Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2012

13 FEVRIER 1945

 

Dresde.jpg

Du 13 au 15 février 1945, en quatre raids nocturnes, 1300 bombardiers alliés larguèrent sur Dresde, la « Venise du Nord », 3900 tonnes de bombes à fragmentation et au phosphore, équivalent à 700 000 unités. On ne saura jamais le nombre des victimes que causèrent ces terribles bombardements. Un certain nombre d’entre-elles purent être dénombrées (un peu plus de 250000) ; les autres, volatilisées par la chaleur dépassant les 1600 °, compteront au nombre des disparus.

Les causes de cette destruction massive ne sont pas claires et continuent de nourrir des débats passionnés. Ce que l’on sait, c’est qu’il n’y avait pas d’objectifs stratégiques dans la ville qui ne possédait même pas de défense anti-aérienne ; seulement des hôpitaux militaires en surcharge de blessés et un afflux considérable de réfugiés. Ceux-ci, venus de Breslau et de Silésie, poussés par les chars soviétiques, avaient porté la population de l’agglomération à près d’un million 200 000 personnes.

La quantité de bombes larguées si on la rapporte au nombre des habitants, équivalant à un engin meurtrier pour deux personnes, on ne peut pas dire que les alliés furent avares en cadeaux tombés du ciel ! Et on voit par là, combien la trique anglo-saxonne ne fait pas dans le détail ! Rien ne fut épargné du cœur de la ville, ni ses habitants —dont de nombreux enfants femmes et blessés— ni ses prestigieux monuments qui avaient pourtant défié les siècles, ni même les animaux du zoo et tous les parcs de proximité ou de la périphérie qui s’enflammèrent comme autant de torches dans cet enfer apocalyptique.

Six mois plus tard, presque jour pour jour, c’était au tour d’Hiroshima de s’incliner sous la férule de l’oncle Sam, mais quelle !

La raison du plus fort est toujours la meilleure, n’est-ce pas, et il n’a pas à s’excuser ; c’est aux autres qu’il demande de le faire. Il n’a pas, non plus à être jugé, ce sont les autres qu’il juge et sans autre forme de procès que le bon plaisir de ses intérêts. Il n’y a que les aveugles pour ne pas le voir… ou ceux qui ont oublié l’Histoire, la vraie, pas la truquée ! Craignons qu’ils n’aient l’occasion hélas, de devoir bientôt en prendre conscience…



Les commentaires sont fermés.