Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2014

LADISLAV KLIMA ou le solipsisme appliqué

(Reprise augmentée d’un texte que j’ai eu l’occasion de publier une première fois dans la revue l’Originel, numéro 6 de juillet 1996, éditions Charles Antoni)

 

Profil.jpg

En 1904 paraît à Prague un ouvrage intitulé « Le Monde comme Conscience et comme Rien. ».C’est un texte décapant qui ne recevra pas l’accueil attendu par son auteur, le jeune philosophe Ladislav KLIMA. Ce dernier n’a sans doute pas choisi son titre à consonance schopenhauerienne au hasard ; il présente son livre comme un « précis d’indifférence nihilisto-illusionniste » s’inscrivant pour partie dans le sillage de l’œuvre de Nietzsche (« le nihilisme est notre délassement à nous. ») .

Prague bleue.jpg

(Prague vers 1900)

Le texte annonce d’emblée la couleur du chaos, c’est un précis de décomposition des idées reçues, début prometteur pour celui qui fera des principes d’alogicité et de contradiction le moteur de son œuvre. Ce livre, qui aurait dû faire l’effet d’un pavé dans la mare, passa inaperçu ou presque ; quelle conclusion en tirer ? Klima y répond lui-même dans une lettre adressée le 16 juillet 1905 à Emanuel Chalupny. Il estime « que le public pachydermique, face à une œuvre de l’esprit, perçoit aussi peu ce qu’elle a de provoquant que ce qu’elle a de valorifique, autrement dit qu’il est totalement sans tête, qu’il n’y a que son dos où le frappant puisse, sous forme de bâton frapper. ».

Ce ton, dont Klima ne se départira plus, positionne très tôt ce rebelle en l’apparentant aux grands moralistes, esprits libres affranchis des passions, souvent plus en accord avec le comportement des animaux qu’avec celui des hommes.

Aristide.jpg

Certaines de ses observations nous vaudront des maximes de cette veine : « Si les braves gens appliquaient au perfectionnement de leur caractère autant de soin qu’au polissage de leurs chaussures, l’humaine espèce aurait meilleure mine »(1) et sa méfiance à l’égard des hommes s’exprime au travers du constat qu’il fait de leur lâcheté : « la volonté d’esclavage est le fondement de l’univers. Elle est l’essence de l’homme, la clef de son être, le secret de sa « culture ». (2)   Il observe que c’est la même servilité qui anime la plupart des œuvres de ses contemporains et les rend dépendantes d’autrui, comme si, de toute évidence, il ne devait rien y avoir de nouveau sous le soleil alors que le soleil, comme l’observe Héraclite, « est non seulement chaque jours nouveau, mais sans cesse toujours nouveau ». Par conséquent « une seule question décide de la valeur de toute œuvre : à quel point est-elle souveraine ? à quel point soumise ? »(3)

On peut dire de celle de Klima qu’elle est originale en ce sens qu’elle n’a guère eu d’antécédent et que personne avant lui n’avait osé s’aventurer en direction du solipsisme radical, chemin qui ne mène nulle part pour la philosophie classique, position intenable pour un esprit libre… Avec le brio qui le caractérise et sa maîtrise du verbe, Klima étaye pourtant et développe un discours rien moins que « philosophique », même si l’auteur, sur ce chapitre émettait les réserves que l’on sait. Celui qui, sa vie durant, se sera évertué à sauter dans l’abîme —« ce n’est qu’en sautant qu’on peut arriver à quelque chose »(4)— aura réussi son suicide intellectuel en coupant à sa manière la tête au corbeau pour ne plus voir le monde avec les yeux de l’habitus, nevermore .

 

THESEE.jpg

Il n’y a pas, derrière cet acte, la recherche d’un quelconque bonheur, ni la recherche d’une quelconque vérité raisonnée ou raisonnable —« la vérité n’est pas à chercher dans la philosophie, mais dans la praxis, dans la vie »(5) mais bien plutôt l’affirmation d’une volonté « auto-commandante ». Que cette dernière prenne le sentier de la guerre et se batte en priorité contre le moi social est dans l’ordre des choses ; elle démolit, dans le même temps, tout ce que l’humaine raison a empilé de concepts idéaux : c’est la « métaphilosophie » qui commence « là où on repousse à coups de pied la « métaphysique », le monde, la réalité, l’existence-vérité, la science, l’homme… »(6)

C’est par là aussi que commence la gestation de celui qui se qualifiait lui-même de « noir monstre métaphysique » à l’instar du protagoniste d’un de ses romans auquel il fait dire : « Moi seul, noir monstre métaphysique, rêvant éternellement, Moi seul, je peux être Dieu ! »(7)

Vouant sa vie à la quête de l’Etre-Dieu, il fallait à Klima une trempe peu commune, une détermination sans failles, l’enjeu n’étant pas sans risques ! « On ne plaisante pas avec ces petites choses-là ; la folie subite est bien l’accident le plus inoffensif qui puisse arriver au petit animal que l’on est. »(8)

Cinquante années de vie pas commune s’achèveront dans un hôpital pour tuberculeux, mais, rideau !... l’apothéose avait eu lieu des années avant, et le philosophe avait payé durement son écot : « J’ai payé ma victoire d’un immense chaos provisoire… »(9). Parce qu’il y a peu d’appelés et peu d’élus dans ce voyage en solitaire (« La plupart des gens ne meurent qu’au dernier moment, d’autres commencent et s’y prennent vingt ans à l’avance et parfois davantage. Ce sont les malheureux de la terre. ») (10) Klima, en bon guerrier, n’aura pas baissé la tête devant Némésis la Glorieuse.

 

dessin.jpg

 (Dessin Agaric)

Aujourd’hui le public francophone peut accéder à l’œuvre grâce aux efforts non comptés de sa traductrice Erika Abrams ; elle seule a su tirer de l’ombre où il dormait ce philosophe trop longtemps oublié à l’Est. On ne réveille pas innocemment ce genre de tigre… Les chasseurs de grands fauves auront bien du mal à l’abattre, et c’est tant mieux puisque —pour parodier Dominique de Roux— « ce sont les temps du grand changement qui maintenant, viennent. »(11).

En parcourant la biographie de l’auteur, parue dans le premier volume imprimé en France (« Je suis la Volonté Absolue »), on comprend mieux le monde de celui qui, l’ayant réduit à son schéma mental, pouvait écrire : « L’univers est l’ouvrage de mes arides conjectures et de mes routines psychiques, un schéma, rien de plus, et son énormité est réductible à l’énormité d’une mystification. »(12).

