Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2009

OU VONT LES VILLES ?

« Tous les chemins vont vers la ville... »

Emile Verhaeren, « Les villes tentaculaires », Mercure de France.

 

« Ces Métamorphoses de la banlieue sont à la fois le reflet de notre impuissance individuelle et celui de l'impuissance collective des puissants. Je sais pourtant qu'en dépit d'un certain refrain, rien n'est « irréversible». Si je ne le savais pas, je renoncerais sur-le-champ à dénoncer les erreurs ou les horreurs de la civilisation dans laquelle nous sommes engagés.

... Voilà beaucoup de gémissements préliminaires... Ils me seront, une fois de plus, sévèrement reprochés par les tenants, fervents ou résignés, des « mutations », réputées inéluctables, du siècle qui s'achève. Le « refus de la vie »...la « macération dans la nostalgie »... Habituels griefs que formulent, à l'encontre des passéistes dont je suis, ceux dont je ne veux pas être, qui acceptent à peu près tout ce que le destin leur propose ou leur impose...

Remettre en cause le phénomène monstrueux de la banlieue de Paris, c'est désigner le mal là où il s'est fixé comme un cancer qui n'alarme pas moins les hérauts du passé que les docteurs du présent. Pour des raisons diverses et parfois contradictoires, n'est-ce pas l'avenir qui, les uns et les autres, nous effraie ? L'effroi qui se manifeste, nous savons qu'il a l'âge de notre contre-civilisation. »

Yvan Christ, « Les métamorphoses de la banlieue parisienne », Balland 1969

 

De tout temps et en tous lieux les villes ont changé de visage, et parce que ce sont des agrégats, leur configuration est impermanente. C'est une évidence qui n'a point besoin d'être démontrée ; une bonne connaissance de l'Histoire et l'examen d'archives et de photographies anciennes suffisent pour s'en rendre compte. Cela étant, force est de reconnaître que certaines ont subi plus que d'autres l'outrage des ans et le vandalisme des hommes. Question de « civilisations » me direz-vous ? sans doute. Et à ce propos, il n'est que de constater où en est rendue la nôtre pour apprécier les dégâts ! Quel autre idiome parlera mieux pour l'exprimer, que la « novlangue » de Big Brother: « l'erreur, c'est la vérité ; le beau, c'est le laid... » ? Qu'importe n'est-ce pas puisque tout, un jour ou l'autre disparaîtra ? Voire... je suis enclin pour ma part à penser qu'Il restera toujours quelque chose, « de la forme et l'essence divine de mes amours décomposés ! »...

Qu'il se trouve encore, quelque part dans un coin du monde, des villes pour ainsi dire « sanctuarisées », c'est possible ; c'est même probable, mais leurs jours sont comptés : tôt où tard le grand bouleversement  les emportera qui partout nivelle, banalise, uniformise au nom de la sacro-sainte trinité « banque-béton-bitume » à grand renfort de matraquage publicitaire (Hollywood sur le Potala...). A terme -et nous y sommes- son objectif est de régner sur le grand « bazar » urbain transformé exclusivement en espace de chalandise pour consommateurs décérébrés. A ce chancre pire que le mal caduc, la lèpre et le choléra réunis, il ne me paraît de remède, à bien considérer la chose, que dans l'effondrement général et sans retour du système à tuer les peuples qu'est devenue l'économie globale mondialisée. Souhaitons que ce cataclysme antédiluvien emporte avec lui les maîtres à penser et les serviteurs du monstre qu'ils ont gavé, qui nous dévore sans états d'âme. Evidemment, ça fait du monde ! Et ça risque d'en faire davantage encore à cause de l'effet de proue qui s'en suivra, ou des dégâts collatéraux comme on dit... C'est peut-être ça, après tout, l'issue de la crise... peut-on savoir ? C'est comme d'une balance en déséquilibre : quand l'un des plateaux est chargé et l'autre vide, elle penche d'un côté, forcément ; libérons la charge, elle retrouve d'elle-même son équilibre, c'est une loi jusqu'à présent incontournable de la gravitation universelle.

En attendant, et pour revenir à notre propos, n'importe quel esprit demeuré saint (il doit s'en trouver encore quelques-uns ayant échappé au conditionnement généralisé du totalitarisme marchand), s'il se promène dans Paris, ressentira au fil de sa marche une tension, une oppression et un malaise, nés d'un déséquilibre engendré par le sentiment de se trouver en « porte-à-faux » dans une ville souffrante qu'il ne reconnaît plus.

