Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2014

HISTOIRES D'OS

 

CPK.jpg

Saviez-vous que le crâne de Descartes mort à Stockholm le 11 février 1650, après avoir reposé pendant 16 ans en terre suédoise, fut subtilisé par quelque amateur éclairé lors de l’exhumation devant que les restes de ses ossements, remisés dans une boîte en cuivre ne prennent le chemin de sa patrie ?... qu’enfin récupéré par le savant Berzélius il fut expédié à son confrère Cuvier en vue de redonner à l’illustre philosophe son intégrité physique ? Bref, comme nous l’explique excellemment Clémentine Portier-Kaltenbach, « la tête de mort venue de Suède », après avoir transité de mains en mains qui toutes  la paraphèrent de leur patronyme, ne retrouva jamais sa charpente puisqu’elle finit par atterrir  au milieu de la collection anatomique du Jardin des Plantes où elle fut exposée en 1878 aux côtés de celles de Lacenaire et de Cartouche !

Descartes.jpg

Que devint ensuite ce crâne ? Eh bien, l’enquête menée par l’auteur de ces « Morceaux choisis de l’Histoire de France » qui se lisent comme un roman policier nous assure qu’il se trouve à l’heure qu’il est au Musée de l’Homme où il repose à l’abri des malfrats dans une armoire blindée depuis 1937…

Richelieu.jpg

Richelieu sur son lit de mort. Tableau de Philippe de Champaigne

Saviez-vous que la tête embaumée de Richelieu repose toujours dans son cénotaphe dans le chœur de la chapelle de la Sorbonne ?

Que le crâne de Charlotte Corday, après avoir appartenu un temps au prince Radzivill décédé en 1976, se trouverait à l’heure actuelle entre les mains de l’un de ses descendants ?

Corday.jpg

 

Que celui de Georges Cadoudal, la « forte tête » ne fut jamais retrouvé et fut remplacé sur son squelette armaturé de fil de fer par celui d’un anonyme microcéphale ?

Cadoudal.jpg

 

C’est un curieux texte et bien intéressant que celui de Madame Portier-Kaltenbach, écrit avec verve et talent, qui font qu’ en le lisant on ne s’ennuie jamais. On s’y amuse même et l’on sourira à la façon qu’a l’auteur d’accommoder la sauce de ce brouet « d’illustres abattis ». L’ouvrage en effet, découpé en art de boucherie, nous sert en entrée les « pièces nobles », puis il s’attarde sur un « second choix » qu’il fait suivre des « bas morceaux ». C’est, somme toute une table assez bien garnie qui ne laisse pas sur sa faim !

Quelquefois, bien sûr, la légende y côtoie l’ Histoire et bien malin celui qui saurait discerner le vrai du vraisemblable. Cela n’enlève rien au propos, et la part du rêve y trouve son compte. Qui pourra jamais dire si Robespierre et certains de ses collègues ont prélevé ou non quelques brins de moustache et de barbe à la dépouille de Henri IV lors de son exhumation ?

H4.jpg

 

Et l’aventure, la vraie, du cerveau du prince de Bénévent, la saura-t-on jamais ? Voici ce qu’en rapporte dans « Choses vues » Victor Hugo cité par l’auteur :

« Eh bien, avant-hier 17 mai 1838, cet homme est mort. Des médecins sont venus et ont embaumé le cadavre. Pour cela, à la manière des Egyptiens, ils ont retiré les entrailles du ventre et le cerveau du crâne. La chose faite, après avoir transformé le prince de Talleyrand en momie et cloué cette momie dans une bière tapissée de satin blanc, ils se sont retirés, laissant sur une table la cervelle, cette cervelle qui avait pensé tant de choses, inspiré tant d’hommes, construit tant d’édifices, conduit deux révolutions, trompé vingt rois, contenu le monde. Les médecins partis, un valet est entré, il a vu ce qu’ils avaient laissé : Tiens ! Ils ont oublié cela. Qu’en faire ? Il s’est souvenu qu’il y avait un égout dans la rue, il y est allé, et a jeté le cerveau dans cet égout. Finis Rerum. »

 

Talleyrand.jpg

On regrettera sans doute, avec Madame Portier-Kaltenbach de ne plus l’avoir sous la main ce cerveau,  ne serait-ce que pour savoir, dit-elle, « s’il aurait été plus ou moins lourd que celui de Marilyn Monroe ou s’il aurait montré une particularité quelconque, comme celui d’Enstein qui avait pour caractéristique d’être par son volume inférieur de 10% à la moyenne et de ne pas présenter de scissure de Sylvius… »

