Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2010

BULLETIN CELINIEN

Bulletin célinien n° 316

 

celtar.jpg

 

Au travers d'une interview de Jacques TARDI par David ALLIOT, ce 316ème numéro rend hommage à l'unique et talentueux illustrateur de la trilogie Casse Pipe, Mort à Crédit et Voyage au Bout de la Nuit. L'entretien rapporté sur six pages du bulletin, nous apprend comment Tardi en est arrivé à concevoir son « œuvre célinienne ». Et parce qu'il s'agit d'une œuvre de haute volée, quel autre illustrateur, fors celui de Brindavoine, d'Adèle Blanc-Sec  et de Nestor Burma, eut été capable de rendre avec ce trait incisif qui tient de la fresque et de la gravure pariétale, l'atmosphère si particulière de l'épopée célinienne ? Il suffit d'ouvrir les éditions Futuropolis-Gallimard pour en juger : Tardi, Céline, c'est le talent au service du talent, tant le texte colle à l'image, et l'image au texte. S'il fallait ne retenir que trois vignettes du Voyage au Bout de la Nuit, je m'arrêterais à certain cheval et à son cavalier sortis de l'ombre, annonciateurs de l'apocalyptique guerre de 14, à la « chasse volante » des squelettes dans le ciel qu'on voit en milieu d'ouvrage, et à la vieille Henrouille, dans le visage de laquelle on retrouve certains caractères du portrait de  Céline par Tardi, en couverture du présent numéro.

J'ai pour ma part le regret -que beaucoup partageront sans doute avec moi- que l'auteur du Voyage, disparu trop tôt, n'ait eu le temps de découvrir les dessins de Tardi, certain qu'il ne les aurait pas désavoués, au même titre qu'il aurait sans doute apprécié les pages inoubliables de  « Putain de Guerre », bien placé qu'il aurait été pour en juger...

A la question posée par David Alliot de savoir si Tardi songeait à illustrer d'autres auteurs, voici sa réponse : « Après avoir travaillé de façon intensive sur les romans de Céline, tous les autres auteurs deviennent d'une fadeur épouvantable. C'est pourquoi je ne souhaite pas illustrer d'autres auteurs. » Comme quoi, lorsqu'on a atteint certains sommets, il est bien difficile d'en redescendre !

Dans ce même numéro de février, hommage est rendu par Marc LAUDELOUT à Jacques DEVAL, ami de Céline, dont Philippe ALMERAS nous dit dans son  « Dictionnaire » que l'un et l'autre firent connaissance après la sortie du Voyage et notamment à Los Angeles en 1934. Cette amitié, qu'un abondant courrier dont nous n'aurons sans doute jamais connaissance laisse penser qu'elle devait être sans failles, valut à Céline ces propos dans une lettre d'exil adressée à Milton HINDUS : « C'est un admirable cœur et un des plus subtils esprits que je connaisse (...) C'est l'esprit français en personne -hallucinant presque- il est inquiétant, monstrueux de vivacité spirituelle ».

Jacques Deval, homme de théâtre avait aussi des talents de cinéaste, et les lecteurs du bulletin seront surpris de voir Céline figurer dans la représentation de Tovaritch, comédie satirique filmée en 1935. A qui doit-on cette découverte ? à Alain VATESSE, enseignant et auteur dramatique ; c'est ce que nous explique Marc Laudelout dans son éditorial : il s'agit d'un « scoop » que vous découvrirez en cinq photos sur lesquelles vous reconnaîtrez facilement Céline.

A l'occasion de la sortie d'une biographie consacrée à Jean-Louis BORY, l'éditorialiste  nous dit en quelques mots, quel grand admirateur il fut de Céline et rappelle l'éloge qu'il fit de Nord, paru le 13 mai 1960, dans l'Express du 26 du même mois : « ... Ecriture en transes, ouragan des couleurs, Nord progresse encore, semble-t-il, sur la voie de la libération stylistique, vers l'expression immédiate du rendu émotif, l'exacte répercussion des vertiges. »

Enfin, on doit à Frédéric SAENEN, l'annonce d'une  biographie « toute tact en ondes », parue en Italie aux éditions Mursia, forte de 1160 pages, fruit du travail de bénédictin de Marina ALBERGHINI dont le talent se décline, nous dit l'auteur, « dans le sillage d'un animal fétiche auquel elle voue un véritable culte : le chat. »

Il nous reste à souhaiter qu'elle soit prochainement traduite en français...

