Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2011

30 MAI 1431

 

J1.jpg

(Oeuvre de BARRIAS, plateau des aigles, Bonsecours, Rouen)

 

Jehanne, la Pucelle, "Fille de Dieu", dite "Jeanne d'Arc" est brûlée vive sur la place du vieux marché à Rouen...

" Au milieu de la place, près du pilori, un socle de plâtre, d'une hauteur inusitée, portait un amoncellement de deux ou trois cents fagots secs, imbibés de graisse de porc, disposés en deux assises superposées, avec interstices pour activer le passage de l'air, et, aux quatre coins, des foyers d'allumage mêlés de paille. Au sommet se dressait l'estache, poteau de bois haut de 8 pieds (2,60m), avec trous pour le passage des liens, destinés à fixer la victime. Un déploiement énorme de sept à huit cents soldats en armes entourait cet espace...

... Les soldats anglais la conduisirent à l'échafaud (...) Jeanne, étreignant toujours la croix de Saint-Sauveur, fut, comme l'avait été Jean Huss, coiffée d'une mitre d'infamie, en papier, en forme de tronc de cône renversé, sur laquelle se détachaient ces mots :“hérétique, relapse, apostate, ydolâtre"...

... C'est alors que le bailli donna l'ordre de mettre le feu au bûcher. A cet instant, Jeanne cria à haute voix: "Jhésus" et invoqua Saint Michel. (...) L'échafaud de plâtre servant de socle était tellement élevé, sans doute dans le but de l'exposer mieux aux regards, que le bourreau fut impuissant à l'atteindre pour abréger ses souffrances.

... Les Anglais s'acharnèrent sur les restes de la Pucelle. Dès qu'elle fut morte, craignant qu'on ne pût dire qu'elle s'était évadée, ils donnèrent l'ordre au bourreau d'écarter les flammes pour faire apparaître à tous son corps dépouillé de ses vêtements brûlés. Ensuite, après que celui-ci eut été calciné, bien qu'à plusieurs reprises le bourreau eût appliqué bois et charbons sur les entrailles et sur le coeur, il lui fut impossible de réduire en cendres ce dernier qui resta intact et plein de sang. Enfin, pour soustraire ses restes à toute vénération, et "afin que jamais sorcherie ou mauvaisté on n'en peust faire ni propposer", ils furent sur l'ordre du cardinal Winchester rassemblés dans un sac et jetés à la Seine. Ce fut fait par-dessus le parapet crénelé du pont Mathilde, probablement vers le milieu du fleuve où le courant était le plus rapide " ( Colonel de LIOCOURT: La Mission de Jeanne d'Arc, T. II, Nouvelles Editions Latines, 1981).

C'était il y a 580 ans...

J2.jpg

(Oeuvre de REAL del SARTE, église de Domrémy)









19:07 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (0)

18/05/2011

18 MAI 1887

 

 Wiechert A.jpg

 

Anniversaire  de la naissance de l’écrivain allemand Ernst WIECHERT, qui vit le jour Le 18 mai 1887 en Prusse orientale dans la région de Sensburg. Ce fils de forestiers élevé au milieu des bois et des marais dans le respect de la religion de ses pères, a puisé la matière de son œuvre au contact des humbles et de la nature qu’il a observé dans le recueillement et la méditation où le portait son tempérament. Ses interrogations sur la vie et sur la mort, sur la force du destin, sur le mal et la rédemption, et la façon dont ils les arrange, font de son œuvre une matière de vitrail où les thèmes sont répétés sans jamais lasser le lecteur. On s’y attarde volontiers, parce qu’on y trouve le calme et la paix semblables à ceux qui vous accueillent quand on pousse la porte d’un sanctuaire ou d’une cathédrale.