Voilà pour l’un des plus illustres cerveaux. Les cœurs n'échappent pas plus que le reste à la convoitise;  les plus vernis restent enchâssés dans leurs reliquaires de vermeil pendus aux voûtes des chapelles ou remisés dans le secret de quelques piliers. Il en est de moins gâtés, bien que « vernis » tout de même puisque broyés pour donner cette précieuse « mumie » fort prisée des peintres… Ainsi finirent les cœurs de Louis XIII, du Roi-Soleil et de Madame de Montpensier : sous forme de badigeon « mixés et étalés sur une toile »…

 

Roi soleil.jpg

Quant aux pérégrinations et destinées des dents, des peaux et des cheveux,  façonnés par d’habiles artisans, vendus, mis aux enchères et conservés sous la formes de reliques je vous laisse les découvrir dans ces « Histoires d’os » dont je vous recommande la lecture ; il vous en coûtera 8 euros et vous ne vous ennuierez pas !

 

Clémentine PORTIER-KALTENBACH : « Histoires d’os et autres illustres abattis », ouvrage dédié à Françoise Gellain, épouse Legros… Seule défunte des catacombes identifiée par une plaque funéraire.

(Editions Fayard, collection PLURIEL, 2012)

 

A consulter également, dans le même blog : Retour à Rochefort.

A voir au Musée de l’Ecole de Médecine de Paris, la curieuse table en marqueterie d’organes humains offerte à l’empereur Napoléon III.

Consulter le lien suivant au sujet du crâne de Descartes. 

18/01/2014

IN MEMORIAM GRIBOUILLE

 

Gribouille 4.JPG

 

Au cimetière parisien de Bagneux repose Marie-France GAITE, au bout de la longue allée des tilleuls de Hollande, division quatre-vingt-seize, en compagnie des écureuils et des corbeaux… une tombe bien discrète… au bord de la haie… 

 Y’a des corbeaux ma mère

Y'a des corbeaux là-haut

Qui dorment sur les pierres

Et gardent les tombeaux


Elle a quitté ce monde le 18 janvier 1968 dans son appartement de la rue Crozatier, seule, emportée par l’alcool et les médicaments, un mélange détonant. Pourquoi ? Comment ? Quelle importance ? Mais elle était bien jeune… Elle aurait eu vingt-sept ans le 17 juillet de cette même année.


De la préface que Françoise Mallet-Joris a écrite pour l’ouvrage de Marie-Thérèse Orain qui regroupe les textes des chansons de Gribouille on retiendra :

Elle était le désespoir sous sa forme la plus séduisante, le désespoir qui chante, avec de brusques coups de gueule et d’inattendus mouvements de tendresse qui l’étonnaient elle-même. Le désespoir étonné devant le spectacle du monde, étonné que ce spectacle-là, on pût le supporter.

Gribouille 3.jpggribouille,bagneux,écureuils,corbeaux,crozatier,désespoir

Sans doute, qu’elle était le désespoir. Tout l’exprime au travers de ses textes. Et puisque le désespoir inspire, comme l'inspira la Muse au poète de la Nuit de mai :

"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,

Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots."

 Je vais mourir demain

Au poteau de la gare

Fusillée par un train

Au champ des rails noirs…

(Mourir demain)

 

Je n’ai pas fait de rondes

Pas joué au cerceau

Moi je suis de ce monde

Où l’on se fout à l’eau

Où l’on se fout à l’eau…

(Les rondes)

 

Si je ne fais pas de toi un très beau souvenir

Dont on parlait parfois, c’est que je vais mourir

Je ne sais pas comment, je ne sais pas pourquoi

Mais il y a sûrement une bête aux abois.

(Si je ne fais pas de toi)

Gribouille 8.jpg

 

Gribouille aura traversé le monde de la chanson à la vitesse d’une comète. Son sillage demeure dans les cœurs qui lui sont restés fidèles, qu’ils l’aient connue ou pas. Je veux croire qu’elle appartenait à l’assemblée des « cœurs purs » que chante Caussimon et dont témoignent les photos que nous a laissé d’elle Claude Mathieu. Son visage, souvent empreint de gravité, au-delà de la tristesse, regarde dans la direction du « vert paradis des amours enfantines ». Elle ressemblait à un garçon c’est vrai ; ou plutôt, un garçon pouvait lui ressembler. Mais elle était fille autant que la Pucelle de Domrémy -dont je pressens qu’elle avait les traits- pouvait l’être : battante, susceptible, sensible et déterminée.

Elle croyait à l’amour et n’en supportait pas la parodie. Un ange l’a emportée sur son aile il y a aujourd’hui quarante-six ans…

On a dit d’elle qu’elle serait devenue telle ou telle… On n’en sait rien. Elle fut Gribouille tout simplement. Et quand j’entends sa voix, je la sens là, tout près, vivante comme jamais…


La plupart des gens ne meurent qu’au dernier moment ; d’autres commencent et s’y prennent vingt ans d’avance et parfois davantage. Ce sont les malheureux de la terre.