 

 

 

06/02/2010

FAIM

 

hamsun-726731.jpg

 

 

Terrible livre que « LA FAIM », ou « FAIM », de Knut Hamsun ! Ce que raconte l'auteur, il faut l'avoir vécu pour le dire, et il le fait simplement, sans autre recherche particulière que celle de laisser au lecteur l'assurance de la vérité en usant justement du pouvoir des mots. A lire ces pages, lourdes de la misère noire des affamés, il faudrait avoir le cœur bien dur pour ne pas se laisser emporter par la compassion.

Knut Hamsun fit paraître « Faim » en 1888 dans la revue danoise « Terre Nouvelle » ; le livre, publié deux ans plus tard en 1890, consacrera sa vocation littéraire jusqu'à ce qu'elle soit couronnée par un prix Nobel en 1920. Faim est un récit tout entier tourné vers l'expérience douloureuse mais assurément enrichissante qu'il fit avant de s'embarquer pour l'étranger. Sans doute s'est-il aventuré jusqu'à la frontière de la folie voisine de celle de la mort, par la dégradation de son intégrité physique entraînée par la privation de nourriture :

« Je me percevais moi-même comme un insecte à l'agonie, saisi par l'anéantissement au milieu de cet univers prêt à s'endormir... »

Il s'observe sans complaisance prenant acte de son anéantissement :

« Des taches de putréfaction commençaient à apparaître dans mon être intime, des moisissures noirâtres qui s'étendaient de plus en plus. Et du haut du ciel Dieu me suivait d'un œil attentif et veillait à ce que ma déchéance s'accomplît selon les règles de l'art, lentement et sûrement, sans rompre la cadence... »

Et il semble que le sort s'acharne à le détruire sans que rien ni personne ne puisse l'arracher à l' irrémédiable dissolution de son être :

« Toujours il se trouvait un obstacle ou un autre... Avec quelle régularité, quel mouvement uniforme j'avais descendu la pente, constamment ! J'avais fini par être si singulièrement dénué de tout qu'il ne me restait pas même un peigne, pas même un livre à lire quand la vie me devenait par trop triste... »

Et il est vrai qu'à le lire on soufre avec le narrateur, saisi entre la faim et le froid comme dans les mâchoires d'une tenaille que tiendrait le destin ou ce Dieu auquel plus d'une fois il clame sa détresse :

« Je trouvais les plus fortes objections contre l'arbitraire du Seigneur qui me faisait expier la faute de tous... Depuis ce jour de mai où avaient commencé mes tribulations  je pouvais constater une faiblesse qui s'accentuait peu à peu ; j'étais devenu en quelque sorte trop las pour me conduire et me diriger où je voulais ; un essaim de petites bêtes malfaisantes avaient pénétré dans mon être intime et l'avaient évidé. Etait-ce l'intention arrêtée de Dieu de me détruire complètement ? Je me levai et marchai de long en large devant le banc... »

De bancs en bancs, le malheureux erre dans la ville de Kristiana où il cherche vainement quelque chose à se mettre sous la dent. Poussé à la dernière extrémité, il en est réduit à ramasser ce qu'il trouve sur son chemin :

« J'avais terriblement faim ; je ramassai par terre un copeau et le mâchai. Cela me réussit. Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt ?... »

Et plus loin :

« Mâcher des copeaux ne servirait plus à rien ; mes mâchoires étaient lasses de ce travail stérile et je les laissai en repos. Je me rendis à merci. Au surplus, un bout d'écorce d'orange déjà brunie que j'avais trouvé par terre et m'étais aussitôt mis à ronger m'avait donné la nausée... »