 

Enfant.jpg

Né le 22 août 1878 en Bohème (Domazlice), très tôt orphelin de mère, le jeune Ladislav entre au lycée de Zagreb en 1895 ; il y découvre les œuvres de Schopenhauer et de Nietzsche et s’insurge contre le système éducatif : « quiconque n’était pas idiot-né devait forcément s’idiotifier sur les bancs de l’école. »(13) ; voilà qui le positionne et le détermine « à ne fréquenter aucune école, à n’embrasser aucun état »(14), prémisses d’un dilettantisme propice à l’émergence du « ludibrionisme » —jeu permanent avec l’univers— qui le caractérisera plus tard. On sent, dès cette époque, la rupture du lien social et le rejet de toute autorité extérieure. Cinq années suivront de « simples tâtonnements dans le noir »(15) au cours desquelles le jeune philosophe cherchera à aiguiser ces facultés supérieures qu’il reconnaît aux seuls félidés —« la plus splendide efflorescence de la vie »(16)— et qui sont incontestablement celles du guerrier (il les évoque observant le comportement d’un chaton en présence du danger, bel exemple d’art martial !...). « Le spectacle qu’offre un tigre du Bengale est non seulement beau mais sublime ! »(17). Cette admiration sans limites n’aura d’égale que la compassion qu’il éprouvera sa vie durant pour les animaux : « La façon dont les humains se comportent envers les animaux est terrible ; plus terrible encore, superlativement terrible, est la façon dont ils les regardent. »(18).

 

Tigre.jpg

 

De 1900 à 1903, expériences variées touchant à la déoessence. L’auteur expose ses sensations dans son autobiographie : « Durant les années où d’autres s’échinent à passer des examens et à se lancer dans une carrière, je n’eus d’autres occupations que de me promener sans fin dans les futaies à la recherche de nymphes et de châteaux hallucinatoires, me roulant tout nu dans la mousse et dans la neige, menant des combats terribles avec un Dieu qui s’était mis en tête de vivre à l’état de veille, en tant qu’homme. »(19).

En 1904 publication du « Monde ». Suivront trois années d’intense activité littéraire dont peu de choses, malheureusement, auront été conservées, Klima brûlant souvent le soir même ce qu’il écrit le jour…

1908 : abandon de la littérature au profit de la seule « philosophie pratique systématique », « mon but étant de tuer toute souffrance, d’atteindre le calme immuable, bienheureux, au moyen d’une manière de tout voir philosophique et aeterniste, ordonnée et régie par des commandements souverains. »(20).

Le 13 août 1909, dans des circonstances particulières, il semble que les efforts soient couronnés de succès puisque Klima se trouve en face de « la pensée la plus téméraire, la plus terrible, la plus sublime qu’homme ait jamais eue : être dès cette vie ici-présente, essentiellement et réellement, pleinement et intégralement, DEUS CREATOR OMNIUM ! »(21).

En 1910, à 32 ans, il prend une résolution décisive : « au moyen d’une maîtrise absolue de l’intellect, atteindre pleinement au Plus Haut… Deux ans de violences inouïes faites au processus de la pensée… »(22). Il s’adonne sans différer à ces travaux d’Hercule en bonne connaissance de l’Ennemi (« Notre intellect est un professionnel non pareil du mensonge ») (23) avec les déroutes inhérentes à ce genre de quête, lucidement surmontées : « ce qui vient d’arriver, succès ou échec, peu importe, est bon, ne serait-ce, par exemple, que pour la simple raison que c’est arrivé. »(24). Qu’on se rappelle sur le chapitre le propos de Nietzsche (ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort).

Bruegel-Mort-3.jpg

(Pieter BRUEGHEL)

Le 1er octobre de la même année, connu sous l’appellation de « journée cholupicienne », constitue l’acmé d’ une praxis philosophique que Klima narre par le menu à Antonin Pavel dans une lettre écrite d’Horousanky le 20 mai 1914 ; Erika Abrams y voit à juste titre « l’un des textes clef » de son œuvre. A partir de ce moment, et sans doute pour compenser le porte à faux où l’ont conduit ses exercices quotidiens  souvent brutaux de philosophie pratique et d’érémitisme pour l’aider à supporter ou à oublier le monde extérieur « automystification géniale »(25), « processus de contradiction »(26), Klima s’adonne à l’alcool et s’en explique : « c’est l’alcool qui me sauva, le rhum et l’alcool absolu… je ne dessoûlais pas de toute la seconde moitié de l’an 12 ni de l’an 13. »(27). Il est , en parallèle, attiré par le suicide dont l’idée obsessionnelle représente à ses yeux « l’expression la plus élevée et la plus pure du vouloir-vivre » . La mort volontaire est un privilège qui permet de quitter élégamment le théâtre d’ombres de la comédie humaine avant son dernier acte, « l’homme qui se respecte quitte la vie quand il veut, les braves gens attendent tous, comme au bistrot, qu’on les mettent à la porte. »(28).

En 1915, poussé par le dénuement, Klima se résout à accepter quelque emploi, ressentant néanmoins « la moindre somme gagnée comme le summum de l’infection, le moindre travail social comme le comble de l’infamie… »(29). On le retrouvera chauffeur d’une locomobile à pomper l’eau d’une rivière, puis gardien d’une usine désaffectée, enfin, en 1917, associé et contremaître d’un atelier de fabrication d’un ersatz de tabac… tâches inutiles, sans doute, mais évocatrices de l’univers burlesque où l’asocial n’a plus sa place.

1918 : publication d’articles philosophiques et polémiques.

1919 : début du « règne de Dyonisos » puis hibernation en 1920.

En 1922 commence sa « lutte héroïque contre tout. ».

Atteint de tuberculose pulmonaire, la mort emporte à Prague le 19 avril 1928, celui qui était parvenu à en tuer l’idée même : « Pour autant qu’il soit certain que je suis, je suis certainement immortel. L’un et l’autre —idem— « je suis » et « je serai »—tautologie—. Car le présent est dans son fond éternité, car l’éternité n’est rien d’autre qu’un présent sans bornes : existence et immortalité sont synonymes. »(30).

Masque mortuaire.jpg

Il nous reste maintenant à voir quels sont les thèmes de l’œuvre klimaienne tout entièrement tournée vers l’éveil de la Conscience  et la conquête de la Liberté par la réalisation du Grand-Œuvre qu’est l’Etre-Dieu : « l’humanité a crée l’idée de Dieu. Moi, je créerai sa personne. »(31).

Une telle entreprise reflète un cheminement intellectuel hors du commun.

Que Klima ait trouvé dans les écrits de Nietzsche, Schopenhauer et Berkeley de quoi étayer sa vision du monde, et que le Nihilisme, raz de marée du début de siècle ait pu séduire un tel esprit n’a rien d’étonnant. Cependant le philosophe a su gérer ses sources et s’en détacher suffisamment pour élaborer sa propre pensée dans un style qui n’appartient qu’à lui ; il s’en explique : « Longtemps j’ai vogué lâchement dans les eaux du stoïcisme, du spinozisme, du dyonisisme à la Nietzsche, de l’upanishadisme, —mais tout cela était loin d’être moi, cette manière d’agir ne pouvait évidemment pas me convenir à moi, —à mon instinct absolutiste fondamental… »(32).