(Louis Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit)

GMF.jpg


 

Orientations :

GRIBOUILLE: "Je vais mourir demain", éditions Christian Pirot 2001.

Résumé  d'une vie: ICI 

 

08/06/2012

RETOUR A VEZELAY

Horloge.jpg

On vient à Vézelay, sur la « colline éternelle », pour voir la merveille architecturale et le site exceptionnel où s’acheminèrent tant de pèlerins.

 N&B.jpg

Comme eux, on monte à la basilique Sainte Marie Madeleine par une rue pentue toute droite qui prend naissance entre deux hauts piliers de facture classique. Dans sa partie haute, cette voie se divise en deux branches dont l’une débouche sur l’esplanade de l’abbatiale et dont l’autre, par des ruelles empierrées, contourne l’édifice qu’on aborde en traversant les terrasses du rempart.

  rectifié.jpg

Sainte Marie Madeleine, sur son empilement de calcaires oolithiques déposés sur le lias, coiffe la colline en couronne de gloire. Devant elle, comme devant Chartres, Bourges, Amiens ou Reims, le cœur s’ouvre.

C’est à la faveur de la première croisade prêchée sur les lieux en 1096 par Urbain II qu’est décidée la construction de l’abbaye. Consacrée en 1104, elle est achevée en 1215.

Ayant souffert des guerres de religion, de la Révolution française et du manque d’entretien, la basilique fera l’objet de travaux de restauration dirigés par Viollet le Duc en 1840.

mérimée.jpg

La basilique de Vézelay abrite des reliques de Sainte Madeleine apportées en 882 de Saint Maximin de la Baume par le moine Badilon. Madeleine devient officiellement sainte patronne de l’abbaye en 1050, par bulle pontificale. Dès lors, ce lieu sacré qui vit prêcher trois croisades, ne cessera d’être visité par les pèlerins.

Célèbre par son saint édifice, Vézelay l’est aussi par les personnalités qui y virent le jour, y demeurèrent ou y décédèrent.

Théodore de Bèze.jpg

Et parmi les premiers, le disciple de Calvin Théodore de Bèze, né en 1519 au 55 de la rue Saint Etienne.

Autre enfant de Vézelay, le Général d’Empire Borne Desfournaux (1767-1849).

Maison Georges Bataille.jpg

Maison de Georges Bataille

L’écrivain Georges Bataille habita la maison qu’on voit 3 place du Grand Puits. Romain Rolland y est mort en 1944 au 18 de la rue Saint Etienne.

Romain Rolland.jpg

Maurice Clavel et Jules Roy —ce dernier décédé en 2000— sont tous deux enterrés à Vézelay. Enfin Serge Gainsbourg choisit le lieu, plus exactement au pied de la colline à Saint Père de Vézelay, pour vivre 6 mois à l’Espérance, chez Marc Meneau, peu de temps avant son décès survenu le 2 mars 1991.

Découvrir ou redécouvrir Vézelay, c’est avant tout être attentif à ce qui rend l’endroit singulier, pour ne pas dire unique. Tout y est resté ou à peu près en l’état de ce que le lieu était à la fin du XIXe siècle.

Auberge.jpg

Vieille auberge ayant gardé tout son caractère

C’est-à-dire à l’abri des dégradations majeures. Pas des mineures hélas ! Et pourtant, ici comme au mont Saint Michel, à Cordes ou à Saint-Cirq-Lapopie, on aurait pu s’attendre à ce qu’aucune faute ou erreur d’appréciation n’ait été commise. Il n’en est rien et c’est d’autant plus regrettable que colline et basilique ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979.

Ces fautes, il faut les voir dans les détails que l’œil averti, plutôt que celui du touriste, saisira immédiatement.

Et d’abord à commencer par la rue principale, pavée en 1775 et qu’on a bitumée depuis pour des raisons, sans doute, de commodité ( !). Ensuite, par les traitements infligés à nombre des maisons qui bordent la rue et dont la plupart ont été dépouillées de leurs enduits anciens à la chaux. Enfin, par la façon dont beaucoup de boutiques ont été rénovées sans tenir compte de leur facture initiale. Ce qui est vrai pour ces boutiques, l’est aussi pour nombre de menuiseries dont ni les proportions, ni le dessin d’origine n’ont été respectés. Quant à leur coloration, on chercherait vainement le gris zinc ou gris plomb qu’on aurait aimé retrouver sur elles.

Occuli.jpg

Il faut, si l’on veut gommer ces fautes, passer par les ruelles adjacentes et les petites cours dérobées au regard où l’on aura toutes les chances de retrouver l’ambiance de la « vieille province ».