Souffrante parce qu'amputée chaque jour d'un de ses membres, éventrée allègrement, cautérisée de toutes parts, rapiécée de bric et de broc à la va-vite sans soucis de cohérence ni d'unité architecturale, transformée enfin, en une gigantesque mégalopole que plus rien ne distinguera des autres...

 

timbreA.jpg

 

 

Rappelons-nous : « Sarcelle » était un nom d'oiseau... La forêt de Bondy alignait ses chênes aux portes de la capitale... La voie royale portait à Saint-Denis sous une voûte d'arbres centenaires... Baltard couvrait le cœur de Paris... Que voit-on à présent, à leur place ? Partout des barres et des tours criminogènes où il eut été salutaire, dès leur sortie de terre, de pousser à grands coups de pompes dans le cul, pour qu'ils y vivent et qu'ils y meurent, ceux qui les ont conçues et commandées; et, dans le trou des halles, l'inqualifiable « forum » apothéose de la société de consommation, étalage de toutes les médiocrités et malfaçons en matière d'architecture et d'urbanisme. Cette incongruité, à peu près du même ordre que l'Opéra Bastille, est une pompe à fric qui le dispute en ce domaine au centre Pompidou ou à la « pyramide » du Louvre, insulte à celle de Kheops, qui n'a rien à faire là où elle se trouve tout comme la quincaillerie de l'Opéra de Ott. Pourquoi ? Mais parce que la cour du Louvre, au même titre que la Place de la Bastille, étant achevée se suffisait à elle-même ; et puisque l'architecte du temps l'avait voulue telle, il convenait de la respecter.

Voilà ce que produit le siècle et comment il fonctionne : il faut être aveugle et avoir perdu tous repères pour ne pas le ressentir dans sa peau, viscéralement... Rien de nostalgique là-dedans, pas de référence au « bon vieux temps », nuls regrets, seulement  un constat, un constat tranchant comme un glaive : on ne sait plus faire la ville, ni l'ordonner ni l'entretenir. Et si par quelque miracle, un projet remarquable voit le jour quelque part, notez qu'il est bientôt balayé par la vulgarité d'un autre, qu'un aménageur sans scrupule aura posé là, sans soucis du voisinage.

Ce qui est vrai pour Paris l'est pour toutes les capitales régionales, pour ne parler que du seul hexagone ; on n'en finirait pas d'énumérer les catastrophes : elles sont de l'ordre de Mériadec à Bordeaux, épouvantable empilement de détritus en béton et de placages agressifs clinquants et vulgaires témoignant à quel stade nous en sommes rendus de « l'art urbain » ! Quant aux formes, on se demande où le maître d'œuvre est allé les chercher ! Assurément pas dans l'Art de bâtir et les principes de la section dorée ! On n'en finirait pas d'énumérer ces épouvantails qui font peur même aux oiseaux ! Les cancers qui rongent le centre de Bourges ou les abords de la cathédrale de Rouen sont du même ordre à échelle réduite, tout comme l'église de la place du vieux marché consacrée à la mémoire de la Pucelle qui nous fut belle d'audace et de courage. Elle méritait mieux...

Elle a un nom, cette idéologie de la table rase grassement financée à coups de deniers publics. Parrainée et voulue par les élus locaux, sans aucun soucis de continuité  du tissu urbain, sans respect du caractère et du vocabulaire architectural du bâti existant, sans prise en compte des accompagnements d'arbres, des sols anciens et de la disposition des espaces ouverts, elle sévit partout, on l'appelle : la « rénovation urbaine ».

A grands coups de gueule, on la justifie en avançant les concepts de « modernité » et de « développement durable ( !) » qu'on oppose à celui de passéisme (le mal absolu !) sans se rendre compte qu'on est passé d'un monde porteur de sens à un monde de signes dilué dans un bouillon culturel où tout vaut tout, alimenté par les discours lénifiants des maîtres à penser du moment. Rien que de normal là-dedans, dès lors que règne la quantité, aurait dit Guénon. Il ne faut donc pas s'étonner si nos villes sont traitées de la sorte en supermarchés desservis par des voies routières qu'il devient périlleux de traverser à pied ! Quand l' espace se privatise chaque jour davantage, quand les banques , les sociétés d'assurance et les commerces de luxe se taillent la part du lion au détriment de la convivialité de ceux de proximité, quand la minéralisation des sols partout l'emporte sur les parcs publics et les boulevards arborés, rien d'étonnant à ce que les « usagers » (vocable qui en dit long...) se comportent en ludions dangereusement irresponsables.