On l’imagine mal, en effet, aux ordres d’un quelconque maître à penser en dépit de la « contamination » qu’évoque Jan Patocka. En radicalisant le solipsisme, Klima n’a pas enfermé sa pensée (contrairement à la remarque de Brezina), il lui a plutôt donné des ailes et permis d’accéder à ce que Mandiargues appelle, dans son introduction au « Musée Noir », « l’innocence farouche d’un univers enfin déchaîné ». Cette pensée a su se frayer des passages dans cette jungle et arpenter des territoires incontournables ; elle ne s’est pas érigée en système mais a constitué une ontologie libérée des entraves du Temps, centrée sur le primat de la Volonté qui s’exprime par le vouloir-vouloir, dans l’éternel présent.

Adolf Chwala.jpg

(Adolf CHWALA)

Comment s’étonner dès lors du regard sans complaisance qu’il porte sur la philosophie et les professeurs de philosophie plutôt malmenés dans ses romans ? « La philosophie est le foyer de la servilité humaine. Tout ce qu’on peut trouver d’autre en fait de chienneries et d’ignominies se dissout dans la puanteur philosophique. Elle a été non pas « amour de la Sagesse » mais amour de la larbinerie ; ce qu’on a nommé sagesse n’a été qu’une contrition dévote et vile à l’extrême. »(33). La dévotion en général —et rien de ce qui s’abaisse— ne trouve grâce à ses yeux, mais le lien de dépendance est une inclination naturelle de la mentalité humaine, traduction des peurs ancestrales nichées au plus profond de l’être, besoin de protection maternelle trouvant son refuge dans le Dieu des religions révélées : « Cette humaine canaille, ces bêtes à bon dieu… lèvent les yeux vers leur petit bon dieu, comme un ratier pouilleux lève les yeux vers l’homme… Si elles ont besoin d’invoquer quelque chose, c’est parce qu’elles-mêmes ne valent pas un clou. »(34).

On trouvera plus loin des lignes qui ne sont pas tirées de l’Antéchrist mais expriment avec autant de violence la révolte de celui qui, voulant se « créer lui-même », avait commencé par mettre le dieu des autres aux fers : « l’essence du christianisme est à mes yeux une servilité magnifiquement développée et une chiennerie sur toute la ligne, masquée bien sûr par l’amour. »(35)

Cette peur qui caractérise la nature humaine, Klima la voit justement dans l’interdit d’assumer la divinité en l’homme, entretenu par la notion de péché et le sentiment de la faute : « Le sens principal de l’espèce humaine a été la peur de réveiller le dragon terrible sur lequel elle dort et qui est dans la seule et unique réalité, son Archange Sauveur. »(36). Paroles d’hérétique assurément, qui refuse la soumission imposée par le dogme d’une église ou d’un temple extérieur ; rébellion luciférienne que n’aurait pas désavouée Giordano Bruno, Dieu le feu qui brûle, qui suscite et consume les univers (Louis Cattiaux) est dans tout et partout ; c’est Un le Tout des présocratiques. Klima s’en explique dans une lettre écrite durant son séjour à Horousanky : « Tout est Un ». Dans « Instant et Eternité » il expose que « Dieu dort dans la moindre chenille ; là où il joue avec l’univers, il n’est rien de plus qu’un animal à l’état de veille absolue. ». Cette conviction panthéiste le conduit à un immense respect de la nature ; même si, en fin de compte, elle n’est que du bluff, elle n’en possède pas moins les attributs de la Beauté, dont l’essence est la Divinité, immanente à la manifestation phénoménale du monde.

 

caspar-friedrich.jpg

(Carl Caspar FRIEDRICH)

La prise de conscience d’une automystification permanente qui se nourrit des peurs humaines et d’une impossibilité de saisie de l’instant, constitue la base de la pyramide hermétique du solipsisme. Klima ne croit pas plus en l’humanité —« Il est du reste très instructif d’observer les promeneurs nocturnes dans les champs, à plus forte raison dans les bois ; presque tous se comportent comme des lièvres, fait qui permet de constater que l’humanité dans sa totalité se compose de lâches achevés… »(37)— qu’il ne croit en la vérité : « Comme le commencement du cercle, la vérité elle aussi est partout et nulle part. »(38).

Ce nominaliste en revient toujours à la seule question qui, finalement, en vaille la peine —thème fondamental et substance de « la » philosophie— « Le problème mondial, en son seul sens admissible est le suivant : pourquoi suis-je là ? A quoi bon mon existence fantomatique ? Le rien ne serait-il pas plus naturel ? »(39). La réponse à cette question, c’est l’effort de volonté qui la donnera, lui seul susceptible de réaliser l’Etre-Dieu. Il faudra pour cela dégager le moi primitif de sa chrysalide (« Le Moi primitif est tout entier dans la Volonté ou la puissance qui crée l’effort. »)(40). C’est le Caput-Mortum philosophique, floraison d’un scepticisme radicalisé : « Le scepticisme commande que tout, non seulement peut mais doit être détruit ; le tout étant synonyme de la servitude. »(41) ; « Je n’ai presque plus de vœux, de souhaits, de désirs, tout au plus des envies momentanées qui meurent à peine nées ; ceci s’applique aussi aux soucis. »(42).

 

Julius MARAK.jpg

(Julius MARAK)

On en arrive aux thèses clefs qui sont celles de l’absurdisme, de l’illusionnisme et des principes de contradiction et d’alogicité, tous enfants du scepticisme que klima développe dans sa lettre sur l’Illusionnisme de 1916 et le texte intitulé « Je suis la Volonté Absolue ». Il y définit clairement sa conception du scepticisme : « L’humanité n’a jamis su ce que c’était que le scepticisme conséquent, —moi je l’appelle hardiment absurdisme ; puisque tout est perdu !— et puisque c’est seulement en perdant tout que nous pourrons tout gagner— conquérir l’univers, mettre Dieu aux fers… »(43). Le scepticisme radicalisé conduit fatalement à la liberté absolue : « Le scepticisme est la chose du monde la plus éthique, partant la plus élevée, partant la plus libre. »(44)et donne la réponse à la question essentielle « Qu’est-ce que tout ça ? » —la seule réponse honnête, en fin de compte : incertitude absolue. Mais cela signifie Liberté absolue, divine, et cela veut dire : le monde est ce que (à n’importe quel moment) je veux en faire : mon jouet absolu. »(45). Klima n’aura de cesse de revenir au principe du ludibrionisme, dernière réponse, en fin de compte au problème mondial résumé dans l’antienne « Tout ça c’est mon jouet. ».

Apanage du Bateleur, le Grand Manipulateur dispose donc à chaque instant de la faculté de redistribuer les rôles en remodelant la materia prima illusoire du Chaos. (« Tout est manipulable, il n’y a absolument personne qui puisse échapper aux rapports intersubjectifs »)(46)—ainsi pourra-t-il écarter les mailles du filet pour tenter la grande sortie…

Reflet de nos identifications momentanées et passagères, de nos peurs et de nos illusions, le monde contingent n’est jamais tout à fait le même et demeure la farce de la « Fête des Fous » . («… tout le problème pour moi n’est pas ailleurs . »)(47).

carnaval Carême.jpg

(Pieter BRUEGHEL)

Force est d’admettre alors que le combat de Carnaval et de Carême ne s’achèvera que dans un fantastique éclat de rire ! ( « La vie est une plaisanterie et tout concourt à le montrer / Cette idée m’est venue un jour, à présent, je le sais. »)(48).