PF.jpg

Lire Wiechert –dont les ouvrages malheureusement ne sont plus édités- c’est un peu comme « entrer » dans l’œuvre de Schubert ; on n’est plus tout à fait le même quand on en sort. Voici quelques extraits tirés successivement de la SERVANTE du PASSEUR (1932), des ENFANTS JEROMINE (1945), de LA VIE SIMPLE (1939) et de MISSA SINE NOMINE (1950)…

SP.jpg

 

« Là, ses pensées furent coupées net. Dans l’entrebâillement de la porte branlante, se tenait la chose grise, impalpable, la chose sans visage, qui n’était qu’une forme fumeuse. Un corps aux épaules d’ombre penché sur l’eau et qui tâtonnait, ramant contre le flot avec des bras invisibles. Une fois sur le seuil, l’un des bras s’éleva et fit un geste vague, mais qui, de quelque manière, demandait – un semblant de signe, mais qui lentement et comme dissous, oublié, se perdit. Un glaçon pénétra par la porte, guère plus large que la main, heurta l’échelle, tourna sur lui-même et glissa dans la chambre. Il glissa au travers de la chose grise, la coupa en deux, juste au-dessus des épaules et l’emporta, de sorte qu’on ne vit plus que l’eau où nageaient de petites bulles blanches.

Jürgen ramena son bras. Il pensait avoir compris que l’ombre réclamait quelque chose, mais Jürgen ne voulait pas. Il ne voulait pas acheter son repos en donnant ce que Martha avait porté dans son sein. Il resta encore un instant assis sur l’échelle. Comme toujours après ces apparitions, il avait les genoux brisés et une main glacée lui pesait sur le cœur. Toutes ses pensées sombrèrent. Un froid humide le transperça jusqu’aux moelles, comme le brouillard d’automne sur le fleuve, la nuit. Un enfant l’aurait poussé à bas de son siège, qu’il ne se serait pas défendu. Seul le glaçon nageait toujours devant ses yeux, et sa tranche bleuâtre qui avait coupé l’Ombre ».

EJ.jpg

 

« Il prit doucement dans sa main le sein de la jeune fille et se pencha encore une fois sur elle. “ La mort n’existe pas, Marguerite ; tu m’entends ? La mort n’existe pas. “

Elle le regarda incertaine, puis elle sourit avec un mélange d’humilité et de sagesse. “ Tu penses donc toujours, Jons ?“ demanda-t-elle. “Il ne faut pas penser quand tu es dans mes bras.“

Quel été ce fut, et comment était-il possible qu’il tuât des milliers et des milliers d’hommes tandis qu’ici les nuages blancs passaient sur le fleuve et que la nuit les orages lointains projetaient leur lumière bleue sur le visage de la jeune fille ? Que les hommes fussent tués parce que quelques-uns d’entre eux le voulaient, ce n’était pas le sens de la vie. Et ce n’était pas non plus le sens de la mort. Son sens était qu’elle apparût quand l’astre était au zénith, et que le mince croissant sombre entamait doucement sa lumière. Elle venait pour accomplir et non pour détruire. Elle n’était qu’un simple moissonneur, avec une simple faucille, et seuls les hommes l’avaient multipliée par dix, par mille. Elle était devenue un valet, et comme tous les valets elle ne connaissait pas de mesure. Ils l’avaient dépouillée de son caractère sacré et il était vain de la louer maintenant et de lui tresser des couronnes. Son pas était devenu aussi familier que celui du facteur dans la rue, et ils plaisantaient à son propos, comme si elle avait été l’un des leurs ».

 

VS.jpg

« Il est des années dont on ne saurait rien mentionner, rien relever. Elles sont comme les barreaux d’une palissade et il faut attendre de nouveau un moment jusqu’à ce que revienne un des piquets de chêne qui tient l’ensemble et lui donne de l’allure. Mais nous ne connaissons pas de palissade qui ne soit constituée que de piquets, pas de vie, dont chaque jour vaille d’être mentionné ou relevé. Ce seraient alors une puissante palissade et une puissante vie.

Le destin est chiche de grandes années. Un gamin tenant une baguette à la main court le long d’une palissade. La baguette passe sur les barreaux et cliquette d’un son monotone jusqu’à ce qu’arrive un des piquets. Alors cela rend un son distinct, sourd. Ainsi en va-t-il de nos années, le long desquelles court le destin. Elles cliquettent un peu jusqu’à ce que revienne une année cruciale. Il ne faut pas les dédaigner, la vie sait bien pourquoi elles sont là ; mais il ne faut pas en parler. Les vies silencieuses sont comme des pierres. Elles croissent dans les profondeurs et personne ne sait rien d’elles. Mais un jour c’est d’elles que sont construites les grandes cathédrales ».