Jusqu'à s'en prendre à lui-même :

« Je m'éteignais sans remède, les yeux ouverts, fixés au plafond. Finalement, je fourrai mon index dans la bouche et me mis à le téter. Quelque chose commença à remuer dans mon cerveau, une idée qui se frayait un chemin là-dedans, une invention totalement démente : Hein ! Si je mordais ? Et sans une minute de réflexion, je fermai les yeux et serrai les dents... »

Finalement, il en est réduit à mendier un os :

« Je m'adressai au premier boucher que je rencontrai. Oh ! soyez aimable de me donner un os pour mon chien, dis-je. Rien qu'un os ; il n'est pas besoin qu'il y ait quelque chose après... »

Et pourtant, cette épreuve épouvantable le conduit à expérimenter la sensation étrange d'une forme de dédoublement comme il peut s'en produire dans des états de conscience très particuliers, et dans certaines circonstances, à l'approche de la mort :

« J'éprouve alors une sensation étrange et fantastique que je n'avais encore jamais ressentie . C'était, au long de mes nerfs, une secousse légère, merveilleuse , comme si des ondes de lumière les avaient parcourus. En jetant les yeux sur mes souliers il me semblait rencontrer un bon ami ou retrouver une partie détachée de moi-même... Je me parlais raison avec une grande sévérité et serrais violemment les yeux pour en chasser les larmes. Comme si je n'avais encore jamais vu mes souliers... Quelque chose de mon être avait passé dans ces souliers, ils me faisaient l'effet d'une haleine qui montait vers mon  « moi », d'une partie respirante de moi-même... »

Dans le même temps qu'il est obsédé par la faim, il est obsédé par l'article qu'il doit fournir à un journal et qui seul, s'il en vient à bout et s'il est accepté, lui assurera le lendemain.

C'est qu'il y a plus d'un lien entre la faim de nourriture et celle d'écriture ; toutes deux, on le sent bien, sont interdépendantes et le font également souffrir : il y a l'impossibilité de trouver de quoi manger et il y a l'impossibilité de produire quoi que ce soit qui se tienne... S'adresser au ciel en prenant à témoin son créateur, est sa façon de conjurer la folie qu'il sent en gésine au profond de son être et à laquelle il suffirait de peu pour qu'elle ne l'emporte tout entier...

«  Mon père céleste n'avait-il pas pris soin de moi comme des oiseaux du ciel, ne m'avait-il pas fait la grâce de me désigner du doigt comme son humble serviteur ? Dieu avait fourré son doigt dans le réseau de mes nerfs et discrètement, en passant, il avait un peu embrouillé les fils. Et Dieu avait retiré son doigt et, voyez, il restait à ce doigt des fibres et de fines radicelles arrachées aux fils de mes nerfs. Et il y avait un trou béant à la place touché par son doigt qui était le doigt de Dieu, et une plaie dans mon cerveau à la place de son doigt... »

La folie qu'il guette, dont il sait qu'elle pourrait bien sortir par cette faille, il soupçonne qu'elle a peut-être déjà commencé ses ravages, tout attachée qu'elle est à sa faiblesse. Mais elle l'inspire, dans le même temps qu' elle l'angoisse :

« C'est comme cela quand on meurt, me dis-je à moi-même, tu vas mourir ! Je restai un petit moment à réfléchir à cette chose ; j'allais mourir. Alors je m'assieds dans mon lit et je me demande sévèrement : Qui a dit que j'allais mourir ?...

J'entendis bien que je délirais, je l'entendis avant d'avoir fini de parler. Ma folie était un délire de faiblesse et d'épuisement, mais je n'avais pas perdu conscience. Et tout à coup, une idée me traversa le cerveau, l'idée que j'étais devenu fou... »

Rien ni personne à qui ou à quoi se raccrocher ; tout au plus quelques apparitions fugaces qui n'ont guère plus de substance que des mirages. Il semble que les « mots » seuls, soient de nature à lui apporter le réconfort qu'il cherche vainement dans la présence de l' « autre » ; des mots puissants...