« Ludibrium, mot excellent, signifie en même temps « jouet » et « bouffonnerie » : c’est pourquoi j’ai choisi ce terme pour désigner ma conception du monde. Le monde est le jouet absolu de sa (c.à d. Ma) volonté absolue. »(49). Et la volonté absolue est exclusive du sujet in illo tempore ; elle ne concerne que le seul présent et que l’individu dans son unicité. « L’on en arrive à une valorisation nouvelle : l’absoluité de l’instant. Ayant atteint telle ou telle chose l’espace seulement d’un instant, je l’ai atteinte absolument—définitivement—durablement—éternellement. »(50) 

Le monde de Klima relève d’une structure en abîme, c’est une galerie de glaces où le « Je » qui s’exprime et se regarde dans une autorégulation permanente et éternelle de métronome est toujours le même  sous des facettes différentes et rejette toute altérité. Comment pourrait-il en être autrement ? C’est la condition nécessaire et suffisante du solipsisme et sa raison d’être qui font que « L’existence de deux moi est un non-sens horrifique. »(51).

 

K portrait face.jpg

 Schopenhauer avait pressenti l’ouverture ( « L’individu seul… et non l’espèce humaine possède l’unité réelle et immédiate de conscience… Dans l’espèce humaine la réalité appartient aux individus seuls et à leur vie, les peuples et leur existence sont de simples abstractions. »)(52), sans pour autant passer le seuil, tout comme Stirner, dont le Moi n’excluait pas celui des autres. Cette séparation hermétique, Klima la suggère par la métaphore du saut du haut de la falaise de nos certitudes contradictoires : « Ne crains pas l’abîme. Si tu le vois, saute dedans hardiment, les yeux fermés, en te disant qu’il n’existe pas et tu te retrouveras debout un mètre plus loin ! car il n’y a pas d’abîme, les illusions seules existent. »(53).

Le saut dans l’abîme, Invitation au Voyage du poète maudit, est un gouffre béant aux confins de l’Idéalisme absolu, que Berkeley a traversé… sur une planche !  « La monstruosité la plus atroce ?... Le berkeleyisme sans l’égosolisme. »(54). On sait sur le sujet ce que l’auteur doit à l’évêque irlandais et en quels termes élogieux il en a parlé : « Hormis le berkeleyisme il n’y a rien eu de radicalement nouveau… Le berkeleyisme pratique, cette révolution sans comparaison de l’esprit humain. »(55). Seulement Berkeley ne débouche pas, lui, sur l’égodéisme puisqu’il reconnaît une Volonté Supérieure extérieure à l’être (« Quelque pouvoir que j’exerce sur mes propres pensées, je reconnais que les idées perçues actuellement par mes sens ne sont pas ainsi dépendantes de ma volonté. Quand j’ouvre les yeux en plein jour, il n’est pas en mon pouvoir de voir ou de ne pas voir, non plus que de déterminer les différents objets qui se présentent à ma vue ; et il en est de même de l’ouïe et des autres sens : les idées dont ils reçoivent l’impression ne sont pas des créatures de ma volonté. Il y a donc quelque autre Volonté ou Esprit qui les produit. »)(56).

La métaphilosophie réfute l’argumentation d’une transcendance divine échappant au Moi et ramène la question de Dieu à la seule autorité de l’être dont l’immanence au monde formel permettra de reconstituer le miroir éclaté, ainsi s’effondrera le « problème mondial ». « On devra se faire de Dieu une idée plus folle que toutes celles jamais proposées par la religion et la philosophie  « je suis » — : je le suis, d’ores et déjà, autant que l’est, selon les idées dont j’ai hérité grosso-modo, la création omnium dans sa gloire guerrière : je ne vis que de sa vie, je trône au dessus de toutes les étoiles… Je dispose du pouvoir d’éteindre d’un seul coup et n’importe quand tous les soleils, je veille sur la chute du moindre petit poil du moindre petit lapin… Comment un ver peut-il être cela ? Rien de plus facile, trois conditions : adopter un point de vue égosoliste, s’élever jusqu’à une manière de voir illusionniste, tout voir dans un mépris triomphal au-dessous de soi : l’Etre-Dieu  s’ensuit tout seul. »(57).

La Volonté Absolue réalise ainsi par une maïeutique appropriée l’émergence de l’Etre-Dieu, ce que la pensée logique conceptuelle est incapable de faire, prisonnière du monde illusoire où elle se perd en conjectures multiples.

En ramenant le monde formel et son étendue à la seule réalité de l’être-pour-soi, Klima accomplit l’agape saturnienne d’assimilation sacrificielle. Ainsi tombe le voile que nos pensées trompeuses, messagères envoyées par l’adversaire fort de ses œuvres (influence des habitudes qui toutes mènent à la mort —dixit Cattiaux—, pathologie des humeurs et des états d’âme) ont élevé autour de nous. « Les pensées surgissent en nous de leur propre mouvement, mais force nous est de croire que c’est nous qui les tirons du néant. »(58). On devine comment la pensée non maîtrisée peut nous abuser sur ses origines : « La pensée, chez la vile et labile créature qui a nom homme, n’est qu’un pauvre jeu de petites vagues poussées par le jeu invisible des vents du dedans… »(59). On rapprochera cette observation de celle de Voltaire : « Nous croyons faire des idées, c’est comme si en ouvrant le robinet d’une fontaine nous pensions former l’eau qui en coule. ».

Prague jaune.jpg

(Prague vers 1900)

« Je suis la Volonté Absolue », texte de 1917, constitue la somme klimaienne d’un enseignement non ordinaire tout entier centré sur le thème récurrent : pas de Liberté sans Divinité (« Une chose doit être comprise : parvenir à la Liberté, c’est devenir Dieu. »)(60). Le moyen pour y arriver ? la pratique assidue de l’égosolisme absolu, seul capable d’amener l’Etre-Dieu. Klima donne des « recettes » abruptes où l’obsession dirigée est transmutée en feu nourricier, attribut primordial de la divinité : « Répéter la devise (Je suis la Volonté Absolue) en toutes circonstances !... Il faut voir la devise comme votre loi, votre sens, votre fatum, votre tout. »(61).

L’expression de la Volonté Absolue fondée sur le postulat, puis le constat « Hors moi il ne peut exister absolument rien »(62), ne prend donc appui sur aucune autre « réalité objective » : « la vieille croyance dans la réalité objective (…) met dans le même sac des choses aussi effroyablement disparates que le moi propre —incontestablement réel— et celui d’autrui, entièrement hypothétique. »(63). En se créant lui-même, le philosophe laboure des terres vierges où personne n’a jamais semé ; il échappe à sa manière à l’attraction universelle et à toute contingence ; il devient ce que de toute éternité il était (On ne devient que ce que l’on est)(64) (je suis moi-même la matière, le feu, le vase et le fourneau)(65) ; il peut difficilement rebrousser chemin et s’il se retourne, n’est plus la dupe de son reflet dans l’eau. « J’ai décidé d’en revenir à l’état d’humanité : cela s’est avéré difficile, cela s’est avéré impossible : j’ai vu que je ne pourrais me passer entièrement du Divin, que je n’avais jamais vécu sans Dieu… Il y a quelque chose d’indiciblement magnifique dans le seul fait de pouvoir se dire propriétaire de l’existence. »(66).