Vieille rue pavés.jpgVieille rue perron.jpgVieille rue, portes grises.jpg

Les sols en sont encore pavés, les menuiseries sont anciennes et leur couleur est toujours la même. Ce qui nous semble aujourd’hui insolite et qui était d’usage hier tire l’œil, comme les poulies des lucarnes ou celle du puits, la vieille horloge, les grilles et les rambardes.

Poulie rue.jpgPoulie terrasse.jpg

Grille campagne.jpgGrille détail ciel d'orage.jpg

vezelay,basilique,marie madeleine,colline éternelle,abbatiale,rempart,urbain ii,croisade,viollet le duc,saint maximin,badilon,pélerins,théodore de bèze,georges bataille,romain rolland,gainsbourg,meneau,unesco,province,poulie,puits,rembardes,pavés,narthex,modillons,mandorle,christ,moyen âge,châsse,asquinevezelay,basilique,marie madeleine,colline éternelle,abbatiale,rempart,urbain ii,croisade,viollet le duc,saint maximin,badilon,pélerins,théodore de bèze,georges bataille,romain rolland,gainsbourg,meneau,unesco,province,poulie,puits,rembardes,pavés,narthex,modillons,mandorle,christ,moyen âge,châsse,asquine

Mais on y fera d’autres découvertes pour peu qu’on soit attentif, ainsi, des soupiraux ou des entrées de cave nous surprendront par ce qu’ils recèlent, telle cette colonne au chapiteau à crochets soutenant des voûtes d’arêtes. Il arrive que ces caves soient inondées. Certaines ont peut-être été utilisées comme citernes.

Colonne cave.jpg

La ruelle qui passe devant la maison de Jules Roy et qui prend naissance devant celle de Georges Bataille débouche sur l’esplanade de la basilique et les terrasses ombragées qui surplombent la campagne  avallonnaise.

Mail.jpgIf terrasse.jpg

La muraille ceinture la colline sur près de deux kilomètres ; épaisse de deux mètres, elle peut atteindre dix mètres en son plus haut.  En contournant la basilique par le sud la vue est surprenante sur l’unique tour qui s’élève au dessus de l’immense vaisseau de pierre.

Tour ciel d'orage.jpg

Une frise de modillons aux têtes grimaçantes orne l’entablement du narthex. Dès qu’on pénètre à l’intérieur du saint lieu, on est surpris par la beauté du narthex et du tympan de son portail.

Modillons diables.jpg

vezelay,basilique,marie madeleine,colline éternelle,abbatiale,rempart,urbain ii,croisade,viollet le duc,saint maximin,badilon,pélerins,théodore de bèze,georges bataille,romain rolland,gainsbourg,meneau,unesco,province,poulie,puits,rembardes,pavés,narthex,modillons,mandorle,christ,moyen âge,châsse,asquine

Sitôt après l’avoir passé c’est l’apothéose, l’immense nef tout illuminée de clarté diffusée par les hautes verrières, et puis ce chœur, tout au fond, qui resplendit comme l’étamine à l’extrémité de sa tige.

Christ mandorle.jpg

Les imagiers du Moyen Age ont inscrit leurs messages dans les sculptures des chapiteaux, tel ce christ en sa mandorle qui maîtrise l’émotion et les passions, et les tailleurs de pierre ont laissé leurs marques au sol, sur le carreau impeccable aux tonalités chaudes.

Carreaux basilique.jpg

Et puis il y a le mystère de la crypte, dans laquelle il faut descendre pour voir comment la basilique est assise solidement sur le rocher qui cache dans son sein, en une châsse d’or, la relique apportée de Provence par le moine Badilon… du moins, c’est ce que rapporte la légende.

vezelay,basilique,marie madeleine,colline éternelle,abbatiale,rempart,urbain ii,croisade,viollet le duc,saint maximin,badilon,pélerins,théodore de bèze,georges bataille,romain rolland,gainsbourg,meneau,unesco,province,poulie,puits,rembardes,pavés,narthex,modillons,mandorle,christ,moyen âge,châsse,asquine

On ne quitte pas Vézelay sans se retourner, et si l’on veut goûter la beauté du paysage, on descendra par la route d’Asquin, un beau village, un parmi ceux qu’à semé à ses pieds la « colline éternelle » sur cette vieille terre de France tout empreinte de sérénité.

vezelay,basilique,marie madeleine,colline éternelle,abbatiale,rempart,urbain ii,croisade,viollet le duc,saint maximin,badilon,pélerins,théodore de bèze,georges bataille,romain rolland,gainsbourg,meneau,unesco,province,poulie,puits,rembardes,pavés,narthex,modillons,mandorle,christ,moyen âge,châsse,asquine