Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2009

PENSEE DES MORTS


J’ai toujours vu novembre comme le mois des lamentations : les jours s’étiolent, le brouillard tombe (brumaire), le froid s’installe (frimaire), les chrysanthèmes s’amoncellent dans les cimetières… la Mort cogne à la porte

 

C’est la saison où tout tombe

Aux coups redoublés des vents ;

Un vent qui vient de la tombe

Moissonne aussi les vivants ;

Ils tombent alors par mille,P1030560A.jpg

Comme la plume inutile

Que l’aigle abandonne aux airs,

Lorsque des plumes nouvelles

Viennent réchauffer ses ailes

A l’approche des hivers.

P1020085A.jpg

Ah ! quand les vents de l’automne

Sifflent dans les rameaux morts,

Quand le brin d’herbe frissonne,

Quand le pin rend ses accords,

Quand la cloche des ténèbres,

Balance ses glas funèbres,

La nuit, à travers les bois,

A chaque vent qui s’élève,

A chaque flot sur la grève,

Je dis : «  N’es-tu pas leur voix ? »

Alphonse de Lamartine, "Pensées des Morts", Harmonies Poétiques et Religieuses, 1830

 

La mort inspire, forcément, c’est même ce qui inspire le plus par l’avantage qu’elle a, sur les autres, d’être le plus grand des mystères. C’est pourquoi on ne saurait manquer l’occasion quand on l’a, de traverser l’enclos des morts, ne serait-ce que parce ce que l’œil attentif y trouvera toujours de quoi s’interroger sur sa condition qui n’est pas si éloignée de celle du veau qu’on mène aux abattoirs… A fouiller ce noir mystère on s’aperçoit assez vite que la seule issue possible consiste à tuer en nous l’idée même de la mort. En quoi le principe de Lavoisier peut nous aider :

 

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »


Au Moyen Age existait un Ars Moriendi, diffusé à travers l’Europe à la faveur des grandes épidémies de peste. Partout la Mort, familière, entretenait avec les vivants des rapports de « sympathie » obligés et on lui rendait hommage dans les vitraux des cathédrales (Sainte marie de Lübeck), sur les fresques (Abbaye St Robert de la Chaise Dieu), sur les dalles des pierres tombales (Cathédrale de Courtrai). Les poètes chantaient sa toute puissance (Hélinand de Froidmont, Robert le Clerc d’Arras, Eustache Deschamps, François Villon) aussi bien que les artistes la représentaient à pied ou à cheval, infatigable moissonneuse (Albert Dürer, Hans Holbein, Lucas Cranach, Jacques Callot).

Et parce qu’on vivait dans sa confidence et que la dureté des temps portait à la considérer avec respect et à craindre son courroux, on rangeait soigneusement dans un trou du mur, le petit livre bleu du « Respit de la Mort » de Jehan Le Fèvre, ou d’autres textes similaires acheminés par le colporteur jusqu’au fond des campagnes…

L’idée de la mort a nourri le romantisme et inspiré les poètes de tous les temps et les écrivains. L’évoquer portait à s’entretenir avec elle, voire à l’implorer, ce que traduisent assez bien ces quelques vers du « Fléau » :


 

« Notre-Dame la Mort, toi qui te lèves,

Au battant de nos tambours,

Obéissante –et qui toujours-

Nous fut belle d’audace et de courage,

Notre-Dame la Mort, cesse ta rage,

Et daigne enfin nous voir et nous entendre

Puisqu’ils n’ont point appris, nos fils, à se défendre. »

 

Emile Verhaeren, "Le Fléau", Les Campagnes Hallucinées, 1893

 

sugf8ucg.gif

 

Jusqu’au XIXème siècle et naguère encore, existaient des pratiques, des rituels, des cérémonies et des gestes coutumiers que l’on faisait à l’égard des morts et que l’on ne fait plus guère aujourd’hui, dans nos sociétés « avancées ». Dans les sociétés dites traditionnelles, celles du moins qui subsistent encore -derniers vestiges de civilisations disparues- il en va autrement ; la règle s’est maintenue de considérer le défunt, non point comme un déchet, mais comme un membre à part entière du corps social, simplement parce que ce dernier à la différence de celui des sociétés marchandes, ne s’est pas tout à fait décomposé. Et c’est tellement vrai qu’on y honore toujours les défunts, qu’on les veille chez soi, dans leurs murs, dans le respect des trépassés, comme on le faisait hier encore…

On ne montre plus guère les morts de la famille aux enfants, on les cache… Le petit-fils n’embrasse plus la main crispée ou le front glacé du grand père passé de l’autre côté, mais il avale allégrement, ni plus ni moins qu’il le ferait d’une bande dessinée ou d’un jeu de rôle, les cruautés quotidiennes du petit écran : attentats, accidents, meurtres en tout genres et tortures raffinées…