Le Monde, « fantôme intérieur », que les pensées, « spermatozoïdes de l’univers »(67), ensemencent au bénéfice de la Volonté quand c’est Elle qui leur commande, reste un jouet fragile et dangereux entre les mains de la multitude inexpérimentée. Cette multitude assimilable à la légion des « moi » non maîtrisés, s’est dispersée comme une goutte de mercure qu’on laisse tomber, une meute de chiens courants dans les bois, ou les passants anonymes des capitales. On aura du mal à les rassembler pour les mettre au pas si l’on perd de vue l’objectif assigné : régler une fois pour toutes le problème mondial (Pourquoi donc y a-t-il l’Etant et non pas plutôt Rien ?).

 

ensor.jpg

(James ENSOR)

Par jeu et habileté suprême, Klima provoque le retour à soi par la simple lecture de son texte : « Ce que vous lisez maintenant a été amené causalement, a été créé uniquement par vos états mentaux des instants précédents —car moi, je n’existe pas. »(68). C’est une façon —et sans doute la seule— d’affirmer le solipsisme sans ambiguité aucune, et c’est aussi pourquoi le philosophe éclaire d’un jour nouveau le questionnement ultime au terme duquel il faudra sans trembler affronter la rigueur de l’océan glacial du doute. « En réalité, les choses se présentent ainsi : ne croyez pas que je veuille que vous agissiez conformément à la pratique par moi conseillée ; je vous donne mes conseils pour que vous ne les écoutiez pas. Où serait le sens si vous, qui voulez être libre, vous teniez compte des directives d’autrui ?... Pourtant —existe-t-il une autre voie que celle que j’indique ?...

Pourtant —peut-être que je ne vous offre tout cela que pour que vous vous coupiez vous-même dans cette étoffe un habit qui vous aille ? »(69).

Mais la nature humaine est ainsi faite qu’elle ira toujours du côté des modes habiller son âme pour paraître aux cortèges des maîtres tailleurs. C’est tellement vrai que 99,9% des individus vivent aujourd’hui par procuration cherchant au travers des fictions cinématographiques et dans la vie des « autres » des modèles pour conduire la leur… Et cependant, qui briguera la dalmatique, la cape ou l’hermine, finira tôt ou tard par danser dans ses hardes au drôle de petit air que la Reine du Monde flûtera tout exprès à ses oreilles… Avons-nous oublié nous-même quel vêtement de peau nous troquâmes certain jour, à l’aube de notre endormissement ?

 

Danse macabre.jpg

Rêve que tout cela ? Peut-être et qu’importe, le solipsiste a répondu sans alternative à qui peut l’entendre : « Le seul moyen de nettoyer les écuries d’Augias, c’est de les démolir. »(70).

Qui s’en approchera se tiendra sur ses gardes en se méfiant d’abord de lui-même.

On trouvera dans l’œuvre romanesque matière à compléter cette approche ; comme dans les écrits philosophiques de Ladislav Klima, la totalité se trouve dans le fragment, en enroulement de lemniscate ou d’Ouroboros selon le plan (« I love me dit le serpent »)(71). On pourra s’étonner du style plus d’une fois outrancier, de la violence des situations burlesques et fantasmatiques aux couleurs des toiles d’Ensor, du viol du langage et de la provocation quasi permanente ; on cherchera vainement une imitation ou du déjà vu, c’est en cela aussi que Klima est unique.

C’est une claque qui peut-être un réveil. « Il y a tant d’aurores qui n’ont pas encore lui. »(72).

 

DORE.jpg

 (Gustave DORE)

Tous les écrits de Ladislav KLIMA actuellement disponibles en France sont publiés par les Editions de la Différence, traduits, présentés et annotés par Erika ABRAMS :

—   Les souffrances du Prince Sternenhoch (1987)

—   Némésis la Glorieuse (1988)

—   Ce qu’il y aura après la mort (1988)

—   La marche du serpent aveugle vers la Vérité (1990)

—   Traités et Diktats (1990)

—   Instant et Eternité (1990)

—   Le Grand Roman (1991)

—   Le Monde comme Conscience et comme Rien (1995)

 

« Je suis la Volonté Absolue », traduit et présenté par Erika Abrams, a été édité en 1984 par « Café Climat » à Langres.

 

Une édition des Œuvres Complètes, à La Différence est en cours ; 4 volumes sont déjà parus :

—   Tome 1 « Tout », écrits intimes, 1909-1927

—   Tome 2 « Dieu le ver », correspondance, 1905-1928

—   Tome 3 « Le Monde etc… », philosophica journalistica, 1904-1928

—   Tome 4 « Le Grand Roman »

 

Notes :

(1), (5), (16), (17), (23), (38), (58) : « Le Monde comme conscience et comme Rien »

(2), (3), (6), (33), (39), (41), (44), (54), (70) : « Métaphilosophiques »

(4), (12), (31), (32), (35), (45), (49) : Lettre écrite d’Horousanky

(7), (53) : « Ce qu’il y aura après la mort »

(8), (34), (50), (57), (59), (60), (61), (63), (66), (68), (69) : « Je suis la Volonté Absolue »

(9), (24), (25), (26), (51), (67) Lettres philosophiques

(10) : Louis Ferdinand CELINE, « Voyage au bout de la nuit », éd. Pléiade

(11) : Dominique de ROUX, « La mort de Céline », éd. 10X18

(13), (14), (15), (19), 22), (27), (29), 37), (42) : Autobiographie

(18), (30) : « Instant et Eternité »

(20) : Ma confession philosophique

(21), (62) : Lettre à Antonin Pavel

(28) : « Traités et Diktats »

(36) : « Némésis la Glorieuse »

(40) : MAINE de BIRAN, « Mémoire sur la décomposition de la pensée » éd. Vrin

(43) : Lettre sur l’Illusionisme

(46) : Giordano BRUNO, « De Vinculis III » éd. Belles Lettres

(47) : CELINE, lettre à Léon Daudet, Cahiers Céline éd. Gallimard

(48) : Epitaphe de John GAY (+ 1732)

(52) : Arthur SCHOPENHAUER, « Le Monde comme Volonté et comme Représentation », éd. PUF

(55) : « Le Grand Roman »

(56) : George BERKELEY, « Dialogues de Philonous et de Hylas », éd. PUF

(63) : PINDARE, cité par NIETZSCHE

(64) : « La Clavicule de la Science Hermétique » écrite par un habitant du Nord dans ses heures de loisirs, éd. JC Bailly, 1985

(71) : Georges PERROS, « Papiers collés II » éd. Gallimard

(72) : NIETZSCHE, « Aurore », Œuvres complètes, éd. Gallimard

 

 

Il existe une vidéo tchèque où l’on peut voir quelques photos de Klima.

