Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2018

IN MEMORIAM LOUISE MINAUD... LOUIS ROUSSEAU, 28 FEVRIER 1794

Louise Minaud 15 jours... Louis Rousseau 7 ans: entre les deux, 108 victimes innocentes...

 

Lucs, Turreau, colonnes infernales, innocents, victimes, massacre, Vendée, Boulogne, criminels, brigands, martyrologe, drame, Cordelier, février, chapelle, ruines, sabres, baïonnette, Convention, brasiers, boucher, Terreur, compatriotes

Le 28 février 1794 à l’aube, 3500 hommes aux ordres des généraux Cordelier, Crouzat et du commandant Martincourt, composant la 5ème colonne des 6 chargées par Turreau de mettre la Vendée à feu et à sang, s’avancent en plusieurs sections en direction des Lucs, venant de l’est par les deux rives de la Boulogne…

Elles n’épargneront rien sur leur chemin ; 564 habitants des deux sexes et de tous âges seront massacrés dans des conditions épouvantables, le plus souvent à l’arme blanche ! Ce sont les ordres de Turreau que des criminels de guerre bien trempés tels les généraux Louis Grignon (1748-1825), Etienne Cordelier (1767-1835), Jean-Baptiste Huché (1749-1805), François Amey (1768-1850) vont exécuter partout sur le territoire en rivalisant de zèle, plus rien en effet ne devant subsister de la Vendée, ni « brigands », ni cheptel, ni bâtiments. C’est la tactique de la « terre brûlée » visant à faire de la Vendée le département « Vengé ».

Lucs, Turreau, colonnes infernales, innocents, victimes, massacre, Vendée, Boulogne, criminels, brigands, martyrologe, drame, Cordelier, février, chapelle, ruines, sabres, baïonnette, Convention, brasiers, boucher, Terreur, compatriotes

Grâce au martyrologe de l’abbé Barbedette, dressé aux Lucs un mois après le drame, nous avons les noms de 110 enfants dont les âges s’échelonnent de 15 jours à 7 ans massacrés tout au long de cette journée tragique du 28 février (vendredi 10 ventôse de l’an II) et une partie du lendemain 1er mars par les hommes de Cordelier.

Gravés dans le marbre, à l’intérieur de la chapelle construite en 1866 sur les ruines de l’église Notre Dame du Luc, on peut lire les noms de la plupart des victimes, parmi lesquels ceux des 110 enfants.

Lucs, Turreau, colonnes infernales, innocents, victimes, massacre, Vendée, Boulogne, criminels, brigands, martyrologe, drame, Cordelier, février, chapelle, ruines, sabres, baïonnette, Convention, brasiers, boucher, Terreur, compatriotes

 