On a souvent cherché l'origine de cette dégradation dans l'industrialisation et les progrès techniques ; elles n'expliquent pas tout, on le verra par exemple en feuilletant le numéro 25 de la revue « Paris Villages » de Rémi Koltirine consacrée en partie au « Rationalisme » en architecture. Cette dégringolade, il faut plutôt la traquer dans la faillite des « élites », le vide culturel et l'absence de sensibilité des maîtres d'ouvrage, la déqualification des entreprises et le pouvoir illimité du gros argent.

Le pic n'est sans doute pas atteint, et le processus commencé dans les années soixante risque d'avoir encore de beaux jours devant lui ! Tant qu'il y aura du fric à faire, au prix où en est rendu le mètre carré au cœur des métropoles, on a tout lieu de craindre que ce que nous a laissé le dix-neuvième siècle ne serve plus qu'à combler les vallons des périphéries urbaines où coassent encore quelques grenouilles et où dansent les libellules... A ce propos on consultera avec intérêt le site « decroissance.info » et particulièrement la suite de Jean-Marc Sérékian : « Un jardin de la France en béton armé ». Ce qui est vrai pour la ville de Tours l'est assurément pour beaucoup d'autres.

En un temps où les architectes ajoutaient à l'enseignement de Centrale celui de l'Ecole nationale des Arts décoratifs et concouraient au prix de Rome, c'est pas si vieux, on pouvait s'attendre à des projets qualifiants intégrés dans leur milieu sans rupture ni rejet de greffe. Quand il s'agissait de commandes publiques on produisait des œuvres à la hauteur de ce qu'avaient bâti les prédécesseurs, elles pouvaient alors s'afficher sans crainte de porter atteinte au site, qu'il soit naturel ou bâti. Elles répondaient à ce qu'on est en droit d'attendre d'une œuvre d'art.

 

Mairie-de-PuteauxA.jpg

 

 

Admirons ce qu'ont laissé les Tony Garnier, les Auguste Perret, les Fernand Pouillon, les frères Niermans et comparons avec  ce qu'osent pondrent aujourd'hui la plupart de leurs prétentieux confrères, souvent à coups de passe-droit, de pots de vins et de prébendes... l'Histoire jugera. Non point qu'il n'existe pas d'œuvres réussies, il y en a, mais elles disparaissent dans la tourbe des productions standardisées et celles résultant d'égos hypertrophiés. On peut penser que l'arche de la Défense soit une prouesse de technologie, mais dans son contexte fourre-tout, elle ne signifie rien. Et d'ailleurs quel intérêt y aurait-il à se promener sur ce site entièrement dévolu au trafic, au tertiaire et aux affairistes ? où les infrastructures et les superstructures n'ont plus rien d'humain ? Voilà la ville d'aujourd'hui, qu'en sera-t-il de celle de demain ? Tout porte à croire, au train où vont les choses qu'elle sera pire, à moins, à moins que le « système » qui commence à s'effriter, ne vole en éclat mais ça, c'est une autre affaire.

 

 

 

15/11/2009

VOTER, POUR QUOI FAIRE ?

 

J'écoutais l'autre jour sur je ne sais plus quelles ondes, un débat animé où il était question de suffrage universel et de droit de vote. Balançant entre  le choix que je pouvais faire de couper la radio ou celui de continuer à subir les oraisons jaculatoires de ces obséquieux bavards, j'optais pour le second, ne serait-ce que pour mesurer jusqu'à quelles argumentations spécieuses pouvait s'aventurer la bêtise humaine drapée des vertus du politiquement correct. Il en va généralement de ce genre de débat, comme de tout ce qu'on peut entendre en matière de pseudo consultation de la vox populi dans des émissions du type « le téléphone sonne » et autres invitations à commenter l'actualité. Notons au passage, que les personnages qui les animent sont généralement des passionnés du type sanguin actif primaire ; autrement dit, des serviteurs efficaces du système, verrouillés sur leur siège comme le cul collé au bostik.

Ces émissions -il faut se rendre à l'évidence- ne sont généralement que des prétextes qui s'ajoutent les uns aux autres pour faire croire à la liberté d'opinion, sur arrière-fond d'imposture démocratique. Il arrive -c'est rare mais il arrive parfois- qu'un « aventurier », passé on ne sait trop par quel miracle au travers des mailles du filet de la présélection officielle, parvienne à s'exprimer ne serait-ce que le temps de jeter de l'huile sur le feu ou, comme on dit parfois, un pavé dans la mare ! Faute de pouvoir l'occire pour ses propos délictueux de façon à lui clouer définitivement le bec, on le court-circuite au plus vite en se confondant d'excuses auprès des interlocuteurs ! Je vous laisse imaginer le cas où l'impétrant, par on ne sait quel coup de sang, en viendrait à effleurer des sujets tabous ! Il sait pas, le malheureux, à quoi il s'exposerait au pays des « droits de l'homme » !