MSN.jpg

 

« Je m’imagine toujours qu’il viendra un moment, où les hommes découvriront tout d’un coup qu’il leur manque quelque chose et que cela se trouve derrière eux et non point en avant. Qu’il pourrait venir un moment, dans leur vie, où ils délaisseraient les short stories ou les bestsellers, pour chercher à se rappeler la strophe d’un cantique appris dans leur enfance. Qu’ils arrêteront un jour leur appareil de T.S.F. et que, dans l’inquiétant silence qui surviendra alors, ils resteront médusés sur leurs sièges, fantômes délaissés, et quand ils promèneront leurs regards autour d’eux ils ne découvriront que des fantômes comme eux, assis, eux aussi, devant leurs machines à bruit silencieuses. Un réfrigérateur ne vaut pas la jupe de soie noire de leur grand-mère, où tout petits ils allaient blottir leur visage, quand ils avaient peur.

“Or, la peur viendra, frère, elle est déjà là, on sent son souffle froid. Une immense peur de la terrible solitude réservée à l’espèce humaine, qui a détrôné la grand-mère et le bon Dieu, pour démolir les atomes et faire partir des fusées dans la lune.

“ Et quand cela se produira, frère, ils regarderont autour d’eux, égarés comme des fantômes, et peut-être iront-ils trouver ceux qui ont ramassé les vieilleries dans la poussière du chemin et les ont conservées “.

(…)  Car il n’y avait plus de vieille femme, assise à la tombée de la nuit au coin du feu, le fil de son rouet entre les doigts, pour leur conter les contes du temps jadis, dans lesquels la bonté et la vaillance étaient récompensées… (…) Car même pour les enfants, “Il était une fois…“ avait pris un autre sens. Il évoquait en somme la perte d’un bien et non celle d’un charme. Et il fallait longtemps pour faire renaître lentement et prudemment ce charme, devant leurs yeux clairs et critiques.

Et le baron estimait qu’il fallait s’y mettre de tout son cœur, pour que la lueur du trésor ne s’abîmât pas définitivement dans les profondeurs, si loin que ni l’œil ni l’oreille ne la reconnaîtraient plus, quand retentirait l’ “appel du temps“. Avec la lueur de ce trésor s’engloutirait aussi la dernière lueur d’un peuple. Le jour viendrait où artistes et enfants parleraient la même langue, cet effroyable langage des scaphandriers, qui ne touchaient plus les trésors engloutis que du bout du pied. Un langage sans vertu magique et sans mystère, la langue des hauts-parleurs et des fusées interplanétaires ».

 

vitrail.jpg

 

06/02/2011

6 FEVRIER 1967

 

martine2.jpg

 

Marie-Louise MOURER, célèbre actrice française des années cinquante, connue sous son nom de scène de MARTINE CAROL, décède le 6 février 1967 à Monte-Carlo d'un arrêt cardiaque.

Cette actrice talentueuse joua dans plus de cinquante films tournés par des cinéastes de renom parmi lesquels on compte Henri Decoin, Gilles Grangier, Marcel Carné, André Cayatte, René Clair, Christian-Jaque qui fut son époux, Sacha Guitry, Jean Delannoy, Max Ophüls, Terence Young et Georges Lautner. Elle connut ses heures de gloire avec les meilleurs interprètes du temps jusqu'à l'apparition de la nouvelle star Brigitte Bardot.

On se souvient de Caroline Chérie qu'elle incarna avec brio.

On se souvient peut être moins du rôle remarquable qui fut le sien dans "La Pensionnaire" film qu'Alberto Lattuada tourna en 1953, dans un hôtel de luxe de la Riviera italienne. On y retrouve le grand acteur que fut Raf Vallone.

 

Martine1.jpg

 

Née à Saint-Mandé le 16 mai 1920, cette étoile à la course trop brève n'aura vécu que 47 ans après avoir donné le meilleur d'elle-même. Elle repose au cimetière de Cannes.

 

martine3.jpg

 

On consultera le site dans lequel Christophe BOURACHOT lui rend hommage. 

 

Martine couv.jpg