  1. Marie-Modeste AIRIAU, de la Ricoulière, 5 ans et 7mois,
  2. Thomas AIRIAU, de Villeneuve, 10 mois,
  3. Joseph ARCHAMBAUD, de Puyberne, 20 mois,
  4. Agathe ARNAUD de Belleville (tuée au Lucs ) 4 ans et demi,
  5. Etienne BERIAU, de l’Erzandière.15 jours,
  6. Marie-Madeleine BERIAU, de Roblin, 2 ans et 11 mois,
  7. Jeanne BERIAU, du Petit-Luc, 4 ans,
  8. Marie BERNARD, de la Jarrie, 3 ans,
  9. Céleste BOISSELEAU, de la Grézaudière, 6 ans,
  10. Pierre BOISSELEAU, son frère, 2ans 9 mois
  11. Jean BOISSELEAU, de la Gaconnière, 6ans et demi,
  12. François BOSSIS, du bourg du Grand-Luc, 7 mois,
  13. Joseph BOSSIS, son frère, 23 mois,
  14. Louis BOSSIS, autre frère, 5 ans,
  15. Pierre BOUET, de la Surie, 27 mois,
  16. Louis BOURON, de Bourgneuf, 3 mois,
  17. Madeleine BOURON, sa cousine, de Bourgneuf, 3 ans,
  18. Marie CHARUAU, de la Guyonnière, 2 ans,
  19. Marie-Madeleine CHARUAU, sa sœur, 4ans et 3 mois,
  20. Jean CHARRIER, de la Devinière, 3 ans,
  21. Marie DAVIAUD, de l’Erzandière, 1 mois,
  22. Pierre DAVIAUD, son frère, 5 ans et 8 mois,
  23. Jeanne DAVIAUD, au Petit-Luc, 2 ans et 11 mois,
  24. Pierre DAVIAUD, son frère, 4 ans et 10 mois,
  25. Louis EPIARD, du Chef-du-Pont, 5 ans et 10 mois,
  26. Jean-François ERCEAU, de la Sorinière, 27 mois,
  27. Pierre FETIVEAU, de la Gaconnière, 27 mois,
  28. N…FETIVEAU, son frère, 3 mois,
  29. Jeanne FEVRE, du Chef-du-Pont, 5 ans et demi,
  30. Suzanne FORGEAU, de la Sorinière, 20 mois,
  31. Rose-Aimée FORT, du Champ-Dolent, 31 mois,
  32. Pierre-René FORT, son frère, 5 ans et 9 mois,
  33. Marie-Anne FOURNIER, bourg du Grand-Luc, 30 mois,
  34. Jacques FOURNIER, son frère, 5 ans et 5 mois,
  35. Marie GARREAU, de la Cornetière, 7 ans,
  36. Marie-Anne GAUTRET, de la Guénière,7 ans,
  37. Pierre GEAI, des Temples ; 25 mois,
  38. Jean GIRARD, du Chef-du-Pont, 1 an,
  39. Marie-Jeanne GIRARD, sa sœur, 4 ans et 2 mois,
  40. Pierre GIRARD, leur frère, 6 ans et 4 mois,
  41. Pierre GOUIN, des Temples, 1 an,
  42. Louis GRALEPOIS, de la Grézaudière, 13 mois,
  43. Jeanne GRALEPOIS, de la Bretonnière, 5 ans,
  44. Pierre GRATON, du Puy, 3 ans et 4 mois,
  45. Jeanne GRIS, de la Cernetière, 5 mois,
  46. Pierre GRIS, son frère, 5 ans,
  47. Lubin GUILLET, du Bourg du Grand-Luc, 6 ans,
  48. Marie GUITET, de l’Erzandière, 4 ans et demi,
  49. Marie HERMOUET, du bourg du Grand-Luc, 5 mois,
  50. Louis HIOU, de Bourgneuf, 2 ans et 11 mois,
  51. Marie-Anne JOLI, de la Bromière, 27 mois,
  52. Marie MALARD, du Marchais, 4 ans,
  53. Jean MALIDIN, de la Primaudière, 18 mois,
  54. Marie MALIDIN, sa sœur, 3 ans et 11 mois,
  55. Jeanne MALIDIN, de la Bruère, 3 ans,
  56. Rose MALIDIN, sa sœur, 6 ans et 2 mois,
  57. Joseph MANDIN, du bourg du Grand-Luc, 23 mois,
  58. Louis MANDIN, son frère, 5 ans et 9 mois,
  59. Véronique MARTIN, de la Moricière, 1 an,
  60. Marie-Françoise MARTIN, du Petit-Luc, 2 ans,
  61. Louise MARTIN, sa sœur, 5 ans et 4 mois,
  62. Rosalie MARTIN, de la Guénière, 2 ans et 10 mois,
  63. Louise MARTIN, sa sœur, 5 ans et 3 mois,
  64. Rosalie MARTINEAU, de Bourgneuf, 2 ans et 11 mois,
  65. Jean MIGNEN, de la Sorinière, 1 an,
  66. Louise MINAUD, du Brégeon, 15 jours,
  67. Louise-Marie MINAUD, sa sœur, 15 mois,
  68. Jean MINAUD, leur frère, 5 ans et 3 mois,
  69. Pierre MINAUD, autre frère, 6 ans et 11 mois,
  70. Jeanne MINAUD, de la Davière, 15 mois,
  71. André MINAUD, son frère, 4 ans et 2 mois,
  72. Véronique MINAUD, leur sœur, 6 ans et 8 mois,
  73. Pierre MINAUD, leur cousin de la Davière, 4 ans,
  74. Louise MINAUD, de l’Ethelière, 33 mois,
  75. Marie-Anne MINAUD, sa sœur, 6 ans et 11 mois,
  76. Anne MORILLEAU, de la Primaudière, 2 ans
  77. Céleste MORILLEAU, sa sœur, 6 ans et 5 mois,
  78. Jean PERROCHEAU, du Retail, 5 ans et 3 mois,
  79. Pierre POGU, de la Pellerinière, 22 mois,
  80. Jean POGU, son frère, 5 ans,
  81. Rose PREVIT, de Villeneuve, 10 mois,
  82. Marie PREVIT, sa sœur, 6 ans,
  83. Rose REMAUD, de Bourgneuf, 4 ans et 11 mois,
  84. Marie REMAUD, de la Grande-Métairie, 4 ans et demi,
  85. Pierre RENAUD, de la Nouette, 18 mois,
  86. Catherine RENAUD, sa sœur, 3 ans et demi,
  87. Jeanne RENAUD, leur cousine, de la Nouette, 4 ans,
  88. Marie-Anne RENAUD, de la Petite-Brosse, 4 ans,
  89. Pierre RENAUD, son frère, 6 ans et demi,
  90. Marie RICOULEAU, de la Bromière, 22 mois,
  91. Jeanne ROBIN, de la Retardière, 5 ans,
  92. Marie-Anne RORTAIS, de la Guyonnière, 4 ans,
  93. Jeanne ROUSSEAU, de la Gaconnière, 23 mois,
  94. Jean ROUSSEAU, son frère, 3 ans et 11 mois,
  95. Louis ROUSSEAU, autre frère, 7 ans,
  96. Victoire ROUSSEAU, cousine, de la Gaconnière, 11 mois,
  97. Jeanne ROUSSEAU, sœur de Victoire, 4 ans,
  98. Jeanne SAVARIAU, de la Sorinière, 5 ans et 10 mois,
  99. Pierre SIMONEAU, de la Moricière, 6 mois,
  100. Jean SIMONEAU, son frère, 4 ans et 10 mois,
  101. Jacques SIMONEAU, de la Bugelière, 18 mois,
  102. Joseph SIMONEAU, son frère, 5ans,
  103. Perrine SIMONEAU, cousine, de la Bugelière, 8 mois,
  104. Henri SORET, du Petit-Luc, 2 ans,
  105. Jacques SORIN, de la Bromière, 5 mois,
  106. Jean SORIN, son frère, 3 ans et 3 mois,
  107. Madeleine TENET, du Chef-du-Pont, 7 ans,
  108. Louis VRIGNAUD, de la Ricoulière, 23 mois,
  109. Marie-Jeanne VRIGNAUD, de la Cornetière, 3 ans
  110. Jean-Baptiste VRIGNAUD, son frère, 4 ans et 5 mois.