Et justement puisqu'il s'agit de droit -et pour en venir à notre propos- remarquons que ce sacro-saint droit de vote n'est pas encore devenu tout à fait un devoir, c'est-à-dire une obligation, et c'est heureux ! Cependant nous n'en sommes pas loin, parce qu'au train où progresse le cambriolage des cerveaux, parions que d'ici peu, on poussera à coups de fourche aux urnes les derniers récalcitrants qui ne voudront s'y rendre de leur propre chef ; soyons sûr qu'il se trouvera toujours des volontaires, et de zélés, pour exécuter les ordres...

Les élus on le sait, ont toujours raison, on connaît la fable ; et par le pouvoir du gros argent et des clans, ils ont intérêt à faire croire au peuple qu'il est libre et qu'en fin de compte c'est lui qui décide, et qu'ils exercent le pouvoir en  son nom, plaisante galéjade si elle n'était tragique... Et c'est bien là son talon d'Achille, au peuple qui n'existe plus que dans le souvenir des derniers rebelles, les récalcitrants, les mauvais citoyens. Son tendon d'Achille, les politiciens véreux l'ont sectionné sans qu'il l'ai vu venir, le peuple, et ce géant s'est effondré sur ses illusions sans même ébranler le socle...

Entré en résistance faudra-t-il, retranché dans on ne sait quel camp, tirer les « dernières cartouches » avant que de succomber ?

J'ai pour ma part, depuis quelques lunes, compris que le vote dit « démocratique » était la farce par excellence des fonds de cantine républicains, parce que c'est un besoin vital pour la République, que de se rendre aux urnes... Observons que ce besoin, n'est-ce pas, n'est pas tellement éloigné de certains, vitaux également, que nous connaissons tous. Et cela se fait dans le secret des isoloirs... ou des toilettes selon. On méditera l'analogie qui en dit long...

Bref, penser que quelque chose de bon, puisse sortir un jour des urnes, c'est être bien naïf ou être bien sot. Le plus étonnant c'est que d'aucuns, qui n'appartiennent ni à l'une ni à l'autre des susdites catégories et qui savent que c'est du bluff comme au poker, enfin qui savent que les dés sont pipés, s'y rendent sans illusions mais s'y rendent tout de même... Il faudra m'expliquer par quel miracle la chose peut avoir lieu. Et pourtant il faut être aveugle et sourd pour ne pas voir et entendre à quels matraquages se livrent les candidats avant le jour « j » ; quelles promesses démagogiques ils sèment dans leurs sillons, qui ne germeront jamais ; quels lénifiants sourires de faux culs ils arborent sans honte à grands dépens de deniers publics. Oui, il faut être bien abusé pour continuer à jouer leur jeu et en traîner derrière soi des casseroles pour se retrouver gros-jean comme devant et derechef en attacher de nouvelles !  Comme si cela ne suffisait pas !

Les bateleurs de foire ont de beaux jours devant eux tant qu'ils tiendront l'opinion publique. Grands manipulateurs, ils savent qu'en jouant sur la corde sensible des émotions et en faisant miroiter des promesses qu'au reste ils ne tiendront pas puisqu'ils sont eux même les valets d'épiciers qui trafiquent dans la coulisse, ils emporteront la conviction des braves gens qui sont en la matière, sensibles aux beaux discours. Pour l'illustrer, il me souvient d'une sentence pythagoricienne qui disait à peu près ceci :

 

« Les hommes vains et futiles sont comme les vases vides, on les prend facilement par les oreilles... »

 

Alors que faire me direz-vous ? Mais faire la grève du vote, tout simplement vous répondrai-je, comme Octave Mirbeau le clamait déjà en 1888, navré par le système...

Oui, faire la grève de l'esbroufe et du truquage au risque de voir encore et pour longtemps régner les tartuffes et les escrocs portés au pouvoir par les cons qui généralement dans ces cas-là sont la majorité, et que c'est donc bien forcé qu'il gagnent comme disait Céline...

 

On consultera avec profit le lien suivant:

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Grève_des_électeurs