Je me souviens du premier mort que j’ai vu quand j’étais petit, en l’occurrence c’était une morte, une voisine, l’épicière…

Dans sa chambre de l’étage au-dessus de l’épicerie où ses filles l’avaient disposée, elle reposait, le drap remonté sous le menton, ses deux mains potelées croisées sur sa poitrine. On lui avait arrangé ses cheveux en tresses qui lui faisaient comme une couronne sur la tête. Une couronne de sainte, c’est du moins ce que j’en ai retenu. Elle semblait dormir, paisible, dans la pénombre de la pièce qui sentait la naphtaline. C’était en juillet. Je m’en souviens à cause des mouches qui bourdonnaient dans la chaleur et aussi parce qu’on avait commenté ensemble le feu d’artifice depuis le fond du jardin, quelques jours avant qu’elle ne s’en aille.

Morte ou vivante je la trouvais pareille : gentille. On lui avait mis du coton dans le nez, allez savoir pourquoi ? En tout cas c’est la question que je m’étais posée… Quand elle me voyait rentrer chez elle, elle me donnait toujours une friandise, une de celles qui remplissaient jusqu’à la gueule les bocaux de verre alignés à côté du comptoir… Plus tard, quand j’ai découvert « Mort à Crédit », l’épicière, elle m’a fait penser à madame Bérenge… au chagrin…


 

« … Il est là dans l’odeur de la mort récente, l’incroyable aigre goût… Il vient d’éclore… Il est là… Il rôde… Il nous connaît, nous le connaissons à présent. Il ne s’en ira plus jamais. Il faut éteindre le feu dans la loge . A qui vais-je écrire ? Je n’ai plus personne. Plus un être pour recueillir doucement l’esprit gentil des morts…pour parler après ça plus doucement aux choses… courage pour soi tout seul ! »

 

Louis-Ferdinand Céline, "Mort à Crédit", 1936

 

Les morts ne sont pas tous dans les cimetières, il s’en faut, et depuis que le monde est monde le plus grand nombre gît sous les terreaux et l’on ne saura jamais qui ils furent ni ce qu’ils firent, tous les inconnus des grandes calamités et les anonymes moissonnés sur les champs de bataille. Quelle importance ? Ceux des cimetières témoignent pour eux :


 

« Prends garde à la douceur des choses,

Lorsque tu sens battre sans cause

Ton cœur trop lourd… »

 

P1030551A.jpg
P1020375A.jpg

P1020384A.jpg


 

 

 

 

 

A l’heure où on se débarrasse des morts comme on se débarrasse des vieux qui passent directement de la maison de retraite ou de l’asile au funérarium et au crématorium ; à cette heure qui sonne le glas d’un certain art de vivre et de mourir, on chercherait vainement dans tout l’ attirail de bazar, le tape à l’oeil et la quincaillerie de prêt à porter funéraire, la beauté d’un simple tombeau… Partout l’expression de la vulgarité qui marque le siècle l’emporte et encourage les marbriers à n’extraire le granite ou le marbre des carrières que pour en tirer les horreurs qu’ on voit en l’espèce de caveaux. Et il se trouve de pauvres gens et des tocards pour encourager ce genre de négoce alors qu’on relègue à la décharge les vieilles concessions ! Admirez ces vieilles tombes, souvent faites d’une simple dalle gravée entourée ou non de sa grille à piques, d’une colonne portant sa croix, ou d'un fût tronqué sous des ifs, elles étaient rarement vulgaires.


P1020082A.jpg

 

Mais il en va aujourd’hui des cimetières ceinturés de plaques en ciment ou d’agglomérés de béton, comme de la banlieue, comme des coeurs de ville, comme des campagnes… comme de tout. Ca n’est pas nouveau, simplement ça ne s’est jamais exprimé avec autant de brio ni autant de hargne ; c’est ainsi le signe du temps…

Ca s’appelle la décadence puisqu’il faut l’appeler par son nom…

Quelle importance me direz-vous, si tout lasse, tout passe, tout casse ?


P1030552A.jpg

En ce mois des morts, méditons avec le poète John Gay (1685-1732), l’épitaphe qu’il fit graver sur sa tombe :

 


« La vie est une plaisanterie et tout concourt à le montrer. Cette idée m’est venue un jour ; mais à présent je le sais »

 

02/11/2009

LONG CRI

Oui, on a envie de le dire haut et fort, de le crier, de le hurler: "Au secours !" On n'en peut plus !". On n'en peut plus de quoi ? Mais de les voir sur nos écrans, de les entendre sur nos ondes, de les sentir là, sur nos terres, à nos portes, gratter le seuil de nos aires familières... DELIRIUM DELIRIUM... Ils s'avancent en troupeaux compacts, comme les cloportes, inexorablement. Ils ont tissé leurs toiles à la façon des araignées, déroulé leurs anneaux comme le ténia. Ils cachent, derrière les discours lénifiants qui coulent de leur bouche, le poison subtil de la corrosion des cerveaux. Ils se montrent, ils vont, ils viennent, ils sont efficaces... ils sont partout...