A signaler, l’émission d’Anne-Lise DAVID  « Une vie, une Œuvre » du 14 juillet 2002, consacrée à Ladislav KLIMA sur France-Culture.

 

11/10/2011

L'IVRE D'IMAGES (3)

ILLUSTRES POUR LA JEUNESSE 1900-1950

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

 

Dans la première moitié du XXème siècle, et principalement à l’initiative des frères OFFENSTADT, les publications d’histoires destinées à la jeunesse vont faire leur apparition et ravir le jeune public et leur entourage. Elles sont imprimées en noir et blanc dans des formats s’échelonnant entre 13,5x19cm et 29x39cm, la couleur étant réservée aux premières et quatrièmes de couverture. Les parutions sont en général hebdomadaires voir bi-hebdomadaires pour certaines d’entre-elles très appréciées, comme le magazine  FILLETTE, par exemple.

FIL1.jpg

Leur succès allant croissant, on introduisit la couleur en pages centrales afin de les rendre plus attractives encore.

La maison d’édition Offenstadt Frères voit le jour en avril 1899 et se fait connaître par LA VIE EN CULOTTES ROUGES où elle exploite, dès 1902, le comique troupier. En 1904, les frères Offenstadt se lancent dans la publication de journaux consacrés à la presse enfantine et créent L’ILLUSTRE, pour lequel ils engagent Louis FORTON (1879-1934), le père des PIEDS-NICKELES et de BIBI FRICOTIN.

gp8.jpg

En 1906, L’ Illustré est remplacé par LE PETIT ILLUSTRE.

L’EPATANT est créé en 1908 et FILLETTE et CRI-CRI en 1909. Cette même année, les frères Offenstadt transforment leur maison d’édition en société anonyme : la Société des Publications Offenstadt ou SPO qui deviendra dix ans plus tard, au sortir de la première guerre mondiale, la Société Parisienne d’Editions ou SPE.

Bien sûr, la SPE n’est pas la seule à se lancer dans cette aventure et partout, des illustrateurs de talents se font connaître dans la presse enfantine et parmi les plus célèbres : Forton, Moselli, Mellies, Giffey, Callaud, Lacroix, Le Rallic, Pellos.

Voici quelques-uns de ces illustrés parus entre 1913 et 1955.

ILL1.jpg

LE PETIT ILLUSTRE  du 28 septembre 1913, n° 488, format 19x28cm, comprend 16 pages. Il est sous-titré « pour la jeunesse et la famille », autant dire qu’il s’adresse aux lecteurs de 7 à 77 ans ! La première, la quatrième de couverture et la double page centrale sont en couleur. Il propose une suite dessinée complète de Pol Petit : « Les aventures du petit Jack » et une autre , à suivre : « La grande querelle des Bigornots et des Madrés ». Dans l’une et l’autre, le texte se trouve sous les vignettes coloriées. Le procédé qui consiste à faire sortir tout ou partie des personnages de leurs fenêtres, n’est pas exploité.

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

Ces histoires sont mises en valeur par la couleur ; tout le reste est imprimé en noir et blanc. Qu’y trouve-t-on ? Des aventures illustrées en bandes dessinées : « Les voyages extraordinaires de Marius Roubignas », « Les mirobolantes aventures de Marius Trompette, le suicidé récalcitrant », « Un voyage fantastique dans les mers boréales », la « Glorieuse épopée du vieux Ran-Tan-Plan », ainsi que trois petites histoires: « Les plaisirs de la plage », « Le prunier » et « Une ascension mouvementée » ». On y trouve la fin d’une histoire en deux chapitres : « Le vaillant chevalier » ainsi qu’ un roman dramatique inédit à suivre de Marcelle Geoffroy : « Le Furet du Bois Joli ». Et bien sûr, les incontournables curiosités, amusettes et autres devinettes et… de la publicité qui déjà, occupe à elle seule presque deux pages. Il s’agit essentiellement de réclame pour des montres, appareils photos, bijoux, jumelles et onglier de poche, matériel de peinture, porte-bonheur et autres articles de « magie ». On voit par-là que les marchands du temple de la société de consommation n’ont rien inventé !

L'EP1.jpg

L’EPATANT du 10 janvier 1918, n° 495, format 18,5x27cm, comprend 12 pages. Comme l’Illustré, il est sous-titré « pour la famille ». Publié alors que la guerre fait encore rage, rien d’étonnant à ce qu’un poilu apparaisse sur sa couverture aux couleurs du drapeau national. C’est d’ailleurs l’unique page en couleur. Et il ne s’agit pas d’une histoire mais d’une blague. En effet ce soldat, s’apprêtant a donner du marteau sur une grenade, s’interroge : « Mais qu’est ce qu’ils ont à se carapater comme ça ? ». C’est de tradition chez l’Epatant d’illustrer ses couvertures par une image comique qui généralement annonce une suite se trouvant à l’intérieur. En l’occurrence, et pour la présente histoire, on comprend, quand on tourne la page,  pourquoi notre Bigarrot s’apprête à cogner sur sa grenade !

José Moselli présente sur un peu plus de deux pages, la suite de son roman « Les aventures autour du monde  de Marcel Dunot, le roi des boxeurs : le tombeur des boches », le titre en dit long sur l’animosité des belligérants !. Les Pieds Nickelés, crées par Louis Forton le 4 juin 1908  dans le numéro 9 de l’Epatant, occupent la double page centrale du numéro. On y retrouve nos trois lascars fort occupés à confectionner des pièges attrape nigauds destinés à saboter une manifestation sportive. Comme ses concurrents, ce numéro de l’Epatant propose des aventures à suivre, à la mode du temps : « John Strobbins le détective-cambrioleur », le quatorzième chapitre illustré des « Mystères de la forêt d’Aubrac », ainsi que le vingt-troisième chapitre de « Justus Wise », une autre histoire de détective…

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

Le « Bilan de Rapiat », des rébus, histoires pour rire illustrées et quelques encarts de publicité se partagent le reste des pages.

L’Epatant paraîtra sans interruption du 9 avril 1908 au 24 août 1939.

 

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

LA VIE DE GARNISON, est livrée tous les dimanches ainsi que la plupart des hebdomadaires, et comme son nom l’indique, elle ne renferme que des histoires militaires. Ce numéro du 7 septembre 1919, 281e de la série, imprimé au format 23x33cm, comprend 16 pages. On notera la frise portant le titre, animées de petits soldats aux couleurs de leurs régiments. Un dessin humoristique signé Thomen illustre la couverture : « Caporal ! Venez relever… la cloche à melon !... », sous laquelle, bien entendu, se trouve un soldat ennemi. Et l’éditeur de préciser au-dessous : (Quand vous aurez lu l’histoire qui se trouve à la page 2, vous serez fixés sur la valeur de ce singulier cantaloup.) En l’occurrence, et comme on l’apprend en tournant la page, le cantaloup en question n’est autre qu’Otto Kaprikorn, fine fleur de la « kultur » poméranienne…

Un roman sentimental de Pierre de Chantenay « Le Capitaine Olivier », « La fiancée du bûcheron » de Gaston Choquet, et les aventures galante d’un pilote de chasse, montre que le journal est plutôt destiné aux parents qu’aux enfants ! Du moins ses pages en noir et blanc, car celles qui sont imprimées en couleur (double page centrale et quatrième de couverture), entrent bien dans l’esprit des illustrés pour la jeunesse.