 

 

Lucs, Turreau, colonnes infernales, innocents, victimes, massacre, Vendée, Boulogne, criminels, brigands, martyrologe, drame, Cordelier, février, chapelle, ruines, sabres, baïonnette, Convention, brasiers, boucher, Terreur, compatriotes

 

Un vitrail du transept de l’église des Lucs sur Boulogne commémore ce tragique événement ainsi que la mort du curé Voyneau lardé de coups de sabres et de baïonnettes et auquel furent arrachés la langue et le cœur au Gué de la Malnaye, au bas du Petit-Luc…

Voilà où peut mener le fanatisme associé à la cruauté, car c’est bien de cela qu’il s’agit. Pacifier la Vendée au prix du sang et des larmes fut le choix de la Convention qui déclarait le 1er août : « Le pays sera incendié et rasé. Soldats de la liberté, il faut que les brigands soient exterminés avant la fin octobre. Le salut de la patrie l’exige. »

En donnant son blanc seing à Turreau (« Je ne puis tuer, incendier, massacrer femmes et enfants sans votre permission. »), le Comité de Salut public, le 6 février, lui pardonnait d’avance tous les excès : « Tu te plains de n’avoir pas reçu l’approbation formelle de tes mesures, elles paraissent bonnes et tes intentions pures ! Exterminer les brigands jusqu’au dernier, voilà ton devoir. »

A partir de là, rien d’étonnant à ce qu’un Grignon ordonne à ses hommes : « Passez au fil de la baïonnette tout ce que vous rencontrerez d’habitants sur votre passage. Je sais qu’il peut y avoir quelques patriotes dans ce pays. C’est égal, nous devons tout sacrifier. »

Lucs, Turreau, colonnes infernales, innocents, victimes, massacre, Vendée, Boulogne, criminels, brigands, martyrologe, drame, Cordelier, février, chapelle, ruines, sabres, baïonnette, Convention, brasiers, boucher, Terreur, compatriotes

Turreau

Rien d’étonnant non plus à ce qu’un Amey (lequel soit dit au passage a son nom inscrit sur l’Arc de Triomphe côté sud, de même que Turreau a le sien inscrit côté est) ait été accusé d’avoir jeté vivants hommes et femmes dans les brasiers allumés sur son passage et à ce qu’un Huché, monstre ivrogne et sanguinaire, se revendiquant lui-même « boucher de chair humaine » ait fait mutiler et couper des gens en morceaux.

Plus de 600 villes et bourgs, sans compter les écarts et les milliers de maisons isolées furent ainsi voués à la disparition totale par les colonnes infernales aux ordres de celui qui, dans l’histoire, demeurera le bourreau de la Vendée, le général Louis Marie Turreau (1756-1816). Assurément la Convention le préféra à Kléber qui, ayant compris que la Vendée avait été écrasée à Savenay après la tragique virée de Galerne et les massacres du Mans voulait la pacifier, lui, en se conciliant ses habitants. Tel ne fut pas l’avis de Turreau « Ce n’est pas mon plan… » qui préféra transformer le pays en un vaste abattoir, ce qui, somme toute, s’inscrivait dans la logique de la Terreur.

Aujourd’hui, ces lieux qui ont vu tant d’horreur témoignent toujours de ce que des français firent subir à des compatriotes qui ne pensaient pas comme eux. Commanditaires et exécutants, tous ont leur part de responsabilité. Elle pèse lourd et on en sent le poids dans le silence de la chapelle du Petit Luc, élevée sur sa butte, sous les ombrages d’arbres centenaires peuplés d’oiseaux veillant sur les victimes innocentes.

Lucs, Turreau, colonnes infernales, innocents, victimes, massacre, Vendée, Boulogne, criminels, brigands, martyrologe, drame, Cordelier, février, chapelle, ruines, sabres, baïonnette, Convention, brasiers, boucher, Terreur, compatriotes

Écrire un commentaire