Par le biais de ceux qu'il forge dans des situations bien particulières -la rencontre de la « femme », celle du « vieillard » et celle de la  prescience de la « mort »- il retrouve le pouvoir du verbe créateur, la résonance de la parole perdue. Il écoute ces mots magiques sonner en lui comme des cloches englouties ; il en savoure  la force et se les répète avec délectation : « Ylajali... Happolati... Kuboa... ».

« Subitement, je me mets à claquer des doigts plusieurs fois de suite et à rire. C'était diablement drôle ! Ha ! Je m'imaginais avoir trouvé un mot nouveau. Je me dresse sur mon séant et je dis : Ca n'existe pas dans la langue, c'est moi qui ait inventé ça : Kuboa. Ca a des lettres, comme un mot. Bonté divine, mon garçon, tu as inventé un mot...Kuboa... d'une grande importance grammaticale.

Je voyais distinctement le mot devant moi dans les ténèbres... »

Partagé entre l'envie de se laisser mourir et l'impératif physiologique de devoir absorber de la nourriture, le protagoniste parvient à surmonter ce dilemme en s'accrochant à ce qui lui reste encore de conscience lucide et de liberté. Il en vient même, dans les rares occasions où il réussit à se procurer quelque argent à distribuer le peu qu'il a au premier venu, comme s'il trouvait, dans la privation du nécessaire, le moyen de surmonter sa déchéance. Il en arrive au stade où ses larmes coulent d'elles-mêmes, non point d'apitoiement sur soi, mais, d'une certaine manière, en façon de « sainteté », parvenu au bout de la souffrance :

« Je me levai et partis. Le soleil parut sur les crêtes. Le ciel était pâle et fin et, dans ma joie de cette belle matinée après toutes ces semaines sombres, j'oubliai tous mes soucis : il me sembla que maintes fois ma situation avait été pire. Je me tapotai la poitrine et me chantai un bout de chanson à part moi. Ma voix sonnait si mal, un son si complètement usé, qu'à l'entendre, je m'émus moi-même jusqu'aux larmes. Cette magnifique journée, ce ciel pâle, baigné de lumière, agissaient aussi fortement sur moi et je me mis à sangloter tout haut... »

Sans doute est-ce un homme délivré qui s'embarque sur le bateau vers l'inconnu, par où le récit s'achève, un homme qui a compris que tout est éphémère, « ...tout comme  de l'herbe qui s'embrase ! Tout aboutissait à quatre planches et un suaire... »

On a vu du Dostoïevski chez Knut Hamsun qui par certains aspects, du moins dans ce récit, fait également penser à Kafka. Assurément, l'auteur a connu la faim dont il parle, de telles choses ne s'inventent pas et le narrateur n'est pas de ceux qui parlent pour ne rien dire ! André Gide et Octave Mirbeau, dans leurs préfaces respectives ne s'y sont pas trompés qui lui rendent hommage, et nombreux sont ceux qui, dans leur sillage, ont reconnu dans l'œuvre d'Hamsun celle d'un des meilleurs auteurs du XXème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

20/01/2010

BULLETIN CELINIEN

 

Bulletin célinien N° 315

 

P1040940Céline.jpg

 

 

Belle couverture où l'on voit Louis Destouches en grande tenue de cuirassier. Engagé volontaire au 12ème Régiment de cavalerie lourde de Rambouillet à l'automne 1912, il avait alors vingt ans au moment de la déclaration de la première guerre mondiale...

Après la récente parution de l'incontournable cinquième volume de la Pléiade (« Lettres »), rapidement épuisé, ce 315ème numéro du bulletin est l'occasion pour Marc Laudelout, de faire un tour d'horizon des réactions de la presse à la faveur de cet événement littéraire.