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

 

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

(Où l'on voit timidement paraître la "bulle", l'essentiel du texte se trouvant sous l'image.)


Il s’agit de la suite « Balluchon s’en va-t-en guerre ! » et des « Amours de Tringle et Cie (histoire comique d’avant-guerre) ».

La guerre et ses faits d’armes ne sont pas oubliés. Paul Darcy signe « La première citation », accordée au 26e de ligne en août 1914 en Belgique où il évoque les sergents répétant : « Serrez les rangs ! » et « Au drapeau ! », qui ne sont pas sans nous rappeler les chansons d’alors, qu’ Aristide Bruant, le chansonnier populaire, entonnait dans son cabaret.

Histoires drôles illustrées, souvent réduites à l’unique vignette, blagues, chanson de marche et publicité, se partagent l’essentiel de la revue.

La Vie de Garnison paraîtra du 22 avril 1909 au 8 mai 1938.

L'INTRE.jpg

L’INTREPIDE, dont la réputation n’est plus à faire, fut publié entre 1910 et 1937, du moins dans son format et présentation d’origine. Puis il reprendra en 1948 (1e série jusqu’en 1949) puis de 1949 à 1962 (2e série).

Ce numéro 495, du 15 février 1920, format 20x28, comprend 16 pages. L’Intrépide ne traite que d’aventures, incluant sports et voyages, par terre, ciel et mer ainsi que l’annonce sa frise. Les quatre « races » cantonnent l’image en couleur de la couverture, accompagnées des attributs de l’aventurier. Ce numéro, comme les autres de la série, est essentiellement constitué de récits complets ou à suivre. On y trouve deux feuilletons : « L’Usine Infernale, Grand Roman Mystérieux », « Les Mystères de la Mer de Corail, Grand Roman d’Aventures » et trois récits : « Une chasse à l’éléphant », « Les buveurs de brague » et « La passe de Hellgate ».

La bande dessinée à suivre « Le dragon d’émeraude » occupe la double page centrale, elle est imprimée en couleur ; c’est d’ailleurs la seule du journal.

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

La mise en page permet à de petites histoires illustrées de trouver place en colonnes de part et d’autre du texte principal. Elles s’inscrivent dans la logique de la publication et sont à connotation exotique. L’Intrépide ne fait pas que divertir, il se veut aussi éducatif. A la rubrique « Echos du Monde Entier » il nous parle des chercheurs d’or de Coney-Island, une île proche de New-York, du fléau des mouches de Calcutta, de la rareté du véritable moka, et de la plus vieille carte du monde découverte sur une mosaïque à Jérusalem…

La chronique « Terre, Ciel, Eau » traite des victimes de la vitesse sur piste cycliste en évoquant la mort du coureur Peter Gunther, survenue en octobre 1918 sur la piste de Dusseldorf. Ce genre d’accident étant occasionné par le contact de la roue avant de la bicyclette avec le cylindre de la moto qui l’entraîne. Il rappelle l’exploit du français Paul Guignard qui fit plus de 101 kilomètres dans les soixante minutes ( !).

On ne découvre aucun jeux dans le numéro. A peine une ou deux histoire drôles. On le voit, l’Intrépide, axé sur l’exploration et la conquête dans l’esprit des premiers colons, est sérieux et laisse peu de place aux galéjades ! La publicité néanmoins est présente, mais elle est reléguée en dernière page de manière à ne pas perturber le texte.

Le journal qui reprendra ce titre et paraîtra entre 1948 et 1962 n’aura pas grand-chose à voir avec la série initiale. Plus attractif (la bande dessinée ayant depuis quelques années déjà conquis ses lettres de noblesse) il touchera un plus large public. D’excellents dessinateurs, comme Le Rallic, y exerceront leur art aux travers de feuilletons historiques (Fanfan la Tulipe) et des incontournables histoires du Far-West (David Crockett, les coureurs des bois, les chercheurs d’or, les indiens…).

(à suivre…)

illustrés,jeunesse,offenstatd,spe,louis forton,pieds nickelés,bibi fricotin,l'illustré,l'épatant,la vie de garnison,l'intrépide,bande dessinée,publicité,militaire,farces,rébus,aventures,mystères,fanfan la tulipe,david ckrockett,lili,le rallic,new-york,voyage,aristide bruant

(Extrait du magazine FILLETTE n° 1637 du 6 août 1939)

 

 


10/04/2010

L'IVRE D'IMAGES (2)

 

LIVRES D'ECOLE

 

couv geo.jpg

Celles et ceux qui ont appris les grands faits de l'Histoire de France dans le « Mallet-Isaac », et découvert les grands textes de la littérature dans le « Lagarde et Michard », ont sans doute gardé, comme moi, le souvenir de la Bataille de Bouvines, celui du Serment du Jeu de Paume et de l'Abolition des Privilèges, des Trois Glorieuses et des Cent Jours... Ils ont goûté en feuilletant ces pages, ainsi que je le fis avec plus ou moins de bonheur, les tragédies de Corneille, les extraits des Mémoires d'Outre Tombe, ceux de l'Education Sentimentale ou... la madeleine de Proust. Mais peut être n'ont-ils pas eu, comme moi, la chance de tomber un jour sur un véritable trésor : celui qu'un instituteur du temps d'Ernest Pérochon et d'Emile Moselly, devenu par la suite directeur d'école, avait précieusement conservé dans des caisses en bois, étiquetées et empilées les unes sur les autres...

 

bateaux.jpg

Pourquoi, ce jour d'automne pluvieux, passai-je dans cette rue excentrée où s'acharnait, sur les dépendances de la vieille maison de ce maître d'école mort depuis longtemps, une grosse pelle mécanique qui avait déjà emporté la moitié du jardin et de ses fruitiers en attendant de le faire de l'habitation ?

Du bâtiment éventré, s'échappaient dans les tourbillons du vent des feuilles éparses qui, bientôt, retombaient dans la boue, fouettées par la pluie. J'en ramassai quelques-unes, et vis qu' il s'agissait de copies d'écoliers sur lesquelles l'encre violette coulait en méandres ravageurs. J'obtins du conducteur de l'engin de jeter un coup d'œil dans la grange...

