Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2010

TERRES FROIDES

 

terre froideF.jpg

+

Passons lentement sur les terres froides

Puisqu'il est dit qu'un jour nous y retournerons

Ne posons pas nos pieds sur les semailles

Elles seront le pain que nous mangerons

Il faut

Très tôt

Laisser des graines aux corbeaux

 

La terre est lourde et généreuse

Elle a

Quand on la creuse

L'odeur d'un soleil froid

 

Ne cognons pas du poing la pierre fatale

Qu'on roulera un jour sur nos tombeaux

Il faut

Très tôt

Pour avancer d'un pas nouveau dans les dédales

Apprendre à lire dans les étoiles

Où vont les moissons des batailles

Et la cendre noire des caveaux.

 

 

 

 

22/01/2010

LUNE

 

dob_peint_riviere_clair_lune_gA.jpg

Johann-Barthold Jongkind, 1853, Muée Dobrée Nantes

 

+

 

La lune est une obole

Dans le ciel noir déposée

Par quelque pélerin égaré

Ou quelque folle.

 

La lune est une roue

De la fortune

Forgée sur l'enclume

D'un cyclope du Pérou

Ou du pays des rhunes.

 

La lune est une boule

Pendue au fil d'un bilboquet

Que tarderait à faire sauter

Un colosse de foire

Le soir

Devant la foule.

 

La lune est une larme

Figée par le chagrin

Au bord de l'oeil rougi

De quelque chien

Hurlant la nuit

Sous les charmes.

 

Mais elle est

Dans le ciel gelé

La goutte d'huile qui réchauffe les coeurs

Des solitaires et des penseurs.

 

 

 

 

 

 

14/12/2009

LES VIEILLES

 

Elles ont des yeux terribles

Les vieilles

Qui traversent les landes

Sous le ciel.

Elles portent sur leur dos

Des fagots

Qu'elles ont coupé dans les brandes.

Elles ont,

Quand on s'approche d'elles,

Cette odeur de varech

Bien reconnaissable

Et d'étable.

Elles font,

Quand elles marchent,

Flic-floc

Sur le sable des grèves

Dont l'algue crève

Sous leurs bottes.

Qui dira où elles vont

Sous le ciel sale ?

Qui dira où les poussent les rafales ?

Dérivent-elles vers leurs masures,

Ou les murs des cimetières,

Ou les calvaires

Aux blessures altières ?

Elles vont,

La main crispée sur leur bâton noueux

S'enfoncer dans la nuit

Et faire crisser le mâchefer des chemins creux.

Et les ténèbres les mangeront

Sur un cri,

De chouette ou de hiboux

Dans les buis...

 

hiboux-chouettes-kintzheim-franceAA-1376332788-1223398.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo: Emmanuel ARMAND

10:01 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vieilles, hiboux, brandes