Ils parlent à mots choisis, toujours les mêmes, la langue de bois internationale qu'ils maîtrisent avec perfection et distillent goutte à goutte "bien évidemment" (ils le disent tous !); ils interpellent... prennent à témoin... Ah ! ils nous la jouent sensible, au vibrato, la pensée unique qui si bien, chasse le discernement !

Ils sont sportifs, ils soignent leur image; ils se sont faits "à la force du poigné " ou sont issus de parrainages; ils savent que le temps c'est de l'argent. Ils sont vulgaires, ils s'accouplent dans le secret des alcôves et se font photographier au grand jour sous leur meilleur angle; ils ne se mangent pas entre eux. Si parfois ils règlent leurs comptes en public c'est pour mieux nous tromper, c'est pour mieux "nous manger mon enfant".  Ils se disputent mais ils sont toujours d'accord: ils sont irréprochables. Et s'ils sont pris la main dans le sac ainsi dire en flagrant délit de quelque malversation, ils retournent si bien l'opinion qu'elle les dédouane sur le champ et leur délivre en s'excusant un certificat de bonne conduite. Ils sont intouchables et bombent le torse, mais en dépit des apparences ils sont fragiles sous le vernis; de la trempe de la fonte, ils se fêlent quand on les cogne.

Ils brillent comme le cristal qu'un organe exercé cependant fait voler en éclat... On voudrait connaître le cri qui tue...

Et quand bien même, si l'on n'y prend garde, d'autres viendront d'au-delà des montagnes, et d'autres encore d'au-delà des mers chevauchant la bête en compagnie de leurs laquais... toute leur suite... leur intendance et leur logistique... Pas besoin d'attendre les chinois, "ils défileront si épais" aurait dit Céline, "qu'on verra plus ni chemins ni routes"... Vous leur déroulez déjà un tapis !

Leur nom ? "Tu les connais, lecteur, ces monstres délicats...": les HOMMES POLITIQUES et les MEDIAS.


ensor-herring2-1-.jpg
James Ensor: squelettes se disputant un hareng-saur

 

Ils entament le siècle comme ils l'ont fait du précédent, à la façon des asticots le livarot trop mûr... A la différence de leurs aînés ils se sont perfectionnés, à en devenir carrément redoutables. Ils sont au corps social ce que le lierre est au chêne ou la tique au hérisson; en dépit de son armure, il ne peut l'empêcher de lui pomper le sang. Ils font parfois appel au "peuple" tout en sachant qu'il n'existe plus. En effet, où est-il le peuple ? Celui de la Commune ou de la Vendée ? qui fut, quoi qu'en pensent d'aucuns, une révolte populaire. Le peuple ? In memoriam le peuple. Les "masses consuméristes", qui ne touchent plus de salaire mais du pouvoir d'achat, l'ont digéré le peuple, depuis beau temps. Tant qu'elles pourront remplir leurs cadies, gratter le tac-o-tac, se pâmer aux "Feux de l'amour" et gueuler dans les stades, elles ne seront pas bien dangereuses les masses, et même, elles deviendront de plus en plus lourdes... "Ils" l'ont compris: "panem et circences", vieille leçon toujours jeune !

"Au secours !". Comment ? Vous n'entendez pas ? Baissez un peu la télé alors; éteignez vos portables... Ca va mieux ? Non ?... Ah ! on est bien en France dites-vous ? Sûrement qu'on y est pas si mal puisqu'elle est tellement convoitée la France. En tous cas on y est mieux que dans les Balkans, dame, qu'au Soudan ou en Tanzanie... Et vous les trouvez pas si mal au fond, vos dirigeants, hein ? Y pourrait y avoir pire ? Tenez, vous savez quoi ? Je parie que vous allez les reconduire les Sarkolène les Ségosy et toute leur clique s'ils en redemandent... Parce ce qu'ils en redemanderont, ça se sent comme l'orage qui monte, que la vache est bonne à traire (en dépit de la crise du lait) et que quand on y est, on y reste... Et que quand on n'y est pas, n'est-ce-pas, on ne pense qu'à une chose: "ôte-toi d'là que j'm'y mette".

Au fond vous avez peur, peur des lendemains. Et c'est quand on a peur qu'on devient dangereux, qu'on sait plus ce qu'on fait, voilà pourquoi il ne faut pas crier au secours mais "DU BALAI" ! Vite, bien vite avant qu'il ne soit trop tard !

http://www.huyghe.fr/dyndoc_actu/44b4a838af4d3.pdf