Des caisses, entreposées sur la barge, alignaient leurs matricules comme autant de réserves de munitions. Certaines ayant été ouvertes, laissaient voir en partie leur contenu: il ne s'agissait pas d'obus mais de livres, des dizaines et des dizaines de livres qu'avaient délaissés mes prédécesseurs, comme me l'apprit le chauffeur du camion.  Ainsi d'autres étaient passés par là, en effet, qui avaient emporté des cartes murales de géographie ou de sciences naturelles, des cailloux et des instruments de chimie ainsi que de la vaisselle... Autant dire qu'ils avaient vidé la maison de ce qu'ils avaient jugé utile d'emporter, en négligeant les livres ; c'était pour moi une aubaine, et j'en remplis ce jour-là le coffre de la voiture, heureux d'avoir sauvé les vestiges du savoir de la « Communale »...

 

couv hommage.jpg

Il s'agit d'ouvrages remis par les maisons d'édition aux directeurs des écoles de la République. Ils s'échelonnent de 1880 aux années cinquante et sont pour la plupart en très bon état. Les exemplaires « à l'usage du maître » ont conservé leurs questionnaires sur feuilles libres et leurs courriers d'envoi ;  beaucoup sont marqués au tampon rouge : « spécimen » ou « hommage de l'éditeur ».

On y trouve « La vie aux Champs », l'incontournable « Tour de France par deux enfants », « Tu seras agriculteur »,  « Le journal d'une petite écolière » et "Histoire d'une bouteille", abondamment illustrée pour dénoncer les drames de l'alcoolisme...

 

ivrogne.jpg

Et parmi de nombreux autres thèmes déclinant l'amour de la patrie, la morale en action ou les arcanes de l'art culinaire, on y trouve « Le livre de la Nature », recueil de poèmes de Maurice Rollinat, destiné à l'enfance, et préfacé en 1872, de Nohant, par sa compatriote berrichonne George Sand. Elle y affirme sa conviction d'inculquer le plus tôt aux jeunes âmes le respect de la Nature et l'apprentissage du civisme :

 

morale.jpg

« L'enfant aime le grand et le beau, pourvu qu'on les lui donne sous la forme nette et sans ficelle aucune. Il s'intéresse à tout, et ne demande qu'à voir sous la forme poétique les objets de son incessant amusement.

Le poète n'a qu'à montrer. Il est l'Orphée qui remue les pierres ; il lui suffit de chanter, et tout chante dans l'âme de l'enfant. Tu n'es pas si loin de l'enfance. Souviens-toi ce que tu remarquais, ce que tu devinais, ce que ton père te faisait voir, et comme une expression bien choisie par lui te faisait entrer dans un monde nouveau... »

J'ai, pour ma part, plus appris dans les « Mironneau », qu'avaient conservés mes parents en souvenir de leur scolarité, que dans mes propres livres d'école. Peut-être parce que les textes, sans doute mieux choisis, répondaient à mon attente de justice et de merveilleux. Il y était en effet beaucoup question d'histoires de bêtes martyres vengées, d'aventures chevaleresques, de justiciers et de vie aux champs... Et, suprême bonheur, les textes étaient illustrés - en noir et blanc, certes, à l'inverse des pages des livres d'histoire et de géographie- mais leur puissance évocatrice suffisait à elle seule à me transporter dans le rêve.

 

mironneau.jpg

A. Mironneau, Directeur de l'Ecole normale d'Instituteurs de Lyon, nourrit les générations d'écoliers de ses « Choix de lectures » pendant les trente premières années du XXème siècle. Ses ouvrages, édités par la Librairie Armand Colin, connurent le succès qu'ils méritaient. Ouvrons un exemplaire du cours moyen de l'année 1908 ; il commence par un extrait des « Souvenirs d'enfance » d'Anatole France : La Rentrée... « Je vais vous dire ce que me rappellent, tous les ans, le ciel agité de l'automne et les feuilles qui jaunissent dans les arbres qui frissonnent... ».

Voici, plus loin un passage de Diderot, propre à émouvoir comme il se doit plus d'un cœur sensible :

« ... Un des moments les plus doux de ma vie, ce fut, il y a plus de trente ans et je m'en souviens comme d'hier, lorsque mon père me vit arriver du collège, les bras chargés des prix que j'avais remportés, et les épaules chargées des couronnes qu'on m'avait données et qui, trop larges pour mon front, avaient laissé passer ma tête.

Du plus loin qu'il m'aperçut, mon père laissa son ouvrage, il s'avança sur la porte et se mit à pleurer.

C'est une belle chose, un homme qui pleure de joie !

... Maintenant, je suis seul, je me rappelle mes bons parents, et mon cœur se serre. Je ne sais ce que j'ai, je ne sais ce que j'éprouve. Je voudrais pleurer. O mes parents ! O ma mère, toi qui réchauffais mes pieds froids dans tes mains !... »

Qui connaît Pierre-Jules Stahl (1814-1886), auteur de contes pour la jeunesse ? Mironneau l'a choisi pour « Les quatre cri-cris de la boulangère », chapeautant le texte d'une phrase qui le résume : « Le bon cœur des enfants fait la joie des mères ».

Et c'est avec Charles Nodier, beaucoup plus connu, qu'il propose l'histoire du chien de Brisquet, terrible histoire dont le tragique vaut bien celui de la Chèvre de Monsieur Seguin, qu'on trouve à la page 312 du même recueil... Je ne les ai pas oubliés, non plus d'ailleurs que « Les chats de mon grand père » de Paul Arène ; « Une vieille servante » de Gustave Flaubert ; « Noiraud » de Ludovic Halévy ; « Les pauvres gens » de Victor Hugo ; « L'école buissonnière » de Frédéric Mistral ; ou « Guillaume Tell », tiré du recueil « De l'Allemagne » de Madame de Staël.

 

fleuve.jpg

Les livres d'Histoire, et ceux de Géographie édités dans les années 1930-1950 comptent parmi les mieux illustrés. L'image vaut à elle seule un discours : on cultive la betterave en Picardie, on élève des bovins en Normandie et des chevaux dans le Perche. On trouve des filatures à Elbeuf et une partie des terres du Pays de Caux et livrée aux céréales.

 

normandie.jpg

 

 

jura.jpg

Le Jura, couvert en partie de forêt, alimente les nombreuses scieries de ses vallées.

A Roncevaux, le preux Roland connut une mort glorieuse ; le bon La Fontaine trouva son inspiration au sein de la nature et l'on se battit vaillamment derrière les barricades de 1830...

 

roland.jpg

 

 

la fontaine.jpg

 

 

1830.jpg

J'ai toujours pensé qu'on devait bien apprendre, dans ces livres, et que ceux qui les ont connus, finalement, avaient de la chance ; aujourd'hui, on s'en moque, mais à l'époque, on n'y voyait rien de ringard, et les clichés et la morale allaient d'eux-mêmes, à leur façon bonhomme. Quant à se prendre au jeu, c'était après tout une affaire personnelle et il appartenait à chacun de n'en retenir que ce qu'il jugeait à propos de lui être utile, sans aller, comme on dit « chercher midi à quatorze heure »... A trop vouloir se moquer des images d'Epinal on finira par oublier la part du rêve, alors, risqueront de surgir des fantômes bien autrement redoutables !

J'entends, pour ma part, tinter le cliquetis de leurs chaînes...

 

clovis.jpg