du mot, on n’a pas dévoilé la chose. C’est ce pas de plus que je vais essayer de faire.

Je pense donc que le mot dégénéré, s’appliquant à un peuple, doit signifier et signifie que ce peuple n’a plus la valeur intrinsèque qu’autrefois il possédait, parce qu’il n’a plus dans ses veines le même sang, dont des alliages successifs ont graduellement modifié la valeur ; autrement dit, qu’avec le même nom, il n’a pas conservé la même race que ses fondateurs ; enfin, que l’homme de la décadence, celui qu’on appelle l’homme dégénéré, est un produit différent, au point de vue ethnique, du héros des grandes époques. Je veux bien qu’il possède quelque chose de son essence ; mais, plus il dégénère, plus ce quelque chose s’atténue. Les éléments hétérogènes qui prédominent désormais en lui composent une nationalité toute nouvelle et bien malencontreuse dans son originalité ; il n’appartient à ceux qu’il dit encore être ses pères, qu’en ligne très collatérale. Il mourra définitivement, et sa civilisation avec lui, le jour où l’élément ethnique primordial se trouvera tellement subdivisé et noyé dans des apports de races étrangères, que la virtualité de cet élément n’exercera plus désormais d’action suffisante. Elle ne disparaîtra pas, sans doute, d’une manière absolue ; mais, dans la pratique, elle sera tellement combattue, tellement affaiblie, que sa force deviendra de moins en moins sensible, et c’est à ce moment que la dégénération pourra être considérée comme complète, et que tous ses effets apparaîtront. »

 

GOBINEAU "Oeuvres" Tome 1, Pléiade page 162

13/02/2012

13 FEVRIER 1945

 

Dresde.jpg

Du 13 au 15 février 1945, en quatre raids nocturnes, 1300 bombardiers alliés larguèrent sur Dresde, la « Venise du Nord », 3900 tonnes de bombes à fragmentation et au phosphore, équivalent à 700 000 unités. On ne saura jamais le nombre des victimes que causèrent ces terribles bombardements. Un certain nombre d’entre-elles purent être dénombrées (un peu plus de 250000) ; les autres, volatilisées par la chaleur dépassant les 1600 °, compteront au nombre des disparus.

Les causes de cette destruction massive ne sont pas claires et continuent de nourrir des débats passionnés. Ce que l’on sait, c’est qu’il n’y avait pas d’objectifs stratégiques dans la ville qui ne possédait même pas de défense anti-aérienne ; seulement des hôpitaux militaires en surcharge de blessés et un afflux considérable de réfugiés. Ceux-ci, venus de Breslau et de Silésie, poussés par les chars soviétiques, avaient porté la population de l’agglomération à près d’un million 200 000 personnes.

La quantité de bombes larguées si on la rapporte au nombre des habitants, équivalant à un engin meurtrier pour deux personnes, on ne peut pas dire que les alliés furent avares en cadeaux tombés du ciel ! Et on voit par là, combien la trique anglo-saxonne ne fait pas dans le détail ! Rien ne fut épargné du cœur de la ville, ni ses habitants —dont de nombreux enfants femmes et blessés— ni ses prestigieux monuments qui avaient pourtant défié les siècles, ni même les animaux du zoo et tous les parcs de proximité ou de la périphérie qui s’enflammèrent comme autant de torches dans cet enfer apocalyptique.

Six mois plus tard, presque jour pour jour, c’était au tour d’Hiroshima de s’incliner sous la férule de l’oncle Sam, mais quelle !

La raison du plus fort est toujours la meilleure, n’est-ce pas, et il n’a pas à s’excuser ; c’est aux autres qu’il demande de le faire. Il n’a pas, non plus à être jugé, ce sont les autres qu’il juge et sans autre forme de procès que le bon plaisir de ses intérêts. Il n’y a que les aveugles pour ne pas le voir… ou ceux qui ont oublié l’Histoire, la vraie, pas la truquée ! Craignons qu’ils n’aient l’occasion hélas, de devoir bientôt en prendre conscience…