Car c'est bien de littérature qu'il s'agit, Céline ne nous déçoit pas ! Le ton y est et le talent aussi, naturellement... Et quoi qu'en pensent ses détracteurs pour des raisons diverses, Céline est à présent au Panthéon des lettres (il ne reste qu'un sixième volume pour qu'il y soit tout à fait) et il y a peu de chances qu'eux s'y trouvent un jour !... Attendons donc, avec Pierre Assouline, la publication de ce sixième volume, car celle de la correspondance, dit-il, « est un chevau-léger de l'ultime charge à venir du cuirassier Destouches. » Aussi sommes nous d'accord avec lui lorsqu'il ajoute :

« Il serait temps de s'aviser qu'un écrivain est un bloc. Rien à jeter. Ses lettres font œuvre comme le reste. Céline n'y échappe pas. L'épistolier en lui n'est pas seulement abondant : il est nombreux, multiple. »

Ce choix de lettres, qui a l'avantage d'être publié chronologiquement, permet au lecteur qui connaît l'œuvre de suivre à la trace la transposition que  fait l'auteur de son « histoire personnelle » dans ses romans ; c'est par là aussi qu'on mesure le talent. Qu'importe alors la part du réel, au regard de son double ? Notre vie même, dès l'instant qu'elle est couchée sur le vélin, n'est que fiction, et ce qu'on en dit, n'est point tant important que la façon dont on le dit ! Aussi, rendons grâce à Céline d'avoir beaucoup brodé...

Ajoutons qu'à la lecture de cette correspondance, on mesure, faut-il le rappeler, la grande culture d'un auteur nourri des classiques.

Hommage est rendu par F. Marchetti, dans ce numéro 315, à Bente Karild décédée en septembre 2009, pour laquelle Céline s'était pris d'affection lors de son exil danois. Grâce à F. Marchetti, qui l'a bien connue, les lecteurs du Bulletin ont pu apprécier les souvenirs, que Bente Karild à laissés sur l'écrivain et sur leur passions commune, la danse.

Dans ce même bulletin, Marc Laudelout rappelle quel regard portait Céline sur deux de ses contemporains, Alfred Fabre-Luce et Bernard Faÿ, ayant traversé comme lui ces  « années troubles », avec plus ou moins de zèle et de compromissions... Il évoque le critique averti que fut Lucien Rebatet en matière de septième art et signale la parution chez Pardès de « Quatre ans de cinéma », ouvrage de 406 pages auquel il a collaboré, puis il dresse un panorama de l'année  2009, « année célinienne », où parmi de nombreux événements, nous retiendrons particulièrement :

- la création en mai du blog « Le Petit célinien » dû à Matthias Gadret, et la parution chez Gallimard des « Lettres à Albert Paraz » (réédition revue et augmentée par Jean-Paul Louis) ;

- en juillet le « Dossier Céline » du Magazine des Livres ;

- en novembre bien sûr les « Lettres de Céline » dans la Pléiade ainsi que l'ouvrage de Véronique Robert-Chovin « Devenir Céline, lettres inédites 1912-1919 ;

- et en décembre la publication de « L'année Céline 2008.

Edmond Gaudin, fidèle abonné du Bulletin et admirateur de l'œuvre célinienne brosse en quelques pages un portrait de Céline tel qu'il le voit : « Outrancier ! Voilà comment je vois Céline. Dans ses propos, dans ses opinions, dans ses actes avec lui-même et avec les autres. Dans ses textes aussi... ». Convenons en, mais convenons aussi que l'outrance atteint à de ces hauteurs, lorsqu'elle est conduite avec brio, qui laisse loin derrière elle tous ces petits « à la manière de... » qui encombrent bien des rayonnages et bien des têtes de gondoles des épiceries littéraires contemporaines.

Terminons cette recension par l'annonce que fait Jean-Paul Louis de « l'Année Céline 2008 » ; on aura le plaisir d'y trouver « des lettres inédites qui, faute de place, n'ont pas pu être retenues dans le volume de Lettres qui vient de paraître chez Gallimard. »

On peut la commander au Bulletin célinien en adressant un chèque de 39 euros à l'ordre de marc Laudelout (Bulletin célinien, BP 70, B 1000 Bruxelles 22).

Bonne lecture !